• Le mur était mûr

    Le mur était mûr

    Comme beaucoup, puisque l’évènement est survenu il y a seulement 30 ans, j’ai été le témoin à distance de « la chute » du mur de Berlin. Cet événement fait la une des journaux puisqu’il a eu lieu cette nuit il y a trois décennies. J’ai mis le mot chute entre guillemets car ce ne fut pas une chute provoquée par un assaut irrésistible et la poussée des jeunes Allemands, mais un déblaiement sous les yeux des militaires de la « République démocratique allemande », parfaitement impassibles et n’ayant aucunement l’intention d’intervenir pour empêcher l’évacuation des morceaux de béton. La « chute » du mur de Berlin qui séparait la ville en deux territoires inégaux, et où du monde avait laissé sa peau en tentant de le franchir, ne fut aucunement une révolution et un fait d’armes de la jeunesse allemande. Ce fut plus un symbole qu’un événement historique. L’ouverture des frontières avaient déjà été décidée par les autorités du bloc de l’est.

    Aussi toutes ces articles sur la chose me laissent un peu froid, et à l’époque j’ai regardé cette péripétie, qui avait pourtant soulevé l’enthousiasme des foules, avec indifférence. Je pensais, en paraphrasant Mauriac, « j’aime tellement l’Allemagne, que je (ne) suis (pas) ravi qu’il (n’) y en ait (plus) deux », car la réunification devait suivre un jour ou l'autre.

    Aujourd’hui c’est dans l’ancienne RDA (la Prusse) que l’on trouve le plus de néo-nazis. Il est toujours aisé de passer d’un totalitarisme à un autre, le formatage laisse des traces même chez les descendants.

    « #DélationsEnTousGenresParc fantôme »

  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Novembre à 20:04
    Pangloss

    Il fallait qu'il tombe. A l'époque, c'était une aberration, la marque de la folie des hommes et du danger des idéologies. Je comprends ceux qui ont voulu le détruire. Ceux qui ne l'ont pas connu ne se rendent pas compte de ce qu'il représentait.

      • Samedi 9 Novembre à 21:21

        C'était un symbole d'une fin de période mais pas une révolution comme on tend parfois à le présenter

    2
    Samedi 9 Novembre à 21:18

    D'après "le Monde diplomatique" 

    "Il y a trente ans, la chute du mur de Berlin : Allemagne de l’Est, histoire d’une annexion."

    Une analyse partagée par le radicalisé Jean-Luc Mélenchon:

    "Enfin le mot juste pour nommer ce qui s'est passé il y a 30 ans..."

     

      • Samedi 9 Novembre à 21:26

        Une annexion qui fut approuvée par 90% de la population de l'ancienne RDA. En fait Mélenchon et le Monde regrettent le communisme.

    3
    Samedi 9 Novembre à 21:22

    Oui, la chute du mur était un symbole, les jeux étaient faits. Cet anniversaire me rappelle que Gorbatchev fut sans doute le géant politique du 20eme siècle le plus mal récompensé (par son peuple et par la postérité).

    Eltsine l’opportuniste (ancien membre du Politburo et député communiste au Soviet suprême au moment de la chute du mur, on l'oublie trop souvent ) saura par la suite intelligemment tirer parti de la nouvelle situation créée par Gorbatchev et se présenter comme LE sauveur.

     

      • Samedi 9 Novembre à 21:32

        Je suis bien d'accord. L'Histoire rendra justice au rôle capital de Gorbatchev au XXème siècle

    4
    Souris donc
    Samedi 9 Novembre à 21:36

    En 1989, Bicentenaire de la Révolution française, les communes organisent de grotesques "animations" de type chamboule-tout. Le Mur tombe, et c'est là qu'on voit de l'historique sérieux, émouvant : Rostropovitch et son violoncelle.

    Le violoncelliste Gauthier Capuçon prend la relève cette année (je ne l'ai pas trouvé sur YouTube)

    30 ans plus tard, l'AfD (Alternative für Deutschland), le parti d'extrême droite, est très implanté dans l'ex-DDR. Pourquoi ? Parce que le niveau de vie n'y a jamais rattrapé celui de l'ex-Allemagne de l'Ouest. Les Ossis (Ostdeutschland) envient les Wessis (Westdeutsland).

    Certains Ossis ont maintenant la Ostalgie, nostalgie de la DDR. Comme en URSS, pas d'initiative à prendre, tout était planifié. Il suffisait de se tenir tranquille et la Stasi vous laissait tranquille. Sauf que les archives sont maintenant disponibles, et on s'aperçoit qu'on se dénonçait volontiers entre voisins...

     

      • Samedi 9 Novembre à 21:43

        C'était mieux avant, bien sûr, surtout quand on vit aujourd'hui.

      • Souris donc
        Dimanche 10 Novembre à 09:46

        L'ingénu Francis Fukuyama pensait que la chute du Mur, l'implosion de l'URSS, la fin de la Guerre Froide, signaient la Fin de l'Histoire (en gros : démocratie pour tous).

        Huntington a été plus visionnaire avec son Choc des Civilisations. On y est. Le totalitarisme soviétique remplacé par le totalitarisme islamique, aussi sanglant que les goulags.

        Combien de morts dans les attentats en France ? Bataclan, Nice... Et ils ont le culot de se victimiser en permanence, et, avec leurs idiots utiles, de défiler aujourd'hui contre l'islamophobie.

      • Dimanche 10 Novembre à 09:59

        Bien sûr, l'Histoire ne finira qu'avec la planète.

        Oui, "ils osent tout, c'est à cela qu'on les reconnait". Il y a peu d'actes antimusulmans, beaucoup moins que d'actes antisémites ou de profanations d'églises. Pour l'instant ce sont les musulmans qui tuent les juifs, les chrétiens et les athées. L'agression récente qui motive la manifestation d'aujourd'hui est heureusement isolée. Les imbéciles à la recherche d'électeurs qui vont suivre les frères musulmans se trompent de victimes, mais c'est une habitude bien ancrée de l'extrême gauche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :