• Le lait de la discorde

     

    Je n’ai pas encore lu le dernier ouvrage d’Elisabeth Badinter : « Le conflit. La femme et la mère », mais j’ai lu le précédent : « Fausse route », qui traitait du même sujet et j’ai entendu et lu les nombreux interviews de l’auteur, et pris connaissance de certaines réactions que son ouvrage a suscitées.

    La thèse de Mme Badinter tente de démontrer que l’on est entré dans les pays occidentaux dans un mouvement de régression vis-à-vis de la femme. Un des arguments des opposants à cette thèse est de s’attaquer à sa personne en avançant qu’étant une riche héritière de Publicis, elle ne défendrait par son livre que les intérêts de la maison de publicité (argument avancé même par le Canard Enchaîné) et que pour d’autres, elle ferait mieux de distribuer son argent aux mères africaines. Croit-on vraiment que cette femme ait besoin d’un livre pour conserver ses avoirs ? C’est un argument qui ne grandit pas ceux qui l’utilisent et qui ressort plus de la haine jalouse que du débat d’idées.

    Il est certain que depuis plus d’une décennie, les mères subissent de fortes pressions pour donner le sein à leur rejeton. L’OMS l’a recommandé, une directive européenne de mai 1999 a suivi et un décret au JO du 8 août 1998 encourage, dans les maternités, les sermons orientant le choix des nouvelles mères[1]. En 2000 un débat a eu lieu à la Chambre des Communes pour permettre ou non aux  parlementaires britanniques d’allaiter leur bébé sous le regard de leurs collègues[2]. Les avantages du lait maternel sur la santé de la mère et de l’enfant sont mis en avant. Ce serait quasiment une panacée protégeant le futur adulte de nombreux maux allant des caries dentaires à la sclérose en plaques en passant par l’infarctus du myocarde !

    Presque chaque semaine, je vois passer des articles, surtout américains, vantant les vertus de l’allaitement maternel. C’est à ce point, que trouvant suspect ce matraquage, je me suis demandé (avant la parution du livre de Mme Badinter) s’il n’y avait pas, outre-Atlantique, une influence des ligues, des sectes et des religions qui préfèreraient que les femmes restent à la place qui leur est assignée, c’est à dire au foyer (ce qui est une perspective de riches car la plupart des couples ont besoin de deux salaires pour vivre). Bien sûr que le lait maternel est presque toujours préférable au lait de vache, mais le retour au naturalisme doit être librement choisi sans rendre la mère coupable de ne pas se plier à ce diktat étayé par des arguments médicaux peut-être discutables, car les nombreuses générations élevées au biberon ne paraissent ni plus débiles ni plus fragiles que les générations allaitées. On parle de fusion de la mère et de l’enfant, c’est possible, mais elle ne garantit pas que la femme qui allaite se révèlera meilleure mère que celle qui ne le fait pas. Quant à l’enfant, il se moque totalement de cette fusion et ne sera aucunement reconnaissant à sa mère de l’avoir allaité.

    Depuis de nombreuse années la vie des parents et notamment de la mère (car l’aide du père laisse parfois à désirer) a été simplifiée, ce qui a permis à la femme de devenir plus autonome, par l’introduction des petits pots pour nourrir l’enfant et des couches jetables pour son hygiène et voilà que pour revenir au naturalisme et satisfaire l’écologie, on propose de préparer soi-même la nourriture - de préférence bio - de l’enfant et de remplacer les couches jetables (il est envisagé de les taxer) par les anciennes langes que l’on peut réutiliser après les avoir lavées, et pourquoi pas à la main pour éviter les dépenses d’énergie exigées par le fonctionnement d’une machine à laver. Il y a tout de même d’autres sources de pollution autrement plus importantes sur lesquelles il serait nécessaire d’agir pour sauver la planète que les couches jetables !

    Le combat écologique est en train de s’égarer jusqu’à devenir ridicule et oppressif.  La foi écologique ne pousse-t-elle pas de plus en plus d’Anglo-Saxonnes à réutiliser la coupe menstruelle après l’avoir vidée, lavée et stériliser toutes les douze heures ? En effet, rien qu’en France, 4,8 millions de tampons et serviettes hygiéniques sont brûlés chaque année, ce qui est, sans aucun doute, désastreux pour le réchauffement climatique. A vous de choisir, mesdames !

    biberon


    [1] D’après Elisabeth Badinter (« Fausse route »,  éd Odile Jacob 2003)

    [2] Le Point du 12/05/2000

    « Obsédés puritainsLexicon médical (J,K,L) »

  • Commentaires

    1
    Lundi 22 Février 2010 à 17:33
    Remarquable article qui appellera sans nul doute de nombreux commentaires (féminins ?). Avant comme après mes deux accouchements (1997 et 2001) j'ai vécu une pression énorme des sages-femmes de la maternité : il faut allaiter, vous devez allaiter, essayez tout de même d'allaiter ! J'ai bien sûr (car je suis persuadée des bienfaits de l'allaitement maternel)allaité Pauline puis Thomas. Mais ce dernier, né avec plus de 4 kg, étant particulièrement glouton m'a contrainte à passer très rapidement aux biberons de lait. L'attitude de la sage-femme s'est renforcée, me culpabilisant encore davantage d'avoir opté pour "la facilité". Mais je suis également certaine de deux choses : l'allaitement est LE moment qu'aucune mère ne doit rater puisqu'il lui permet de "nouer contact" avec son petit ; et que ce soit le biberon ou le sein, peu importe ! Ce qui prime est la qualité du moment.
    2
    Lundi 22 Février 2010 à 17:47

    Donc à votre avis cette "fusion" permise par l'allaitement peut également être réalisée en donnant le biberon ? Cette pression de la sage-femme était donc peu justifiée ?
    Dr WO

    3
    Lundi 22 Février 2010 à 17:51
    Oui. La maternité ne se résume pas à un téton. Allaiter son enfant c'est aussi lui donner son amour et l'entourer de tendresse. C'est jouer avec ses menottes et accrocher son regard. Un biberon ne permet-il pas tout cela ?
    4
    Lundi 22 Février 2010 à 17:52
    Un bel article, bien traité qui "devrait !!!" déculpabiliser plus d'une femme... encore faudrait-il qu'elle fasse la part des choses...

    Merci, docteur Wo, pour votre présence discrète, votre petit mot aussi sur le blog. Ne pas se sentir trop seule dans certains moments c'est important...enfin pour moi...
    merci
    5
    Lundi 22 Février 2010 à 17:52
    ... à une maman moins fatiguée ? (pardon pour l'oubli. Votre billet m'a touchée !)
    6
    Lundi 22 Février 2010 à 17:59
    Vous avez raison et vous êtes mieux placée que moi pour le dire.
    Dr WO
    7
    Lundi 22 Février 2010 à 18:02

    Oui, et ça aussi c'est important et j'aurais du parler d'une meilleure disponibilité de la mère lorsqu'elle est moins corvéable.
    Dr WO

    8
    Lundi 22 Février 2010 à 18:03
    Bon retour parmi nous.
    Dr WO
    9
    Lundi 22 Février 2010 à 19:06
    Merci docteur et bravo !
    10
    Lundi 22 Février 2010 à 19:18

    Merci de l'approbation pour ce texte traitant un sujet que les femmes connaissent mieux que moi.
    Dr WO

    11
    Lundi 22 Février 2010 à 19:40

    Merci. Les femmes sont aptes à choisir ce quelles veulent sans qu'on leur impose des modèles.
    Dr WO

    12
    Lundi 22 Février 2010 à 19:47
    Absolument et là, la mère se sent doublement fautive.
    Dr WO
    13
    Lundi 22 Février 2010 à 20:50
    Les biberons en plastique sont mauvais pour la santé. Le lait maternel est plein de dioxine. Une seule solution: mettre du lait en poudre dans les seins des femmes.
    14
    Lundi 22 Février 2010 à 21:08
    Ce n'est pas impossible avec les prothèses.
    Dr WO
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    15
    Mardi 23 Février 2010 à 09:52
    Superbe article et photo ..
    Effectivement il y a une pression malsaine sur les jeunes méresdepuis des années .Pour ma part j'ai eu 4 enfants et j'en ai allaité 3 .Je pense que la complicité est differente en allaitant ou donnant le biberon mais j'en garde de superbes souvenirs dans les deux cas et il n'y a pas à critiquer l'un ou l'autre mode .Et puis le biberon cela permet au papa de le donner ..
    Quand à revenir aux pointes reutilisables quelle bétise !!autant s"éclairer à la bougie .
    Il faut"partager " ce moment d'intimité avec le bébé que cela soit d'une facon ou d'une autre et une sage femme ou l'entourage n'y ont pas droit de regard !
    16
    Mardi 23 Février 2010 à 12:28
    Très bel article, Doc.
    Maman de 3 filles, j’ai également choisi de les allaiter toutes les 3, pour mon plaisir.
    Pour l’aînée cela a été plus compliqué, la gamine ayant été placée en réanimation pédiatrique au bout de 4 jours.
    Malgré tout, j’ai continué à tirer mon lait (beaucoup moins agréable que la succion d’un nourrisson), en portant mon lait au lactarium de l’hôpital ou se trouvait Huwenn. Quand j’ai récupéré ma gamine, au bout de 3 semaines, j’ai repris l’allaitement maternel. Et pourtant, à l’hôpital, elle était nourrie au lait maternel stérilisé par intermédiaire de tétines et de biberons.
    Alors sein ou biberon je ne vois pas la différence, malgré les encouragements, voire pressions des médecins et pédiatres.
    Cela reste un choix personnel.
    Quant à la coupelle menstruelle il a fallu attendre de lire cet article pour apprendre que cela existait.
    Comme quoi...........!!!!
    Bonne journée Doc
    Bizzzzzzzzzz
    ZAZA
    17
    Mardi 23 Février 2010 à 16:42
    E. Badinter dit la même chose : le libre choix.
    Dr  WO
    18
    Mardi 23 Février 2010 à 16:44
    On s'aperçoit par les commentaires que chaque femme a une histoire différente.
    Dr WO
    19
    Mardi 23 Février 2010 à 18:07
    Encore une histoire vécue différente.
    Dr WO
    PS Il n'y a pas de retour sur votre blog
    20
    Mardi 23 Février 2010 à 18:31
    le retour sur mon blog devrait se faire à présent.
    21
    Mardi 23 Février 2010 à 18:36
    En effet.
    Dr WO
    22
    Dimanche 28 Février 2010 à 20:46
    Salut doc,

    Pour la MoonCup, je ne donnerais pas mon avis, mal placé pour cela n'est ce pas... ;)
    Pour l'allaitement, ma compagne à choisi deux fois le biberon. J'étais plutôt contre au début, puis, quand j'ai lu les publications de la CAF, et autres sites bien pensants, j'ai subit une impression de diabolisation de l'allaitement artificiel avec que des avantages en avant et aucun inconvénients. Que l'on peut résumer par, "bonne mère, elle allaite, les autres bouuuh!".
    Quid de se lever toutes les trois heures au lieu de quatre, que seule la femme s'occupe de cela pendant que l'homme dors, des crevasses au mamelon ?
    Alors, j'ai choisi de laisser ma compagne décider et j'ai eut le plaisir de réchauffer du lait artificiel et de le donner à mes petits bouts. Ils ne s'en portent pas plus mal pour cela.
    D.
    23
    Dimanche 28 Février 2010 à 23:18
    J'en suis sûr et le père se rapproche de l'enfant.
    Dr WO
    24
    Jeudi 4 Mars 2010 à 18:27
    Bravo pour ce bel article. Ma mère ne m'a pas allaité : en 1947 dans les maternités on pronait l'allaitement au biberon... Je n'ai pas allaité mes enfants nés dans les années 70 pour cause de contre-indication médicale absolue...
    Je vais bien merci, mes enfants sont en pleine forme. On s'aime tous !
    25
    Jeudi 4 Mars 2010 à 18:53
    ça en m'étonne pas et je vous souhaite longue vie, le biberon n'y fera pas obstacle.
    Dr WO
    26
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    Très beau texte dédié aux femmes. J'ai allaité mes 3 enfants mais pour moi-même parce ça me plaisait et pour les enfants et nullement pour faire plaisir à tous ceux qui veulent rendre l'allaitement obligatoire. Quand j'ai vu ma fille galérer avec ses couches réutilisables qui coûtent cher à l'achat, je lui ai dit qu'elle se compliquait drôlement la vie pour une certaine idéologie, du coup elle a laissé tombé et n'a pas regretté.
    Merci encore.
    27
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    Surtout que ces allégations sont infondées. J'ai le souvenir de ma belle soeur qu'on a poussé à allaiter alors qu'elle ne voulait pas et en définitive son lait étant de mauvaise qualité ne nourrissait pas son enfant qui dépérissait. Voilà bien une façon de traumatiser une mère.
    28
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    Oui, c'est ce qui est arrivé à ma belle soeur, elle a culpabilisé longtemps.
    29
    sartan
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    Très bel article Dr Wo ! J'ai fait le choix d'allaiter ma fille mais au bout de 3 semaines j'ai dû opter pour le biberon. Pour la petite histoire, on m'avait demandé de donner le sein à ma fille dans la nursery (la favouille était en couveuse pour une jaunisse) pour inciter les jeunes mamans à allaiter...
    Quel que soit le domaine, les choix individuels ne sont pas faciles à accepter par ceux qui se croient détenteurs de la Vérité.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :