• Le catarrhe n’est plus ce qu’il était

    Le catarrhe n’est plus ce qu’il étaitAujourd’hui, dans le métro, j’ai vu un homme d’âge moyen - à noter que la moyenne des âges tend à s’élever malgré toutes les menaces alimentaires, environnementales et les pathologies multiples ressassées par les médias et les médecins diffuseurs de panique – J’ai donc vu un homme d’âge moyen avec quelques cheveux gris se moucher…dans un mouchoir en tissu, fort joli au demeurant.

    J’ai assisté, perplexe, à la manœuvre avec enfouissement du produit soigneusement enveloppé dans une de ses poches, la chose n’étant pas destinée à être jetée dans la première poubelle venue, mais à être soigneusement ramenée chez soi.

    De deux choses l’une me suis-je dis : ou cet homme faisait preuve d’un altruisme inhabituel en conservant par devers soi des matières contagieuses pour préserver la communauté en cette période grippale,

    Ou c’est un masochiste.

    Chacun sait, en effet, que l’une des découvertes majeures du siècle dernier est le mouchoir en papier. Et je sais de quoi je parle. Je suis à un âge où j’ai été dans l’obligation pendant une partie de ma vie de n’utiliser que des mouchoirs en tissu qui, en étant neufs, avaient l’avantage d’être joliment décorés, mais dont l’usage répété devenait un calvaire par la recherche, à côté des agglomérats durcis, d’un coin disponible pour un nouveau recueil de mucosités. Et Dieu sait (ou peut-être pas) ce qu’un nez, même de dimensions modestes, peut secréter dans un journée !

    De plus, remettre la chose humide dans sa poche pour un prochain usage était assez déprimant et la transporter jusqu’à son domicile encore davantage.

    Sans parler du nettoyage ultérieur pour rendre le mouchoir en tissu fin prêt et éclatant de couleurs pour une nouvelle aventure catarrhale.

    Des souvenirs sur lesquels j’avais mis mon mouchoir.

    « A l’insu de leur plein gréVincent Peillon est-il atteint de la maladie d’Alzheimer ? »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Janvier à 17:39

    J'ai connu ça. Comme c'est loin!

    Dans les romans du siècle dernier (ou du précédent), les dames laissaient tomber leur mouchoir devant un monsieur qui avait ainsi un prétexte pour engager la conversation et les messieurs prêtaient leur mouchoir (impeccable) aux dames qui versaient des larmes. Les romanciers d'aujourd'hui doivent faire appel à d'autres procédés.

      • Mercredi 4 Janvier à 17:55

        Il est vrai que le mouchoir avait d'autres usages plus sympathiques et plus romantiques.

    2
    Mercredi 4 Janvier à 17:54

    Il y a bien plus de trente ans que j'ai abandonné le bon vieux mouchoir en tissu, de taille beaucoup moins importante que ceux des bons hommes ! Et en crise d'éternuements, ce qui m'arrive assez souvent, bonjour les doigts ! C'est à ce moment là que j'ai fait connaissance du mouchoir en papier. Avec le temps, je veille à acheter du mouchoir "hyper doux" pour éviter les gerçures ! Au diable l'avarice.

    Bonne soirée Doc

      • Mercredi 4 Janvier à 17:57

        Le mouchoir en papier a été une révolution. yes

    3
    Mercredi 4 Janvier à 18:34

    J'ai connu moi aussi dans ma tendre jeunesse le mouchoir en tissu. Et je plains surtout les mères de famille qui avaient à laver tout cela. 

    Un des drames collatéraux de la guerre ( celle de Syrie, par exemple, dont j'ai des témoignages de premières mains) est d'ailleurs le retour à l'utilisation aux mouchoirs, serviettes et pansements réutilisables.

    Les femmes par exemple se sont remises aux serviettes périodiques lavables. Mais souvent le manque d'eau fait que les serviettes sont mal lavées ou alors avec l'eau résiduelle de la lessive, ce qui déclenche quantité de maladies annexes et de mycoses qui leur pourrissent la vie en plus des problèmes de la vie quotidienne. 

      • Mercredi 4 Janvier à 19:06

        Ces choses collatérales sont des indices de l'état d'un pays. Le papier hygiénique manque ou a manqué au Venezuela. Curieusement les écologistes américaines ont proposé de revenir au lavage des serviettes périodiques, là je ne parle pas de l'état du pays mais de l'état mental.

    4
    Mercredi 4 Janvier à 18:42

    J'ai connu cela aussi, c'était déprimant et un peu dégueu effectivement!

    Je préfère les mouchoirs jetables, c'est plus net, plus propre!

      • Mercredi 4 Janvier à 19:07

        Unanimité.

    5
    Mercredi 4 Janvier à 19:17

    Le jetable est certes un progrès mais il ne faut pas exagérer: c'est aller trop loin dans l'hygiène que les jeter avant de les utiliser.

      • Mercredi 4 Janvier à 19:31

        On n'arrête pas la prévention.

    6
    Mercredi 4 Janvier à 19:47

    Et en plus le mouchoir en papier sert à plein d'autres choses : ôter un excès des sébum, lustrer ses chaussures, essuyer le mascara qui vous fait des yeux de panda...et je ne parle pas de son utilité quand on s'aperçoit trop tard dans certains endroits solitaires qu'il n'y a plus de papier hygiénique !

    Quand je pense que certains disent que c'était mieux "avant" !

      • Mercredi 4 Janvier à 20:30

        Vos précisions confirment qu'il s'agit bien d'une grande découverte du XXe siècle.

      • Souris donc
        Mercredi 4 Janvier à 21:43

        Sous aucun prétexte je ne veux

        Devant toi surexposer mes yeux.

        Derrière un kleenex

        Je serais mieux.

        Gainsbourg/Hardy

        J’adore la césure rythmée en ex-.

      • Mercredi 4 Janvier à 22:42

        J'aime aussi ces petites explosions en ex

    7
    Souris donc
    Mercredi 4 Janvier à 21:56

    Je suis la seule là-dedans à aimer les vastes mouchoirs en tissu, au moins ils ne cèdent pas quand on trompette dedans, contrairement au kleenex avec lequel on se retrouve les doigts morveux.

      • Mercredi 4 Janvier à 22:50

        Pour ne pas mouiller l'index souffler dans deux kleenex

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :