• La véritable fin du monde

    magritte-l-art-de-vivre.jpg

    BALLON

     

    Il arrivera qu’un jour ou une nuit

    Je ne sais où, je ne sais comment

    Je serai banni de cette vie

    Pour retourner au néant

     

    Et le monde ne sera plus

    Le monde est fragile, il tient dans le creux de ma main

    Je l’aurai retenu comme j’ai pu

    En vain

     

    Lorsque ma main s’ouvrira comme une fleur fanée

    Le monde s’échappera d’un coup dans le néant

    Libéré

     

    Tel le ballon lâché par l’enfant

    Il disparaîtra comme s’il n’avait jamais existé

     

    Paul Obraska

     

    Magritte : « L’art de vivre »

    « NombrilismePas de vaccin contre l’obscurantisme »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Décembre 2012 à 17:16
    ainsi va la Vie Doc !
    très bien écrit ! bravo et merci pour votre talent !
    Bonne fin de soirée de fin du Monde ... ou pas et rendez-vous pour d'autres articles @++
    2
    Vendredi 21 Décembre 2012 à 17:27

    Que votre fin du monde soit douce et lointaine

    3
    Vendredi 21 Décembre 2012 à 19:30
    En effet, c'est ainsi qu'il faut voir les choses.
    Bon, y a rien qui presse!
    Bravo et amitiés.
    4
    Vendredi 21 Décembre 2012 à 19:37

    Il faut s'accrocher au ballon.

    5
    Samedi 22 Décembre 2012 à 03:14
    Une jolie façon de terminer sa vie... merci Dr WO tant pour vos mots si joyeux malgré les circonstances que pour ce choix de tableau...
    Voilà je m'envole sans regret...
    Mais c'est pour du rire.. car à c't'heure.. je/vous sommes encore là.. si.. si...
    6
    Samedi 22 Décembre 2012 à 06:27
    Vous avez avec votre talent habituel, carré, lucide, et poétique, mis à jour une de mes terreur chronique que je nuance en m'éfforcant de croire à la réincarnation !
    Magritte a admirablement peint mon cauchemar .
    Nettoue
    7
    Samedi 22 Décembre 2012 à 10:19

    La Mayannaise a heureusement tourné

    8
    Samedi 22 Décembre 2012 à 10:28

    Croire à la réincarnation, pourquoi pas ? L'ennui est que l'on perd son moi pour être autre chose, et que l'on ne souvient pas de ce que l'on a été, ce qui revient à une disparition (puisque nous serions tous déjà des réincarnations). Les religions donnent astucieusement plus d'espérance.

    9
    Samedi 22 Décembre 2012 à 11:12
    Comment parler de choses graves avec légèreté ! J'aime beaucoup votre façon d'y réussir si bien.
    10
    Samedi 22 Décembre 2012 à 11:37

    Mais un kilo de plumes est aussi lourd qu'un kilo de plomb

    11
    Dimanche 23 Décembre 2012 à 14:36
    Joli petit poème. Et profond.
    12
    Dimanche 23 Décembre 2012 à 19:33

    Merci. Pour chacun, le monde n'existe que pas sa perception.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :