• La température monte dans les foyers

    La température monte dans les foyers

    En démocratie, le peuple peut s’exprimer librement par son bulletin de vote ou en manifestant sa protestation ou ses revendications dans la rue ou par ses grèves. Lorsque cela ne lui suffit pas, il cède à la violence, sans même savoir ce qu’il veut vraiment et s’attaque aux institutions qui lui permettent pourtant de s’exprimer. Il devient alors une populace privée de raison et donc imperméable à tout argument ou à toute concession. Un peuple peut vouloir construire, une populace ne veut que détruire ce qui est, enivrée par sa puissance, en espérant dans le chaos trouver pour certains une situation qu’ils prétendent mériter en prenant la place de ceux qu’ils détruisent. Les Français ont la fâcheuse tendance de vouloir rejouer la Révolution de 1789 à la moindre occasion.

    Dans « La généalogie de la morale », Nietzsche voyait le ressentiment comme l’expression d’une aspiration vaine et désespérée à « être quelqu’un autre » : « Sur ce terrain du mépris de soi, véritable marécage, pousse toute mauvaise herbe, toute plante vénéneuse, tout cela petit, caché, trompeur et fade. Ici grouillent les vers de la vengeance et du ressentiment ; ici l’air empeste de choses secrètes et inavouables ; ici se trame constamment la conspiration la plus méchante, la conspiration de ceux qui souffrent contre ceux qui ont réussi et vaincu ; ici la simple vue du vainqueur excite la haine. Et que de mensonges pour ne pas reconnaître que cette haine est de la haine ! » ( cité par Pierre-Antoine Delhommais dans un éditorial paru dans Le Point du 29/11/18) 

    La populace se formait par contagion, uniquement dans la rue, son degré d’intelligence étant inversement proportionnel au nombre de participants réunis en un même lieu. Aujourd’hui, la phase initiale de sa formation se fait à domicile, dans son fauteuil, bien au chaud, en famille devant un écran par contagion virale électronique.

    Il peut s’agir de l’écran de TV livrant en boucle des images, des commentaires de politologues ou d’experts, ceux des journalistes qui ont enfin quelque chose à commenter et font de l’audimat, ceux des inconnus que l’on interroge avec gourmandise et qui ne représentent souvent qu’eux-mêmes (et c’est heureux car leur discours est souvent affligeant), accédant ainsi et de façon miraculeuse à leur quart d’heure de célébrité. Et tout ce beau monde mousse et se fait mousser en mettant de l’huile sur le feu.

    Et la température monte dans les foyers.

    Il y a, bien sûr, l’écran d’ordinateur ou même du smartphone où sans bouger on peut s’exciter en regardant ce qui se déverse sur les réseaux sociaux : de la colère, des revendications sensées ou farfelues, des mensonges mobilisateurs, des appels à la violence ou même au meurtre, et à la destruction inconsidérée des institutions puisque, étant en démocratie, ce qui les remplacera risque d’être pire que ce qui est.

    Une soupe redoutable bien chauffée par des politiciens irresponsables qui espèrent à cette occasion prendre le pouvoir qu’ils ont été incapables de conquérir, et dont on devine ce qu’ils pourraient en faire.

    Et la température monte dans les foyers jusqu’à incendier la rue.

    Illustration de Chu Teh-Choun

    « ThermodynamiqueLa fièvre du samedi »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Décembre à 18:24

    Aujourd'hui, à Nantes je n'ai pu faire des courses, car tandis que le bus descendait la rue, les volets des magasins s'abaissaient eux aussi, par peur des manifs et de la casse...

    Mais 68 a été très violent ici, la ville était déjà partagé entre les groupuscules d'extrême gauche qui délivraient à qui ils voulaient bien des bons d'essence et de nourriture, il y avait même paraît-il des demandes de règlements pour ce genre de service-là j'avoue que je n'ai pas très envie de revivre çà.

      • Jeudi 6 Décembre à 18:37

        Les fins de semaine ne sont guère reposantes

    2
    Jeudi 6 Décembre à 18:51
    Pangloss

    Politiciens irresponsables mais système politico-médiatique qui a amené un Macron au pouvoir et une assemblée à sa botte. La prise de pouvoir par Macron avec son côté jupitérien a profité des failles d'une démocratie pervertie. J'avais remarqué lors de la fondation de son mouvement combien le risque était grand quand on a choisi le nom "En Marche" pour y rappeler les initiales de son fondateur.

      • Jeudi 6 Décembre à 19:06

        La Constitution de la Vème n'a pas mal fonctionné jusque là et nous savons ce qu'a donné le parlementarisme de la IVème. L'ennui est que des réformes nécessaires n'ont pas été faites et que les Français ont une fâcheuse tendance à vouloir rejouer à la moindre occasion la Révolution de 1789 en occultant le côté particulièrement sanglant de la chose. Un des tags sur l'Arc de Triomphe : "on a coupé des têtes pour moins que ça"

    3
    Jeudi 6 Décembre à 20:27
    4
    Jeudi 6 Décembre à 20:57

    Démocrate européiste  attaché à nos bonnes vieilles démocraties occidentales qui ont inventé 1000 garde-fous pour protéger nos libertés, je ne me sens pas proche des excités  qui veulent investir l'Elysée, MAIS... 

    Mais je me dis que si on ne fout pas vraiment la frousse à toute la classe politique, dans deux ans ou dans quatre ans, ce président ou un autre va venir, la fleur aux dents, nous annoncer qu'il a trouvé un nouveau motif génial pour justifier la création de nouvelles taxes. 

      • Jeudi 6 Décembre à 21:08

        En effet on ne peut pas dire que la gestion de la France soit exemplaire, les prélèvement vont approcher des 50% et la dette des 100% du PIB avec des service publics qui laissent à désirer. Par contre, contrairement à ce qui est dit il semble que nous soyons un des pays les moins inégalitaires.

      • Souris donc
        Vendredi 7 Décembre à 11:59

        Liste vertigineuse des taxes. L'égalitarisme en est une cause. Comme en URSS ou au Venezuela (avec bien sûr une nomenklatura privilégiée, jusqu'au jour où tout implose). S'étonner ensuite que les cocos du 9-3 soient tous partis au FN.

      • Vendredi 7 Décembre à 12:58

        Impressionnant, je dirais même vertigineux. Gouverner ce n'est pas résoudre et diriger, c'est taxer et emprunter pour dépenser. Il n'est pas nécessaire de sortir de l'ENA pour cela.

      • Vendredi 7 Décembre à 13:51

        C'est vrai mais l'ENA reste indispensable pour trouver les bons intitulés qui feront passer la pilule (merci à Souris donc pour la liste): 

        36 Droit du permis de chasse
        37 Droit de validation du permis de chasse

        43 Redevances perçues à l’occasion de l’introduction des familles étrangères en France  (???) 

        62 Taxe sur le ski de fond 

        84 Cotisation spéciale sur les boissons alcoolisées
        85 Droit de circulation sur les vins, cidres, poirés et hydromels
        87 Droits de consommation sur les alcools
        88 Droit sur les bières et les boissons non alcoolisées

      • Vendredi 7 Décembre à 14:04

        C'est Courteline au carré !

    5
    Souris donc
    Vendredi 7 Décembre à 09:54

    C'est vrai que le mimétisme et l'instinct grégaire inhérents à notre espèce en ont pris un coup. Même chez les gilets jaunes, on est loin de l'unanimité, alors dans les familles...

    Moi ils commencent à me gonfler sérieusement, ça va maintenant, on les a assez vus, leur enculeur de mouches ( Fly Rider) a beau cartonner sur YouTube.

      • Vendredi 7 Décembre à 11:06

        Et voilà que les lycées s'en mêlent : c'est jaune et ça ne sait pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :