• La liberté de l'enfermement ou les dessous de l'amalgame

     

    Il paraît que la vente du burkini explose.

    Un vêtement comme un autre selon Plenel, défenseur chatouilleux des libertés individuelles, et qui met cette tenue noire sur le même plan en matière de liberté que les habits professionnels du clergé, sans se rendre compte de la signification de ce rapprochement.

    Nous sommes d’accord avec l’ineffable moustachu lorsqu’il estime que chacun est libre de se vêtir comme il l’entend à condition que la façon de se vêtir ne soit pas imposée par une autorité quelconque. Mais il semble lui échapper que la propension envahissante qu’ont les musulmanes à s’enfermer dans un vêtement recouvrant intégralement le corps en dehors du visage (pour l’instant) est une application directe des préceptes intégristes de l’islam, autorité religieuse s’il en est. Il est difficile de concevoir le burkini comme une simple mode puisque cette tenue ni hygiénique, ni confortable, ni adaptée au bain n’est pour l’instant adoptée que pour des raisons religieuses sous le couvert de la pudeur.

    Certes, ces femmes sont libres de s’enfermer elles-mêmes pour suivre des dogmes obscurantistes et satisfaire un masochisme identitaire, mais la notion de liberté peut se discuter comme se discute celle du drogué désirant continuer à se droguer.*

    Comme le dit la journaliste marocaine Fatiha Daoudi qui s’élève avec colère contre les opinions de Plenel qui se permet de « pérorer sur la liberté vestimentaire des femmes musulmanes confortablement installé dans une démocratie centenaire » et dont les déclarations permissives risquent, à son avis, de porter préjudice à la lutte pour les droits des femmes dans les pays musulmans : « la pratique de l'islam est /devenue/ plus une ostentation qu'une dévotion ».

    Et elle ajoute à l’intention du défenseur inconditionnel des libertés individuelles : « Je ne sais pas si vous en avez connaissance mais, dans ces pays musulmans, nos mères portaient, dans les années soixante, le maillot sur les plages et leurs corps profitaient librement du soleil avant qu'il ne se résume à leur entrejambe. De nos jours, nombreuses sont les femmes qui évitent de porter le maillot à la plage de peur d'être agressées par les fous de la religion qui ne sont en fait que de simples obsédés du sexe ».

    Il faut bien le constater, les femmes en Occident se revendiquant de l’islam, mais sans bien connaître pour beaucoup son contenu, enfilent de plus en plus le déguisement imposé par les islamistes qui sous d’autres cieux, égorgent, décapitent et font des femmes des esclaves ou une sous race humaine.

    Ici, ce n’est pas la société qui leur impose de masquer leur corps, ce sont elles-mêmes (sauf pression familiale ou maritale) qui le font, exprimant ainsi leur liberté à la Plenel. Ce sont elles-mêmes qui, en suivant les préceptes des islamistes ou des théocraties islamiques, se rapprochent d’eux et leur donnent raison, qu’elles le veuillent ou non. Ce sont elles-mêmes qui, par leur apparence, que n’exige aucunement une authentique dévotion, se stigmatisent dans une société libre. Ce sont elles-mêmes qui se couvrent du noir de la mort comme dans les pays musulmans intégristes où dans les territoires occupés par l’Etat islamique, alors que la plupart des femmes de ces pays cherchent à se libérer du joug andro-religieux.

    Mr Plenel, est-ce la liberté de l’enfermement que vous défendez ?

    Les dessous de l’amalgame

    Ce sont les musulmans eux-mêmes, en mettant en avant leurs femmes dans leur accoutrement ou les femmes elles-mêmes, alors qu’elles ont l’avantage de vivre dans un pays où leurs droits sont garantis par la loi, qui, en se conformant aux prescriptions de l’islam radical, suscitent les conditions de l’amalgame entre les musulmans qui condamnent les islamistes meurtriers, et ceux qui cachent mal leur sympathie pour eux.

     

    * Ce qui ne veut pas dire que la solution serait d'interdire ou de légiférer en ce domaine, mais que l'on ne vienne pas dire que le burkini est une tenue comme une autre et sans signification. Il est même possible que la polémique autour de cette tenue assez laide  pousse des jeunes femmes à l'adopter plus par goût de la révolte ou pour se singulariser que par conviction religieuse qui, comme d'habitude, tourne autour du sexe.

    « Clapotis aoûtiensDépression »

  • Commentaires

    1
    Michèle
    Samedi 20 Août 2016 à 17:02

    Tout est dit...

    Mais qui entend un discours comme le vôtre ?

      • Samedi 20 Août 2016 à 17:24

        Il est cependant à noter que les pays anglo-saxons qui ont adopté un modele social différent du nôtre ne comprennent pas la polémique autour des vêtements islamiques.

    2
    Samedi 20 Août 2016 à 17:26

    Les pays anglo-saxons et en particulier la Grande-Bretagne ne comprennent pas non plus que leur tolérance favorise les islamistes.

      • Michèle
        Samedi 20 Août 2016 à 17:33

        En effet.

        Et ça fait peur.

      • Samedi 20 Août 2016 à 17:36

        Sans aucun doute et cette tolérance  va loin : proposition d'inclure la charia dans le droit, écoles coraniques où on apprend le pire aux jeunes musulmans etc...

    3
    Samedi 20 Août 2016 à 18:42

    Je crois que cette bataille est déjà perdue, Doc. Ils sont prêts à aller jusqu'au bout et ils auront gain de cause car c'est vrai que nos principes ne nous permettent pas de légiférer sur des tenues vestimentaires.

    La prochaine bataille en train de  se préparer portera sur le statut de la langue arabe dans les pays où il y a des arabes. Elle commence par une campagne mondiale qui sous-entend que les islamophobes ont peur de la langue arabe.

    PS : on se souvient qu'une commission ad hoc avait suggéré à Ayrault la reconnaissance de la langue arabe comme une des langues officielles de la France. 

      • Samedi 20 Août 2016 à 19:12

         "Ce sac n'a pas d’autre but que d'effrayer ceux qui ont peur de l'arabe". "Réponse humoristique à l'islamophobie". Je ne vois pas en quoi un texte en arabe sur un sac est humoristique. "Création" d'un arabe israélien et dont l'image a eu un succès "viral". Et encore une fois il y a confusion entre arabe et islam et entre le rejet d'une religion et celui d'une ethnie. La confusion est une stratégie gagnante des islamistes. J'utilise volontairement ici le terme d'islamiste car il ne s'agit plus de religion mais de politique.

      • Michèle
        Samedi 20 Août 2016 à 21:12

        Je vois que l'Allemagne envisagerait une interdiction "partielle" de la burqa.

        Déjà, le SPD s'y oppose.

        Iront-ils au bout ? 

         

      • Michèle
        Samedi 20 Août 2016 à 21:23

        J'habite à quelques mètres de "La Belle Equipe" et le lendemain de l'attaque, une femme voilée de la tête au pied était adossée à l'arbre qui fait face au restaurant et pianotait sur son portable en parlant très fort en arabe. Elle est restée là très longtemps...

      • Samedi 20 Août 2016 à 23:25

        Partielle ? La visibilité d'une oreille ?

        Un compte-rendu peut-être ?

    4
    Michèle
    Dimanche 21 Août 2016 à 00:10

    "Partielle" car il ne s'agirait d'interdire la burqa que dans certains endroits.

    L'interdire totalement serait "anticonstitutionnel" !

    "Une oreille" ? Quelle indécence.

    J'ai l'impression que nous entrons dans un long hiver...

     

      • Dimanche 21 Août 2016 à 08:39

        Le droit peut permettre aux ennemis du droit de le détruire.

    5
    Souris donc
    Lundi 22 Août 2016 à 15:35

    Mais ras le bol de leurs exhibitions en burkini. Si nos maillots de bain leur sont un attentat à la pudeur, qu'elles aillent au hammam : il y en a à tous les coins de rue.

    La ségrégation des sexes y est effective, on peut se faire décrasser au savon noir puis graisser à l'huile d'argan, se faire servir un thé à la menthe et des cornes de gazelle.

    C'est comme là-bas, dis, rien n'offense leur pudibonderie.

     

      • Lundi 22 Août 2016 à 15:41

        La pudibonderie, le 6ème pilier de l'islam.

    6
    Souris donc
    Lundi 22 Août 2016 à 16:05

    La pudibondieuserie.

      • Lundi 22 Août 2016 à 16:17
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :