• La haine n’est plus ce qu’elle était

    De Gaulle a mis fin à la guerre d’Algérie et il est heureux qu’il l’ait fait. Indépendamment de toute considération sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, si les partisans de l’Algérie française et du maintien des trois départements d’Afrique du Nord dans le giron national avaient eu gain de cause, la moitié de la population française serait aujourd’hui musulmane, sans compter la guerre civile contre les islamistes qui déchira par la suite l’Algérie indépendante et dont la France aurait probablement héritée.

    Comme chacun le sait, De Gaulle fut obligé de faire face à de graves rébellions, à une menace de coup d’Etat militaire et à plusieurs tentatives d’assassinat dont celle du Petit- Clamart (après les accords d’Evian) dont il a échappé par miracle avec son épouse et son gendre, sa Citroën DS ayant été criblée de balles. Ce dernier attentat fut exécuté par des membres de l’OAS (Organisation Armée Secrète) et planifié par le lieutenant-Colonel J.M Bastien-Thiry qui fut fusillé.

    La haine n’est plus ce qu’elle était

    Le pèlerinage du 9 novembre dernier à Colombey-les-Deux-Eglises nous donne une bonne occasion de ricaner car on a vu défiler un lot de descendants idéologiques de ceux qui voulaient la mort de De Gaulle. Ceux qui considèrent aujourd’hui que la France est menacée d’être submergée par une invasion musulmane, alors que leurs ascendants idéologiques, œuvraient dans une vision à courte vue, les armes à la main, pour qu’un jour ou l’autre les musulmans deviennent majoritaires dans le pays.

    Les morts ne ricanent pas, sinon De gaulle aurait pu s’ébaudir en voyant défiler pour lui rendre hommage, des représentants de la droite et de l’extrême droite dont le président du groupuscule Siel, Karim Ouchikh, Renaud Camus qui théorise le « grand remplacement », un représentant du Rassemblement national (et on connaît les opinions qu’avait J.M. Le Pen lors de la guerre d’Algérie), Florian Philippot (qui n’a jamais caché sa sympathie pour le général) et Nicolas Dupont-Aignan accompagné de 200 sympathisants.

    Sans trop faire dans la fiction, je pense que l’on n’a peu de chance de se tromper en supposant que tous ces admirateurs de De Gaulle aujourd’hui auraient été hier ses détracteurs les plus féroces, jusqu’à souhaiter sa mort, et auraient défendu l’Algérie française (comme le fit J.M Le Pen et bien d’autres sans être de la même tendance politique). Ils auraient sans doute sympathisé au début des années 60 avec l’OAS en rébellion contre l’Etat français, et peut-être même que certains en auraient fait partie.

    L’histoire ne manque pas d’ironie, avec le temps et les troubles de mémoire de ses acteurs, la haine peut se transformer en dévotion et vice versa.

    « CommémorationsMon côté « gilet jaune » »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Novembre à 12:58

    C'est ben vrai, ça... (ou "Le prestige n'est plus ce qu'il était")

    (sous-titre: "tout fout l'camp")

                                                          octobre 1959

                                                          novembre 2018

     

      • Jeudi 15 Novembre à 13:13

        L'existence de faux attentats ne jette aucun doute sur ceux dont fut victime De Gaulle. L'histoire a montré l'absence de vision sur l'avenir de ceux qui les avaient perpétrés.

      • Jeudi 15 Novembre à 17:55

        ...d'où mon "Tout fout l'camp" et "Le prestige n'est plus ce qu'il était"

         

      • Sémaphore
        Dimanche 18 Novembre à 21:51
        Sémaphore

        La DS (perforée à différents endroits) du Petit-Clamart était visible (je ne sais pas si elle s'y trouve encore) dans une dépendance de la maison natale de de Gaulle, rue Princesse à Lille.

      • Dimanche 18 Novembre à 22:57

        Il me semble qu'elle est exposée.

    2
    Jeudi 15 Novembre à 14:58

    L'hommage à De Gaulle c'est pour tenter de jeter un voile pudique sur leur passé collectif de collaboration avec l'ennemi,  leur haine des juifs, des noirs, des homosexuels et des femmes émancipées. 

    Mais ne crions pas victoire trop vite : Zemmour  et quelques autres se dépensent sans compter (et avec quelque succès) pour redonner à l'extrême droite la fierté de ses fondamentaux idéologiques.

      • Jeudi 15 Novembre à 15:11

        L'extrême droite manque de héros présentables d'où cette tentative de confiscation en leur faveur de la statue du Commandeur, alors qu'elle n'a cessé de souhaiter jadis sa disparition aussi bien pendant l'occupation allemande (pour une partie) qu'au moment de la guerre d'Algérie.

    3
    Jeudi 15 Novembre à 16:07

    Comme le paysage n'offre plus de grands hommes, la nostalgie les fait honorer de Gaulle aujourd'hui, qu'hier il voulaient flinguer!

      • Jeudi 15 Novembre à 16:14

        Oui, nous avons actuellement un sérieux déficit de grands hommes. Mais ils se révèlent parfois que dans des circonstances historiques exceptionnelles, et à tout prendre, je préfère que celles-ci n'existent pas.

    4
    Jeudi 15 Novembre à 17:52
    Pangloss

    Les partisans de l'Algérie française d'alors sont bien contents d'avoir perdu: ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent. 

      • Jeudi 15 Novembre à 17:58

        Contents ? A ma connaissance je n'ai pas entendu un seul partisan de l'Algérie française dire qu'il avait eu tort d'avoir été en faveur d'un coup d'Etat.

      • Sémaphore
        Dimanche 18 Novembre à 21:55
        Sémaphore

        Vous ne devez pas lire souvent Valeurs Actuelles où le lecteur avait droit à des pleurnicheries récurrentes sur l'Algérie Française. (je parle d'une publication connue mais il doit y en avoir d'autres beaucoup plus discrètes, sûrement sans compter les blogs).

      • Dimanche 18 Novembre à 23:02

        Comme quoi les leçons de l'histoire sont rarement apprises.

    5
    Vendredi 16 Novembre à 15:38
    Pangloss

    Ils ne sont pas contents? Ils devraient.

      • Vendredi 16 Novembre à 16:23

        Peut-on être content d'avoir tort ?

    6
    Sémaphore
    Dimanche 18 Novembre à 22:01
    Sémaphore

    La nostalgie prendra-t-elle bientôt place dans votre chrestomathie personnelle, Doc ?

    Elle y aurait sa place ! winktongue

      • Dimanche 18 Novembre à 23:04

        Mais "La nostalgie n'est plus  ce qu'elle était" si l'on en croit Simone Signoret

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :