• La génération des portables

    La génération des portables

    Malgré le temps je ne m’habituerai jamais à ces passants ou plus souvent passantes qui marchent dans la rue comme des zombies, les yeux fixés sur leur smartphone, regardant son écran, tapotant du pouce son clavier, souriant bêtement en parlant à l’invisible, haussant le ton sans égard pour autrui, hochant rythmiquement la tête, les écouteurs vissés aux oreilles, ou le casque monstrueux décoiffant une belle chevelure ou masquant de belles boucles d’oreille choisies le matin avec soin. Les passants et surtout les passantes sont ailleurs, déportés par leur portable dans un autre lieu (demande la plus fréquente : où es-tu ? avant d’engager une conversation) et absents de l’espace environnant. Nous devenons des connectés déconnectés du réel.

    Le pire s’installe chez soi, dans notre intimité : enceintes intelligentes, micros, capteurs et caméras. Tout ce petit monde avec son allure brillante et sa posture discrète est mis à présent à notre service et prétend nous assister avant de bien nous connaître et de nous rendre esclaves.

    Posez une question, l’enceinte branchée sur internet vous donnera la réponse, SA réponse, et n’oubliera pas la question. Vous pourrez ainsi obtenir par sa voix métallique les horaires des trains, les films à l'affiche au cinéma, réserver un restaurant, trouver une recette de cuisine, se faire livrer une pizza, et bien évidemment commander directement des produits sur le site qui vous a vendu l’enceinte parlante. Vous n’aurez même plus l’effort de chercher.

    Merveilles de la domotique à qui vous pourrez donner des ordres de la voix, elle se chargera d’ouvrir les rideaux, de préparer le café qui vous convient, elle s’occupera de la lumière, diffusera de la musique. Ce petit monde robotique à votre service se conduira comme un majordome. Vous pensez être le maître en donnant des ordres, alors que vous deviendrez de moins ne moins libre et de plus en plus paresseux. Ce majordome vous dominera. Ce qui l’intéresse c’est votre argent et un bon vendeur pour vendre l'inutile doit créer des besoins, doit bien connaître vos envies, vos lubies et vos travers. En vous vidant de votre substance vous deviendrez léger, et portable à votre tour après avoir échangé votre âme contre des jouets.

    Illustration : Eugène Delacroix « Faust et Méphistophélès »

    « Le vieil indien et les astronautesLa Honte ? »

  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Juin à 20:53

    Oui... bof...

     

     

    j'ai déniché ça pour vous:

    Mousr

    Le principe : une souris connectée pour jouer avec votre chat. Depuis votre smartphone, vous contrôlez la souris, comme un drone

    Kittyo

    Un distributeur de nourriture connecté, voici ce qu’est Kittyo. Spécialement conçu pour les chats, il vous permettra sûrement de laisser votre chat à la maison plus sereinement. Vous savez quand votre chat mange, et vous pouvez même le voir en vidéo.

    Laïka

    Laïka est un jouet d’occupation et de stimulations physiques et cognitives extrêmement innovant permettant une relation interactive à distance entre le chien et son maître

    Laïka se présente comme un robot contrôlable à distance avec un smartphone. Il est équipé d’une caméra, d’un micro et d’un haut-parleur qui permettent de voir son chien, de l’entendre, mais aussi de lui parler. Grâce à un traqueur à attacher au collier du chien, le robot se déplace de manière autonome vers l’animal, tandis que son maître peut contrôler le lanceur de friandises à l’aide de l’application :

    Petchatz,

    Conçu par la start up américaine Anser Innovation, ce dispositif vous permet de voir et de parler à votre animal lorsque vous êtes absents grâce à un microphone et un haut parleur intégrés.Petchatz se connecte via wi-fi à une application installée sur  un smartphone (IOS ou Android), un ordinateur ou encore une tablette.

    Lorsque vous désirez communiquer avec votre animal, allez sur l’application et lancez un appel vidéo. Petchatz envoie alors une alarme à ultrason pour faire venir l’animal jusqu’à l’appareil.

    Le dispositif est également équipé d’un détecteur de mouvements qui vous alerte si votre animal à fait une bêtise (si Félix a fait tomber votre vase préféré par exemple).

    En dehors de surveiller votre boule de poil Petchatz peut diffuser des senteurs qui l’apaiseront. Pour le rendre heureux vous pourrez également lui donner des friandises. Il vous suffira d’appuyer sur une touche de l’application et le dispositif libérera une petite gourmandise.

     

    (dès que j'entends parler d'un robot destiné aux chiens-robots, on en cause ?)

      • Mardi 19 Juin à 20:58

        On va bientôt faire ça avec les humains. On commence toujours par des expériences sur les animaux.

        NB. Merci pour la documentation.

    2
    Mardi 19 Juin à 21:23

    J'attends avec impatience une gigantesque panne d'électricité.

      • Mardi 19 Juin à 22:55

        Et tout s'écroulerait. L'informatisation à outrance est un gigantesque piège.

    3
    Souris donc
    Mercredi 20 Juin à 09:18

    On est chez Orwell depuis longtemps. On est pisté et fiché au moindre paiement par CB, dès qu'on s'engage sur une autoroute, dès qu'on surfe sur Internet, dès qu'on active son portable. Certains sites s'offusquent quand on a un bloqueur de publicité. Et pour cause. Tout ce fichage est fait pour nous fourguer ce pour quoi on craquera à coup sûr.

    Google développe un robot appelé Duplex. Ses pères lui ont donné une voix avec des euh et des hmmm pour faire plus vrai que nature. Si bien que lorsque vous faites, par exemple, une réservation, vous ne savez pas que votre interlocuteur est un robot.

    Les zombies connectés dans la rue. Le plus détestable : la mode des voix aigües, scandées et martelées des femmes. Seule solution : fuir la promiscuité, le grégarisme, les transports en commun, se terrer au mois d'août.

     

     

      • Mercredi 20 Juin à 10:51

        A côté du totalitarisme politique décrit par Orwell, nous avons maintenant un totalitarisme issu du progrès technologique et du libéralisme qui s'impose dans l'espace démocratique (au nom, en particulier, de la liberté d'expression). Invasion informatique contre laquelle les totalitarismes politiques tentent de s'opposer. On a là une curieuse lutte entre deux totalitarismes.

    4
    Mercredi 20 Juin à 16:36

    Et ceux qui ne seront pas "connectés" finiront bientôt dans une réserve qui se visitera ! Un peu comme dans "l'âge de cristal" (je crois). Je pense que j'y serai… et en bonne compagnie ! Déjà, vivant en zone rurale…je suis suspecte ! happy

      • Mercredi 20 Juin à 16:42

        Mais comme moi, vous êtes connectée à internet. Encore que l'on peut se demander si les blogs ne seront pas suspects.

    5
    Mercredi 20 Juin à 19:14

    Et on peut se répondre: "Oui, ils sont suspects".

      • Mercredi 20 Juin à 19:20

        Ils le sont sûrement dans les pays où la population est sous surveillance étroite.

    6
    Souris donc
    Mercredi 20 Juin à 21:03

    Olivier Berruyer, un économiste, liste ce qu'il risque de nous arriver avec les objets connectés.

    Personnellement, je m'en fiche. J'ai installé une caméra contre le démarchage à domicile et autres Témoins de Jéhovah. Et des SoundTouch Bose pour m'affranchir des antennes qui ne diffusent que Radio France. Si Big Brother apprend que j'écoute Radio Classique, tant pis.

      • Mercredi 20 Juin à 22:58

        J'espère que votre jardin n'est pas miné.

    7
    Jeudi 21 Juin à 11:06

    Moi, le vieil ours mal léché que je suis a accueilli tout cela avec bonheur. Tant qu'à faire,

    - je préfère avoir affaire aux  machines à affranchir de la poste beaucoup plus polis et serviables que les employés de la poste des PTT au regard bovin et au comportement désagréable. Et tant pis si la machine sait à qui j'envoie des colis.

    - en vacances, je préfère  contrôler le trajet aéroport-hôtel avec Google Maps, plutôt que d'être pieds et mains liés face à un taxi libanais ou espagnol qui a décidé d'arnaquer le touriste. Et tant pis si dès le lendemain, Google m'envoie des pubs en espagnol. 

    - à Paris je préfère commander un Uber sur mon smartphone plutôt que de partir à la recherche aléatoire d'un taxi parisien. Ou de payer des frais de réservation de 7 euros pour une course de 12 euros

    etc...

    Mais je rejoins votre scepticisme quand Google me propose un assistant capable de me raconter des histoires drôles, de me dire la distance de la Terre à la Lune et de me donner la population du Zimbawe. Dna ce cas, je préfère  répondre poliment "NON merci " smile

      • Jeudi 21 Juin à 11:24

        "La langue est la pire et la meilleure des choses", cette aphorisme attribué à Esope peut également s'appliquer à l'informatique et à internet

      • Jeudi 21 Juin à 14:12

        Pour une minuscule notion de l'infini...

        De quoi relativiser la philosophie féline:

      • Jeudi 21 Juin à 16:55

        Merci pour cette contribution en images. Chat va mieux en l'illustrant.

    8
    AfterChèvre
    Mardi 26 Juin à 12:14

    Y'a qu'une télé c'est Téléchat - mais il devient difficile de débusquer les gluons ;o)

      • Mardi 26 Juin à 14:23

        Que l'on peut solliciter avec une souris.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :