• La France souffre d’une dissociation de la personnalité

    La France souffre d’une dissociation de la personnalité

    Les extrêmes, de la droite dont le FN, et Mélenchon, souvent sur la même ligne, s’élèvent contre le discours de Macron à l’occasion des 75 ans de la rafle du Vel d’Hiv qui rappelait, comme l’avait fait Chirac, la responsabilité de la France dans la déportation et l’extermination des 13000 Juifs arrêtés en juillet 1942, dont 4000 enfants et plus de femmes que d’hommes. Rafle organisée (notamment par Bousquet, le copain de Mitterrand) et exécutée par la police et la gendarmerie françaises en prenant des initiatives qui n’avaient même pas été exigées par les Allemands.

    Pour Marine Le Pen et Mélenchon, la France n’est aucunement responsable de cette ignominie car « le régime de Vichy n’était pas la France, la France était à Londres », ce qui suggère au passage que la majorité des Français s’était engagée dans la résistance en suivant De Gaulle, ce qui bien sûr n’était pas le cas ; 1942, c’était bien trop tôt pour les résistants de la dernière heure, le premier revers de l’armée allemande à Stalingrad n‘avait pas encore eu lieu, la bataille venait juste de commencer, le jour même de la rafle du Vel d’Hiv, le 17 juillet 1942.

    Selon cette affirmation, il existerait une France éternelle, toujours égale à elle-même, vertueuse et fraternelle, incapable de vilénies. Et à côté de cette France irréprochable, il existerait – en quelque sorte dissociée par un mal schizophrénique – un gouvernement de la France que l’on peut accuser de tous les crimes et qui ne devient légitime que s'il se conduit correctement.

    Le paradoxe pour le FN est son amour pour De Gaulle alors qu’au moment de la Guerre d’Algérie, Le Pen sénior et ses partisans de l’époque étaient plutôt dans le camp de ceux qui voulaient l’assassiner et on aurait trouvé parmi eux nombre de sympathisants du Régime de Vichy. Il est fort possible que des nostalgiques de « Travail, Famille, Patrie » s’y trouvent encore.

    Mélenchon, lui, arrange l’histoire de France à sa manière. Comme il efface les excès sanglants de la Révolution française, Il oublie que les pleins pouvoirs avaient été donnés au Maréchal Pétain par l’Assemblée nationale régulièrement élue, au soulagement de la plupart des Français partisans de l’armistice. Ce n'était pas la France dit-il car la France c'est la République (et non "l'Etat français" de Vichy) en oubliant qu'elle a été plus longtemps monarchique et que ce sont les rois qui l'ont constituée.

    Un pays est bien trop difficile à définir car trop divers. Dire que la France était à Londres est une vision réductrice, et optimiste, mais d'un autre côté les collaborateurs avec l’Allemagne étaient minoritaires, et si certains se livraient à la délation ou avaient largement participé aux basses oeuvres de l'occupant, nombre de Français risquèrent leur peau pour sauver des Juifs surtout après la rafle du Vel d’Hiv car auparavant ils furent plutôt indifférents à leur sort, mais avec les conditions terribles de cette rafle, beaucoup prirent alors conscience de l’ignominie perpétrée par leur propre gouvernement, notamment à l’égard des enfants qu’ils ont contribué par la suite à sauver.

    Anselm Kiefer : « La lande de la Marche de Brandebourg »

    « Allez ! Ne boudez pas, faites-vous la bise.Revue de p(a)resse ciblée »

  • Commentaires

    1
    Un Cœur qui bat
    Mardi 18 Juillet à 23:44
    Bonsoir Doc, un Tout Grand Merci Pour ce très beau papier. Quelle misère d'avoir du attendre 75 ans pour avouer la vérité. Il ne faut pas oublier tous les justes qui étaient des français patriotes et humanistes. Mon Grand père a pu bénéficier d'une précieuse information en provenance d'un ami qui travaillait à la préfecture de police 48h avant la fameuse rafle ... il a eu tout juste le temps de quitter précipitamment Paris qu'il aimait tant. Mais a ainsi sauvé sa famille et ses alleux dont je fais partie... très belle fin de soirée
      • Mercredi 19 Juillet à 08:05

        Tous les Juifs qui ont survécu ont été aidés ou cachés à un moment ou un autre par des non juifs

    2
    Mercredi 19 Juillet à 00:15

    C'est aussi une des pages de notre histoire que je déteste. De Gaulle a fait ce qu'il a jugé juste et bon pour la France et c'est tant mieux si des français se reconnaissent en lui, cependant Jean-Marie était dans le gouvernement de Vichy petit piou piou à l'époque)  Mais dire comme le font les Le Pen que la France n'était pas responsable, c'est du n'importe quoi. Ma grand mère avait une amie juive, qui fut déportée avec toute sa famille 12 personnes en tout et seulement 5 sont revenues de cette abomination. Quand à Mélenchon, sa révolution, son Pol Pot, son Staline et tous ceux qu'il admire, ils auraient été bons pour passer à la guillotine.

      • Mercredi 19 Juillet à 07:21

        L'Etat français fut entièrement responsable, il a parfois été au-delà des exigences des Allemands (ce qui ne fut pas le cas du Danemark par ex). Mais si la France de l'époque a eu ses salauds (notamment la "milice"), elle a eu aussi ses héros.

    3
    Mercredi 19 Juillet à 10:34

    En fait la France ayant été, selon les époques, monarchiste ET républicaine, communarde ET versaillaise, esclavagiste ET abolitionniste, pétainiste ET gaulliste, chacun peut choisir, en toute mauvaise foi, SA France et la déclarer France éternelle.

     

    PS : ceci étant dit, Chirac avait déjà affirmé la responsabilité de l'Etat dans la Rafle du Vel d'Hiv.   Réaffirmer cette responsabilité juste pour faire plaisir à un chef d'Etat étranger ( comme le candidat l'avait déjà fait en Algérie concernant la colonisation) me parait procéder d'une vision de la diplomatie assez démagogique et puérile. 

      • Mercredi 19 Juillet à 10:49

        Les politiques choisissent la France qui leur convient : leur vérité avec omissions et le choix est grand. Le discours de Macron m'a semblé plus approfondi que celui de Chirac, mais comme toujours trop long. Sa femme devrait le mettre en garde contre cette propension à délayer ses devoirs qui risque de lui faire perdre des points.

    4
    Mercredi 19 Juillet à 15:29

    Vous avez raison: la France est difficile à définir et, de certains points de vue, impossible. Géographiquement, on y arrive à peu près. On peut aussi dire par qui cette étendue géographique est gouvernée. Mais la France n'est pas une personne et -en ce qui concerne la morale- pas une personne morale unanimiste. Il y a La France et il y a des Français. Il est malhonnête de confondre la première avec les seconds. La responsabilité d'une faute incombe à ceux qui la commettent, pas à leur famille, à leurs voisins ou autres habitants de leur pays. Il y a eu des gens favorables et des gens opposés aux conquêtes coloniales et à l'esclavage. Leurs descendant des uns et des autres doivent-ils en porter la responsabilité comme certains essaient de le faire croire?

    Aujourd'hui encore, on assimile facilement les Vichyssois et les vichystes, comme si habiter dans la ville qui était le siège de l'Etat français grevait d'une culpabilité collective même ceux qui n'étaient pas nés.

    Ceux qui ont ordonné, organisé et mis en oeuvre la rafle du Vel d'Hiv sont coupables. Comme ceux qui auraient pu ne pas y participer sans risque pour eux-mêmes (y en avait-il?) mais qui ont "obéi aux ordres". Ceux qui l'ont approuvée sans y participer d'aucune manière ne sont coupables de rien même s'ils devraient, d'un point de vue moral, se sentir coupables. Les autre étaient étrangers à l'affaire.

    Mais la France? De ce point de vue, du point de vue de celui qui cherche un coupable à la rafle du Vel d'Hiv', la France n'est pas coupable. Parce que, de ce point de vue, elle n'existe pas.

      • Mercredi 19 Juillet à 16:11

        Merci de ce commentaire qui montre la difficulté de cerner la responsabilité lorsqu'il s'agit d'une action collective. Les coupables sont ceux qui ont organisé, exécuté et même approuvé une action. La difficulté est de déterminer la culpabilité de celui qui exécute un ordre car en se rebellant il devient à son tour victime. A la limite celui qui approuve est plus coupable que celui qui exécute contre son gré (lors de la rafle du Vel d'Hiv des policiers ont prévenu ceux qu'ils devaient arrêter afin qu'ils puissent s'échapper). Et peut-on être coupable par indifférence ?

        La "France" est un concept malléable et évanescent. Le seul contenu qui me parait indiscutable est culturel. Son histoire, quant à elle, a souvent échappé aux Français eux-mêmes. Reste que l'on ne peut totalement séparer l'Etat du pays qu'il administre quand le premier est l'émanation du second.

         

    5
    Mercredi 19 Juillet à 19:36

    On oublie juste un petit détail à savoir qu'en 1942 les Allemands (il est de bon ton de dire "les Nazis" mais je m'en fous c'est inexact) étaient à Paris, ce qui limitait singulièrement l'autonomie des forces de police et de leurs responsables. Mais bon, c'est du passé, n'en parlons plus, n'est-ce pas.

    Amitiés.

      • Mercredi 19 Juillet à 19:49

        Pas un seul Allemand (le nazi ne fait pas partie d'une ethnie à part) n'a participé à la rafle et Bousquet et consorts ont organisé l'arrestation à domicile de ces familles (plus de 4000 enfants !) avec beaucoup de zèle.

    6
    Souris donc
    Jeudi 20 Juillet à 16:44

    Alexandre III, grand pogromeur devant l'Eternel, a son pont à Paris. Sous lequel Méchantcon a tenu hommage à Fidel.

      • Jeudi 20 Juillet à 17:46

        L'histoire est remplie de responsables directs ou indirects de pogroms et de bûchers, à commencer par ce bon St Louis.

        Quant à ce délire de Mélenchon, il était inquiétant et les "insoumis" (sic) ont tout de la secte.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :