• LA COMPLAINTE DES MEUBLES

    LA COMPLAINTE DES MEUBLES

    Vincent Van Gogh "Le lit de Van Gogh à Arles"

    Il est temps que l'on se penche

    Sur la souffrance de ces exploités

    A-t-on pensé

    Aux armoires qui baillent de leurs planches

    Mais ne peuvent se coucher

    Aux lits toujours allongés

    Sans pouvoir se redresser

    Aux chaises debout sur quatre pieds

    Et qui ne peuvent jamais s'asseoir

    Et que dire des tiroirs

    Que l'on met sous clé

    Et des tables obligées d'écouter

    Des conversations dérisoires

     

    Comment ne pas comprendre en voyant

    Les bibliothèques obligées de se bourrer

    Leurs entrailles chargées de livres enivrants

    Que personne ne lit ou qu'on a oubliés

    Même rassemblés et lus avec émoi

    Pourquoi portent-elles un tel poids

    Alors qu'elles seront un jour vidées

    Les livres dispersés ou vendus ou jetés

    Lorsque le lecteur sera mort et enterré

     

    Les meubles se plaignent chaque nuit

    Ecoutez leurs craquements

    Ecoutez leurs gémissements

    Qui accompagnent votre insomnie


    Paul Obraska

    « Prise de têteQui pue ? »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mardi 24 Janvier à 19:05

    Belle, votre goualante du pauvre banc !

      • Mardi 24 Janvier à 19:20

        De la compassion mobilière. "Les objets ont-ils une âme ?"

    2
    Coach Berny
    Mardi 24 Janvier à 20:30

    "Aux lits toujours allongés

    Sans pouvoir se redresser"

     

    Vieillissants prématurément

    Sous la fougue des amants

     

    Pardonnez cette intrusion mais votre dernier quatrain n'est-ce-pas ?

      • Mardi 24 Janvier à 20:40

        Je n'ai pas osé entrer dans le secret des alcôves qui est le lit des cancans

    3
    Mardi 24 Janvier à 21:18

    "Objets inanimé, avez-vous donc une âme?"

    Voici enfin la réponse à cette question.

      • Mardi 24 Janvier à 22:46

        Il suffit de leur en prêter une. (J'ai volontairement paraphraser la citation wink2)

    4
    Mardi 24 Janvier à 22:01

    Joli poème Doc... Ces objets qui restent après la disparition de leur propriétaire seront sans intérêt pour la descendance, c'est ce que je me dis bien souvent en allant fouiner dans mes bouquins qui occupent pratiquement une pièce complète. J'ai du mal à me séparer de certains, j'aime l'odeur du papier et de les feuilleter me procure une grande joie !  Le tableau de Vincent Van Gogh est superbe pour illustrer votre texte.

    Bonne soirée

      • Mardi 24 Janvier à 22:49

        Toutes ces choses auxquelles on s'attache et qui seront pour la plupart jetées...

    5
    Mardi 24 Janvier à 23:14

    Voir les meubles au salon, bien cirés et admirés,

    Voir les meubles au grenier, oubliés et bancales ...

    Les premiers rit, les autres font triste mine!

    Je pense que les objets ont une âme!

     

      • Mercredi 25 Janvier à 08:12

        Mais ils ont un coeur de bois. wink2

    6
    Mercredi 25 Janvier à 11:48

    Par délicatesse vous avez passé sous silence la cuvette des WC et la tâche ingrate dont elle s'acquitte avec un dévouement et une abnégation qui forcent le respect.

      • Mercredi 25 Janvier à 11:59

        Mais elle pleure (et abondamment) plus qu'elle ne craque (heureusement).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :