• L'identité est-elle derrière le front ?

    Ce matin, Raffarin, interrogé sur France Inter, a déclaré que ce qui le séparait notamment de Wauquiez, qui vient d'être élu à la tête des Républicains, est la tendance identitaire de ce dernier. Dans une tendance identitaire on peut mettre beaucoup de choses, mais il apparait que le terme "identité" devient de plus en plus un gros mot clivant.

    Or comme je l'avais déjà rapporté en 2015 l'identité semble avoir un substratum neurologique. Des études ont montré qu'il existerait une zone particulière du cortex préfrontal* impliquée dans l'identification des menaces et l'élaboration des réponses à y apporter. Devant une menace comme l'évocation de la mort, l'isolement ou le sentiment de ne pas comprendre la situation, cette région du cerveau s'activerait et serait associée à une réaction de repli identitaire sur son groupe social, ethnique ou religieux ou bien à un désir de punir ceux qui violent la norme.

    Que devant une menace, et chaque jour le montre, les individus cherchent refuge dans le groupe dont ils font partie, qu'il soit social ou ethnique et/ou se raccroche à une idéologie notamment religieuse est une évidence. Qu'ils cherchent à défendre cette identité est compréhensible, même si cette défense peut devenir meurtrière, mais qu'un groupe de neurones situé dans le lobe préfrontal soit spécialisé dans cette conservation de l'identité en tant que défense lors des conflits est tout de même étonnant.

    D'où l'idée qu'ont eu des chercheurs de l'université de Los Angeles et de l'université d'York (Royaume-Uni), de désactiver temporairement cette zone à travers le crâne par des impulsions magnétiques pour voir si, en présence d'un contexte angoissant ou de ce que les sujets testés considèrent comme une menace étrangère, ceux qui étaient "neutralisés" auraient moins tendance aux replis religieux et identitaires et à moins d'hostilité envers la menace supposée.

    Effectivement, en neutralisant la « zone identitaire » et de gestion des menaces, ces chercheurs ont obtenu des résultats allant dans ce sens, mais le faible nombre de sujets testés (une quarantaine) et une méthodologie critiquable invitent à la prudence.

    Quelles que soient les critiques que l'on peut formuler à l'égard de cette étude, elle est tout de même troublante. Cette zone préfrontale est-elle le fruit de l'évolution, faisant partie des structures et des comportements liés à « l'instinct de conservation » ? ou s'est-elle spécialisée secondairement à nos comportements ? Et peut-on considérer la religion comme une défense ? Peut-être l'est-elle face à la mort (ce qui n'empêche pas les croyants d'avoir peur de la mort), mais l'histoire démontre que la religion est identitaire au point de se comporter davantage comme une idéologie agressive que comme une idéologie protectrice.

    Personne ne conteste que les gens puissent affirmer leur identité lorsqu'il s'agit d'un groupe social, ethnique ou religieux, là où les choses se gâtent c'est lorsqu'on se réfère au niveau national et c'est là que l'identité devient un gros mot. 

    Dans le cours de l'histoire le concept de nation a mis longtemps à s'imposer après l'appartenance à une cité, à une région, à un roi. Va-t-on assister à la dislocation des nations ? Petits ensembles ou Grands ensembles ? Ou les premiers dans les seconds ? Et pour compliquer les choses ajoutons-y les clivages religieux qui, eux, sont intra et transnationaux.

    * Lobe cérébral situé derrière le front, d'où mon titre qui ne fait aucunement référence au Front National.

    « L’ultime spectacleToile mortelle »

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Décembre 2017 à 20:08

    Ça, c'est pas une blague du style "PADAMALGAM"

     

     

     

    Lot-et-Garonne:Préjugix,

    le médicament anti-préjugés

    Le Préjugix est tout simplement un médicament dont le principe actif est une molécule anti-préjugés qui s’attaque à 9 thèmes de société. Faux traitement évidemment mais vrai principe pour réveiller des consciences parfois endormies.

    Il se présente comme une boîte de sirop. A l’intérieur, la notice d’emploi expose le projet et les 9 indications sous forme de rouleaux. Toutes sont présentées de la même manière : les préjugés au recto, les réponses ou les explications au verso, accompagnées des coordonnées des associations partenaires du projet.

    Ces textes ont été rédigés par des organisations locales et nationales sollicitées par Open Space*, l’association qui a pris en charge ce projet et qui le coordonne.  C’est grâce au financement participatif, avec le soutien de la Ville et d’institutions que l’association a pu payer l’impression des boîtes et des notices. Beaucoup de pharmacies du Grand Villeneuvois et des médecins généralistes ont accepté de jouer le jeu et de distribuer gratuitement ce médicament.

     

    * (basée à Villeneuve-sur-Lot )

      • Lundi 11 Décembre 2017 à 20:51

        C'est clair, ils prennent les gens pour des malades.

      • Lundi 11 Décembre 2017 à 21:25

        Je ne suis pas sur que le "Préjugix" soit pris en charge par l' A.M.E. ???

      • Lundi 11 Décembre 2017 à 23:26

        Ce traitement comme les préjugés sont gratuits. Je sens que vous avez un préjugé contre l'AME.

    2
    Souris donc
    Lundi 11 Décembre 2017 à 21:52

    L'instinct grégaire assure la survie de toutes les espèces sociales. Ainsi, le banc de sardines, les nuées d'étourneaux, éloignent le prédateur en faisant une seule entité. A défaut de faire front.

    Là, ça y est, les ligues de vertu font front contre Finkielkraut. Qui a dit, horresco referens, à propos de l'hommage massif à Johnny, le petit peuple blanc est descendu dans la rue, les non-souchiens brillaient par leur absence.

      • Lundi 11 Décembre 2017 à 23:20

        Très belle la vidéo. De ce point de vue nous sommes très inférieurs aux oiseaux. Finkielkraut est particulièrement téméraire sur ce coup. 

      • Souris donc
        Mardi 12 Décembre 2017 à 09:52

        Finkie.

        Sur LCI, le Politiquement Show d'Arlette Chabot hier vers 19h30. Avec Maurice Szafran, Ivan Rioufol, Soizic Quéméner, Vincent Cespedes. Ils se félicitent de leur trouvaille : Finkie radote.

        Ce qui évite de parler des non-souchiens avec drapeau palestinien à l'heure de la cérémonie, place de la République. A l’appel des ligues de vertu, genre ATTAC, Comité Catholique contre la Faim, et, évidemment, tout ce que nous avons de Collectifs Palestine.

      • Mardi 12 Décembre 2017 à 10:05

        Il répète ce qui existe. Ne pas le répéter ne fera pas disparaître le réel. Un évènement dont on ne parle pas est un évènement qui n'existe pas.

      • Souris donc
        Mardi 12 Décembre 2017 à 18:16

        La réalité dépasse l'affliction.

      • Mardi 12 Décembre 2017 à 18:26

        La réalité est source d'affliction.

    3
    Mardi 12 Décembre 2017 à 11:43

    Depuis la révolution française, le pouvoir a essayé de gommer les identités régionales (quelquefois historiques, linguistiques, culturelles, économiques etc) pour imposer l'idée d'une nation française homogène. Par exemple, le découpage du territoire en départements a pris soin de défaire les anciennes provinces et régions. Nantes qui fut capitale de la Bretagne s'est retrouvée en Loire-atlantique, les Pyrénées orientales ont regroupé un morceau du Béarn et du Pays Basque, une partie de la Beauce a constitué avec la Sologne le Loir-et-Cher etc etc etc.

    Le tout avec un succès variable. Pour certains l'identité nationale s'est ajoutée à l'identité régionale. Mais avec le brassage de population, beaucoup ont eu des racines dans plusieurs régions au point de les oublier et de se réfugier dans la nation et l'identité françaises.

    Le nouveau politiquement correct veut rendre cette identité nationale suspecte. L'idée de nation a tendance à disparaître et en même temps, comme dit notre bien-aimé président (que Ganesh le caresse de sa trompe et l'évente de ses oreilles), ceux qui ont encore des racines se retournent vers leur région ou leur province et revendiquent leur ancienne identité.

      • Mardi 12 Décembre 2017 à 13:15

        "La république une et indivisible" de la Constitution signe le triomphe des jacobins. La menace sur la nation aujourd'hui me semble moins régionale qu'idéologique. Une partie des Arabes et des Africains ne se sentent aucunement Français bien que nés en France : soit ils se sentent plus proches de leur pays d'origine, même s'ils n'y ont jamais mis les pieds, soit ils proclament leur appartenance prioritaire à la communauté de l'islam. Une nation peut résister au fédéralisme (comme l'Allemagne), elle résiste moins au multiculturalisme sans base commune (les USA ont une base commune qui est celle de l'espoir de la réussite)

      • Mardi 12 Décembre 2017 à 14:47

        ... et, l'an dernier, "on" a continué à faire très très fort pour détricoter encore un peu plus le tissu national avec la création ubuesque des "Nouvelles Régions" qui rassemblent maintenant dans un même délire psychotique, les Basques et les Limousins, les Auvergnats et les Savoyards, ou les Champenois et les Alsaciens sous des appellations ridicules comme Nouvelle Aquitaine, Auvergne/Rhône/Alpes, ou Grand-Est, sans parler de l'Occitanie et des Hauts-de-France !

        "Nos pauvres gouvernants misent à côté de la plaque en nous serinant qu’il faut penser à l’avenir plutôt qu’au passé. L’avenir, on s’en fout. D’ailleurs l’avenir ça n’existe pas. Tandis que, pour un Français, le passé sera toujours le temple d’un culte, public ou privé, et une maison de famille où les portraits d’ancêtres sortent de leur cadre et vaquent comme s’ils avaient toujours vingt ans." (Denis Tillinac - Dictionnaire amoureux de la France)

      • Mardi 12 Décembre 2017 à 15:01

        Ce découpage des nouvelles régions ressemble au découpage des départements passant outre les singularités régionales pour ne pas recréer des régionalismes basés sur l'histoire et de nouvelles appartenances..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :