• L’attribution des prix à la proportionnelle

    L’attribution des prix à la proportionnelle

    L’Huffingtonpost rapporte une étude de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) publiée le 21 février, quelques jours avant la cérémonie des Oscars. Elle est basée sur l’examen de 200 films sortis en 2017.

    La proportion d'acteurs issus de "minorités" (celles qui ne sont pas strictement d'origine européenne aux Etats-Unis : noirs, asiatiques, latino-américains, arabes, métis etc) dans des rôles principaux est passée de 13,9% à 19,8% en 2017, mais elle est encore loin d'égaler la part de ces minorités dans la population américaine, évaluée à environ 40%.

    Les femmes ont obtenu 32,9% des rôles principaux. L’un des auteurs du rapport souligne que "les systèmes de pouvoir, dominés par des décideurs blancs et masculins, sont difficiles à briser".

    Donc, ce rapport affirme que les vilains mâles blancs, qui décident du recrutement des participants dans un art où la face commerciale est prépondérante, écartent volontairement des femmes et des représentants des minorités pour que les premières n’atteignent pas les 50% de présence au premier plan à laquelle elles auraient droit et celle de 40% pour les seconds dans la fabrication des films hollywoodiens.

    Le talent serait donc uniformément réparti dans la population sans tenir compte de l’environnement, de l’éducation ou des qualités de chacun. La démographie basée sur le sexe (et les transsexuels ?) et l'origine  devenant le critère principal de sélection.

    Si l’on veut respecter le politiquement correct jusqu’à l’absurde, les lauréats devraient être choisis à la proportionnelle comme pour une élection, et il n’y a aucune raison de se limiter à la fabrication des films. Ainsi l’attribution des prix Nobel devrait également tenir compte de la démographie mondiale ce qui rendrait enfin justice aux Africains et aux Asiatiques, mais je pense que ces derniers auront de moins en moins besoin de la proportionnelle pour décrocher des prix.

    Picasso : "Arlequin"

    « "Ami, entends-tu le vol noir du corbeau sur nos plaines ?"Clown tragique »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Février à 19:04
    Pangloss

    Vite! Un film inspiré du "Dialogue des carmélites".

      • Vendredi 22 Février à 19:14

        C'est vrai que là il y aurait un gros rattrapage féminin.

    2
    Samedi 23 Février à 11:12

    Ce qui est curieux dans les revendications de ce genre ( par ailleurs, plutôt légitimes à mon sens, si elles sont pacifiques) c'est qu'elles ne concernent que l'occident. 

    A Cuba, par exemple, la population est beaucoup plus métissée que les gouvernants

    Mais celui qui oserait réclamer qu'un Parti communiste soit plus représentatif de la majorité ethnique de la population se verrait accusé de "racialisme" et interné immédiatement.

      • Samedi 23 Février à 11:30

        Les images cubaines sont assez contrastées. Il me semble qu'en matière artistique le seul critère devrait être celui du talent. Le terme de "revendication" en ce domaine me parait incongru.

      • Samedi 23 Février à 11:58

        Je voudrais préciser que  le père de deux filles que je suis comprend et partage maintenant la "revendication" des femmes à être mieux représentées dans les sphères politique,  médiatique et dans les centres de pouvoir.  Mais cela doit se faire par le débat, la persuasion et la bienveillance, pas par des obligations ou des quotas. 

        PS : Et est-il besoin de préciser que ma bienveillance ne s'étend pas  aux revendications ethniques ou religieuses ? smile

      • Samedi 23 Février à 13:11

        Comme le talent doit primer dans la production artistique, dans les autres domaines ce sont la compétence et la personnalité qui devraient être les critères et non le sexe en fonction de la parité, mais encore faudrait-il que les hommes les reconnaissent. Là est le problème.

    3
    Samedi 23 Février à 21:46

    Si j'avais fait des études pour faire du cinéma (ou si j'avais les bonnes relations pour) j'aurais bien aimé faire un "biopic" de Screamin' Jay Hawkins avec Michel Petrucciani (pour rendre hommage aux P.T.R.)* dans le rôle titre, si je ne craignais pas d'être accusé de "black-faced". 

    C'est pas facile, finalement, la vie d'artiste...

     

    ICI, en V.O

     

    *personnes de taille réduite

     

     

      • Samedi 23 Février à 23:05

        J'aime beaucoup la première vidéo et j'aimais beaucoup écouter Petrucciani.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :