• L’arrosage des infiltrations

    L’arrosage des infiltrationsAfin de se renseigner sur les agissements de l’extrême gauche en Angleterre, la police londonienne avait monté une cellule secrète (qui a été active pendant 40 ans à partir de la fin des années 1960) pour infiltrer cette mouvance dans le cadre du contre-espionnage et de la lutte antiterroriste. Infiltration accomplie jusque dans l’intimité puisque plusieurs femmes sont tombées amoureuses de ces agents très spéciaux avec des vies communes pendant plusieurs années et pour certains agents une double vie familiale.

     A ce jour, une dizaine d'officiers ont été démasqués, couvrant ces seules vingt-cinq dernières années. Une dizaine de victimes de ces flics espions ont portées plainte contre la Metropolitan police et de larges compensations financières ont été versées à sept d'entre elles après avoir reçu des excuses de la part de la police. Une victime de la manipulation a même parlé de « viol d’Etat » et a reçu l'équivalent de 500000 € de dommages et intérêt.

    Cette affaire a fait scandale en Grande-Bretagne où l’on souligne le manque de déontologie de la police britannique. Curieux, je ne savais pas que l’espionnage avait des règles morales. Il me semble que l’espionnage est par nature immorale puisqu’il consiste à mentir, à tromper, à extorquer, à voler et utilise pour le faire tous les moyens, la séduction sexuelle étant l’un d’entre eux et l’un des moins traumatisants.

    Ces femmes ont été séduites et trompées et elles ont demandé et obtenu réparation car les séducteurs étaient payés par l’Etat. Mais ce n’est pas parce que les séducteurs ont été envoyé par l’Etat qu’elles ont été séduites, avoir été amoureuses est de leur responsabilité. Par extension une femme trompée pourrait très bien demander réparation à la personne qui lui a présenté l’homme qui l’a séduite puis abandonnée. Ce n’est plus en soi que l’on recherche la responsabilité de ses malheurs quand ils sont la conséquence de ses propres choix, mais chez les autres.

    « 395. « En même temps »Quand des cultivés cultivent l’inculture »

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Novembre 2021 à 20:36

    Mais comme elles ont été déçues de leur élans de coeur, il faut donc trouver un coupable !

    Si ce n'était pas si triste on se bidonnerait !

      • Mardi 16 Novembre 2021 à 20:51

        Pourquoi pas généraliser une indemnité pour déception amoureuse ? J'ai vu une chronique d'une dame qui réclamait la prise en charge par l'assurance maladie d'une rééducation sexuelle après maladie pour les femmes...

    2
    Souris donc
    Mercredi 17 Novembre 2021 à 09:54

    Les "honorables correspondantes" ont su soutirer à leur tour, non du renseignement (discret par nature), mais des espèces bien sonnantes et trébuchantes. Aux frais du contribuable.

      • Mercredi 17 Novembre 2021 à 09:59

        Ils ont fait commerce de leur corps.

    3
    Souris donc
    Mercredi 17 Novembre 2021 à 14:58

    Ne jamais croire croire les romans d'espionnage. Romanesques.

    Du temps où je baroudais en Amérique Latine pour voir ce que les ONG et autres stipendiés faisaient de l'argent du contribuable, les Ambassades avaient un "chiffreur", dont la mission était de rendre compte des "événements locaux". Il était installé dans une salle blindée, pouvant servir de refuge aux Français en cas de coups durs. Je pense que l'avènement du numérique a mis fin à sa fonction. L'attaché militaire le remplace (?)

    Le travail de la DGSE est le renseignement. Infiltrer tous les milieux. Avoir un copieux carnet d'adresses. Le Service Action agit. Ce sont eux à qui ont doit le ratage du Rainbow Warrior, et les opérations "homo" dont parle F. Hollande (Davet et Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça). 

      • Mercredi 17 Novembre 2021 à 15:20

        Je suppose que les agents anglais faisaient partie de la section "marivaudage", branche "confidences sur l'oreiller".

      • Souris donc
        Mercredi 17 Novembre 2021 à 15:41

        Lire Alexandre de Marenches, directeur de la DGSE, du temps où on l'appelait le SDECE. Obsédé par l'URSS. Qui n'a pas vu venir son implosion.

      • Mercredi 17 Novembre 2021 à 15:59

        Ce que j'ai préféré dans cet article est la photo du couronnement de Bokassa 1er.

    4
    Mercredi 17 Novembre 2021 à 16:19

    Deux tendances très représentatives de notre époque : cellule psychologique et indemnisation financière du préjudice moral. 

    Lors de la prochaine guerre, il faudra penser à créer des cellules psychologiques pour nos troupes et  prévoir une indemnisation financière à verser aux perdants pour le préjudice moral que nous leur auront fait subir (1) 

     

    (1)  Ceci dans l'hypothèse où nous serions vainqueur, bien entendu 

      • Mercredi 17 Novembre 2021 à 16:26

        La cellule psychologique permet d'enfermer la victime dans son statut avant d'être indemnisée. Il y a quelques années j'avais écrit un billet sur l'indemnisation versée aux proches d'une victime en raison de l'angoisse subie.

        NB Très drôle l'histoire de François

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :