• L’animal est un homme comme un autre

     

    L’animal est un homme comme un autreDimanche dernier, parallèlement à « la manifestation pour tous » protestant contre le mariage entre homosexuels, on pouvait assister sur la place de la République à des échanges bucco-linguaux entre barbus et savourer quelques slogans dont celui sur la pancarte ci-contre affirmant que si l’homosexualité est présente dans la nature, seul l’homme est homophobe.

    Il est vrai que l’animal n’est pas homophobe, et il faut aussi ajouter à son crédit qu’il n’est pas raciste, antisémite (il est bien connu que les juifs sont partout,  sauf dans le règne animal et végétal), capitaliste, colonialiste ou "facho" et rarement exploiteur ou esclavagiste.

    L’animal est en outre bio-divers, éco-compatible, renouvelable et durable dans la mesure de sa responsabilité qui est malheureusement limitée par l’homme.

    L’animal a tous les critères pour être à « Nuit debout » et prendre la liberté d’ajouter ses excréments, évidemment destinés à l’agriculture biologique, aux graffitis sur le socle de la statue de la République.

    « Les miracles ne sont plus ce qu’ils étaientPalettes »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mardi 18 Octobre 2016 à 09:15

    Mais on en a marre de l'obsession sexuelle de la gauche que la nouvelle Manif pour Tous a bêtement réactivée. Maman gâteau, Papa facho. Le mariage parodique est suffisamment ridicule pour ne pas en rajouter.

    Qu'en dit Hollande dans son malencontreux bavardage aux journalistes ? Que le Mariage homo et les gaypride lui ont fait perdre une grande partie du vote musulman ?

     

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 09:48

        De toute façon, les groupes de pression LGBT sont mécontents des socialistes, déçus de ne pas avoir obtenu la PMA pour tous (et surtout gratis), réclamant en quelque sorte un droit à l'enfant sous prétexte d'égalité, mais en l'absence d'infertilité, suggérant curieusement que l'homosexualité est une pathologie rendant stérile.

    2
    Mardi 18 Octobre 2016 à 10:25

    Je n'ai rien contre les homosexuels, mais il y en a marre de ces gens-là, qui se baladent à poils, se pelotent avec des échanges bucco/languales dégoûtantes entre barbus ou entre nanas qui sont la plupart du temps laides, grosses et vulgaires tout seins dehors... pouah!

    Par contre dans la manif pour tous, (j'ai défilé la première année), avec n'en déplaise à la souris, des gens correctement vêtus, des papas, des mamans des mamies et des enfants... pas de hurlements ni de pancartes agressives comme si dessus! Presque un piquenic, si la police envoyée par Valls n'avait pas foutu le bordel!

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 10:39

        Mais je crois qu'à présent il est bien difficile de revenir en arrière, d'autant plus que la cellule familiale a beaucoup évolué : divorces, unions libres , PACS, familles recomposées, célibataires avec enfant...Même si  tout le monde préfère une cellule familiale équilibrée et stable, c'est un modèle qui diminue. Le couple homosexuel est très minoritaire et suivra les aléas des couples hétérosexuels et n'enlève rien à ceux-ci.

    3
    Mardi 18 Octobre 2016 à 10:33

    Ce qui marrant, c'est que les deux parties nous renvoient au règne animal pour prouver le bien fondé de leurs positions.  C'est contre nature pour les uns, il y a des centaines de cas dans la nature pour les autres !

    Or le premier (le catho) estime que l'Homme n'appartient pas au règne animal et le deuxième (le marxisant) que l'homme est un produit historique et culturel.  

     

     

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 10:47

        Remarque (comme d'habitude) judicieuse qui montre en effet le paradoxe de l'argumentation des uns et des autres en se référant à l'animalité. Quant à culpabiliser l'homme d'être éventuellement homophobe alors que l'animal ne l'est pas - et comment pourrait-il l'être ? - est plutôt amusant.

      • Souris donc
        Mardi 18 Octobre 2016 à 11:10

        Une nouvelle catégorie est apparue après le conservateur et le marxisant : le mondialiste. Le bénéficiaire de la mondialisation, pour être plus précis. c'est lui qui tient le discours moralisateur pour se montrer ouvert (en réalité défendre ses intérêts). Le relativisme culturel, c'est lui.

        Curieusement, son propos commence souvent par "Chez les grands singes...".

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 11:20

        C'est intéressant cette classification de la société en : conservateurs, marxisants et mondialistes. J'y ajouterais : le "perdant". Que le monde soit ancien ou nouveau, ouvert ou fermé; le perdant est toujours perdant.

    4
    Mardi 18 Octobre 2016 à 11:48

    Oui, d'ailleurs, puisqu'ils  se réfèrent au monde animal, on pourrait discuter du statut de la femelle chez les grands singes smile

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 11:58

        En dehors de la transmission du savoir quel est la particularité du statut de la femelle des grands singes ? Je crois que je n'ai pas compris quelque chose.

      • Souris donc
        Mardi 18 Octobre 2016 à 12:31

        La guenon a pour rôle essentiel de nourrir, d'élever et de protéger le petit, et de se soumettre au mâle (dominant).

        Ce qui est pratique, c'est qu'il y a tant d'espèces et sous-espèces, qu'on peut puiser à l'appui de n'importe quelle démonstration. Le bonobo et sa propension peace & love, les chimpanzés qui enlèvent la gommette de sur leur tête prouvant qu'ils ont une conscience d'eux-mêmes, qui imitent, à qui on peut apprendre la langue des signes, en les récompensant beaucoup pour un maigre résultat.

        Il y a des zoos spécifiquement dédiés. Très pratique, les singes étant hydrophobes, il suffit de les mettre dans des îles où ils restent tranquillement à s'épouiller et à dépouiller le touriste imprudent, en attendant qu'on vienne les nourrir, ce qui permet de les voir de près et d'écouter le discours du soigneur.

        Très troublant, le face à face public/hominidés.

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 14:45

         


        Bernard Buffet « Orang-outan femelle »

         

        GRANDS SINGES

         

        Les petites et les grandes personnes

        Entrèrent dans la demi-obscurité

        Venant de la lumière d’un soleil d’automne

         

        Ils défilèrent devant les cages éclairées

        Comme des théâtres de marionnettes

        Sans rideaux

        De grands singes les regardaient passer

        Derrière les barreaux

        De leurs tristes yeux couleur noisette

         

        Les humains et les singes se regardaient

        Les primates face à face étaient silencieux

        Et devant la tristesse que les singes exprimaient

        Les hominiens finirent par baisser les yeux

         

        Les voyeurs n’étaient pas fiers d’être là

        Devant ces grands singes prisonniers à l’étroit

        Qui leur ressemblaient tant

        Dressés comme des reproches vivants


        Paul Obraska

        Petit texte ancien

    5
    Mardi 18 Octobre 2016 à 11:49

    Si l'être humain appartient au règne animal, son espèce n'est qu'une parmi tant d'autres dont les comportements diffèrent, y compris sur le plan sexuel. Prendre exemple sur "l'animal" comme s'opposant à l'homme et trouver chez lui des comportements justifiant les comportements humains est une sottise; Le lion mâle tue ses lionceaux, la mante religieuse mange son mâle, la tortue abandonne ses oeufs etc. Prendre exemple sur l'animal en ce qui concerne les comportements homosexuels (ce qui diffère de l'homosexualité comme mode de vie) et lui attribuer une "non-homophobie" est une généralisation abusive.

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 12:08

        Bien entendu vous avez raison. L'absence d'homophobie chez l'animal est une référence idiote : l'animal n'a aucune idéologie et aucune moralité, sinon des règles de vie en communauté dans le cas où elle existe comme chez les grands singes.

    6
    Mardi 18 Octobre 2016 à 15:22

    Je faisais référence au statut du "mâle dominant" qu'on rencontre chez tout les grand singes. Le mâle le plus fort se tape toutes les femelles du clan.

    PS : Curieusement, c'est chez les leaders de gauche que cette particularité se retrouve le plus souvent (Mitterrand, DSK, Baupin...) 

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 16:04

        C'était donc plutôt le statut du mâle. Giscard et Chirac n'étaient pas mal non plus à leur belle époque.

    7
    Mardi 18 Octobre 2016 à 16:29

    Bravo pour ce triste poème. J'ai encore le souvenir de l'orang-outan derrière sa vitre dans un parc parisien (le Jardin d'acclimatation? le Jardin des plantes?).

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 16:40

        Si je me souviens bien, ce petit texte a été rédigé après une visite au jardin des plantes.

    8
    Mardi 18 Octobre 2016 à 17:17

    Je l'avais lu lors de sa première publication et, lors de la seconde, il me fait le même effet: tristesse et même honte.

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 17:25

        J'ai un souvenir pénible de cette visite (depuis j'évite) et un des enfants qui m'accompagnaient l'avait trouvée insupportable.

      • Souris donc
        Mardi 18 Octobre 2016 à 18:46

        A la vallée des singes vous avez exactement l'orang outan de votre poème. Il vient, parce que le parc animalier (nouveau nom du zoo qui s'honore de sauver les espèces en voie de disparition) l'a dressé à venir exhiber sa proximité avec le genre humain, il s'assoit et attend, résigné, sa pitance. Humain, trop humain, son regard. Vous vous sentez voyeur. Malaise.

        Mais voilà que je rejoins le porteur de pancarte de votre photo.

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 19:04

        J'ai publié à nouveau ce petit poème pour commenter à ma manière votre évocation du face à face public/singe

    9
    Mardi 18 Octobre 2016 à 18:33

    Je ne suis pas sûr, tout de même, qu'il existe des animaux assez stupides pour participer à "Nuit Debout"... en revanche pour y laisser leurs excréments, oui, sans doute, c'est d'ailleurs ce qu'il y aurait de mieux à faire.

    Amitiés.

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 19:07

        J'ai noté seulement qu'ils avaient tous les critères pour y participer. Mais peut-être que les stands de nourriture auraient pu les attirer.

      • Souris donc
        Mardi 18 Octobre 2016 à 20:20

        Les cochons transgéniques rendant possibles la xénotransplantation ?

      • Mardi 18 Octobre 2016 à 23:11

        Si le receveur n'est pas incompatible.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :