• L’anachronisme, maladie mentale du politiquement correct

    L’anachronisme, maladie mentale du politiquement correct

    Gauguin : "Femmes de Tahiti"

    Je parle de maladie mentale car il s’agit d’une altération du jugement. Chaque période historique, et en un lieu donné, avait ses mœurs, admettant des comportements, et en interdisant d’autres. La panoplie des interdits évolue et, aujourd’hui, dans le temps court d’une seule génération. Il en est de même des choses admises : notre temps s’élève de moins en moins contre la diffusion de fausses nouvelles, de calomnies, et de délations, permise par les réseaux sociaux. Le mensonge est devenu habituel et le plus souvent impuni, même si des personnes peuvent en souffrir.

    Certes, il est licite de juger les comportements d’hier selon les critères d’aujourd’hui, mais les condamner alors qu’ils n’étaient pas condamnables dans le passé n’a aucun sens : c’est être atteint d’anachronisme.

    Quand cet anachronisme touche les œuvres artistiques, l’altération du jugement devient idiotie. Interdire des œuvres de qualité pour ce qu'elles représentent ou en raison du comportement de leur créateur qui serait condamnable selon les critères actuels n’a aucun sens. Ne pas vouloir exposer les tableaux de Gauguin dans les musées anglo-saxons (le New-York Times se demande s'il faut encore exposer ce peintre)  parce qu’il peut être considéré aujourd’hui comme ayant été un pédophile et un « occidental privilégié » est stupide. A Londres la National Gallery prend ses précautions en exposant le peintre avec cette mise en garde : « L'artiste a eu de façon répétée des relations sexuelles avec de très jeunes filles, épousant deux d'entre elles et engendrant des enfants. Gauguin a de façon indubitable profité de sa position d'Occidental privilégié pour s'accorder une grande liberté sexuelle. » (A Tahiti et aux Marquises)

    On pourrait aussi supprimer toutes les applications d’une découverte scientifique parce que le découvreur pourrait aujourd’hui être condamné pour les comportements qu’il a pu avoir dans le siècle de sa découverte.

    Une œuvre ou une découverte passant à la postérité n’appartient plus à son créateur mais à l’humanité entière et il n’y a aucune raison que celle-ci s’en dispense pour faire éventuellement plaisir à une minorité agissante.

    Soulignons, en outre, que les critères conduisant à la condamnation d’un créateur et de ses œuvres sont sélectifs, elle est habituellement prononcée lorsqu’elle concerne le sexe, le genre, le colonialisme et la race, notion paradoxalement remise à la mode par les « racisés ». Ces critères semblent être devenus primordiaux dans l’éthique actuelle.

    Céline, exécrable personnage, qui appelait ouvertement au massacre d’une partie de l’humanité ne voit pas – et heureusement – ses livres mis à l’index. Ils continuent à être publiés et lus. Il s'avère donc qu’appeler à un génocide et l’approuver est moins grave qu’être un blanc colonisateur couchant avec une fillette de 14 ans, pubère et probablement consentante (« à la fin du XIXe siècle, la loi punissait tout attentat à la pudeur sans violence en dessous de 13 ans »). Gauguin n’a pas pour autant ma sympathie, ne serait-ce que pour la syphilis dont il était porteur et qu’il a probablement transmise à ses « conquêtes » coloniales.

    « Les solutionsLes chieurs de long »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Novembre 2019 à 17:51

    On vit une époque formidable...

    Dans le même genre d'idée (?), un tableau intitulé "Le marché aux volailles" représentant DES CADAVRES SANS VIE d'animaux a été récemment décroché de la salle-à-manger d'une célèbre université britannique suite aux plaintes de quelques végans qui prétendaient que ce tableau "répugnant" leur coupait l'appétit...

    A rapprocher aussi des précautions infinies dont fait preuve Walt Disney Studio en présentation de certains de ses dessins animés (tels que "Aladdin", "Le livre de la jungle", "Peter Pan", "Dumbo", "Fantasia" ou "Belle et le clochard"...) qui pourraient contenir "des séquences culturellement datées" et donc, forcément cry, "racistes, sexistes ou stéréotypées", en attendant bientôt une interdiction aux mineurs, ainsi que pour les tous premiers Mickey en noir-et-blanc...

     

      • Mercredi 27 Novembre 2019 à 18:02

        Une époque formidable où chacun se considère comme une victime d'une fragilité larmoyante et dont les plaies suppurent au moindre courant d'air. Ce qui n'empêche pas la violence pour imposer son point de vue.

    2
    Mercredi 27 Novembre 2019 à 19:48
    Pangloss

    N'y a-t-il pas des gens qui veulent retirer le nom d'Asperger à la forme d'autisme qu'il a décrite?

      • Mercredi 27 Novembre 2019 à 19:58

        Ses sympathies nazies ne retirent rien à sa description.

    3
    Mercredi 27 Novembre 2019 à 19:50

    C'est tellement con qu'on a du mal à dire si cela provient de mouvements féministes ou de ligues de vertu catholique du 19e siècle.

     

      • Mercredi 27 Novembre 2019 à 20:00

        Les ligues de vertu catholiques sont nettement dépassées.

        Commentaire d'un billet de Carlus : "éclairs au chocolat..." :

        Dessin de Tartrais

        "J’hésitais entre nature ou aux fruits, avec ou sans morceaux, allégé ou non, crémeux ou liquide… Et là, patatras ! j’ai eu envie d’un éclair au chocolat."

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Dimanche 1er Décembre 2019 à 19:55

    Gauguin est un génie de la peinture comme l'est le Gréco. Condamner sa peinture au nom de ses mœurs comme vous dites cela n'a pas de sens. Il y avait une communauté occidentale à Tahiti mais Gauguin la fréquentait peu, lui préférant sa vie sauvage parmi les tahitiens et tahitiennes.

      • Dimanche 1er Décembre 2019 à 20:04

        Si l'on condamnait les oeuvres en raison des moeurs de leurs créateurs, et jugés selon les critères actuels, il faudrait brûler une bonne partie de la création artistique.

      • Aristarkke
        Mardi 3 Décembre 2019 à 23:41
        Surtout les Tahitiennes (après avoir débuté avec les Antillaises, pas toujours nubiles) ...
      • Mardi 3 Décembre 2019 à 23:47

        Il y a des populations où ces faits sont courants.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :