• Je ne comprends plus rien

    Je ne comprends plus rien

    J’avoue que si j’avais été déniaisé à l’âge de 17 ans par une jolie femme plus âgée de 20 ans, j’en aurais probablement eu un bon souvenir. Aussi je ne comprends pas trop cet acteur et musicien rock de 22 ans (Jimmy Benett) qui accuse cette actrice italienne (Asia Argento) de l’avoir agressé sexuellement, ce qui implique la nécessité d’une érection et donc une participation active, même involontaire, de la part de l’agressé. Ce jeune homme, sans doute en mal de notoriété, affirme, en outre, avoir touché une somme rondelette (380.000 dollars) pour se taire sur cet épisode car cette chère Asia fut une des premières accusatrices de Harvey Weinstein et elle risque de passer – si les faits sont véridiques – pour l’arroseuse arrosée.

    Jimmy vient seulement de sortir de son silence car le pauvre chou avait "honte et peur"; "je croyais qu'une telle situation, pour un homme, dans notre société, serait stigmatisé". C'est sûr, être suffisamment séduisant pour qu'une belle femme s'offre à lui par tous le moyens a de quoi faire flipper tout spécimen de la gent masculine, et un tel aveu aurait risqué de le mettre au ban de la société.

    J’ignore évidemment ce qui s’est passé dans cette chambre d’hôtel en 2013, mais le pauvre chou affirme aujourd’hui que le « traumatisme a refait surface » à l’occasion de l’affaire Weinstein, en expliquant : "Je n'ai pas parlé publiquement de cette histoire au début, car j'ai choisi de le faire en privé avec la personne qui m'a fait du tort".

    Avoir un rapport sexuel (je suppose) à 17 ans avec une belle femme est de toute évidence un traumatisme qui lui a fait du tort, mais on se demande quel est le tort subi. Décidément, je ne comprends plus rien. Ce petit jeune homme devait tout de même être suffisamment excité pour avoir une érection efficace. Une situation que l'on ne peut mettre en aucun cas sur le même plan que le viol d'une femme où le traumatisme est à la fois physique et psychologique. A moins d'émettre l'hypothèse que la dame se serait livrée à un malaxage déchaîné du pénis juvénile au point de torturer son propriétaire.

    Et voilà, cette histoire de cul a permis à ce cher Jimmy de se faire connaître et à Asia de passer pour une nymphomane. Bien joué, petit con.

    J-B Régnault : "Cupidon et Psyché"

    « Être près du peupleLe « machin » a encore frappé »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Août à 14:02

     

     

    Et cette histoire n'en est qu'à ses débuts, si on en croit le hashtag #andmetoo-it'snotchicken

     

    "Je me présente à vous sous le prénom de Emmanuel.... J'ai eu la malchance, alors âgé de 15 ans, pendant mes études de lettres, de rencontrer une professeur, appelons B., de 24 ans mon ainée. Elle a entretenu longtemps avec moi une relation amoureuse clandestine que je croyais innocemment sans lendemain. Las... de nombreuses années plus tard, je n'arrive toujours pas à me sortir de cette liaison qui perturbe mon psychiatrisme... J'envisageais un tout autre sens plus spirituel à ma vie car comme j'aimais à le répéter 'La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas. J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité.'

    "Que mon exemple serve de leçon à tous ceux qui s'écartent du droit chemin"

      • Vendredi 24 Août à 14:43

        DIANTRE !?

    2
    Vendredi 24 Août à 15:30
    Pangloss

    Il a bandé sous la menace d'un couteau?

    Ce monde est devenu complètement fou.

      • Vendredi 24 Août à 16:52

        Il était bien dressé.

    3
    Souris donc
    Vendredi 24 Août à 16:32

    Le rockeur sans vergogne et en mal de notoriété fantasme. La chaisière de #MeToo a voulu aider un jeune dans le besoin à s'acheter une virginité à 380 000 dollars.

    Ingratitude.

      • Vendredi 24 Août à 16:55

        Triste sir. 

      • Souris donc
        Vendredi 24 Août à 17:49

        Gigolo

      • Vendredi 24 Août à 17:55

        Sans la reconnaissance du ventre.

    4
    Vendredi 24 Août à 17:21

    En tous cas, ça marche bien pour lui et pour ses comptes sur les réseaux sociaux... bien mieux que s'il avait déclaré, comme tout le monde, avoir été agressé sexuellement par le curé de sa paroisse...

     

      • Vendredi 24 Août à 17:31

        Les réseaux "sociaux" ont donné à la connerie une dimension cosmique.

    5
    Sémaphore
    Vendredi 24 Août à 23:06
    Sémaphore

    Dire qu'il s'en trouve qui paient pour être agressés sexuellement... intello

      • Vendredi 24 Août à 23:19

        Et là, c'est celle qui agresse qui paie. Il y a de la confusion dans les repères.

    6
    Souris donc
    Samedi 25 Août à 09:38

    Une autre.

    Mais là, l'arroseuse arrosée se prend une trombe.  En effet, Judith Butler, la papesse des gender studies, croit bon de lancer une pétition basée sur des arguments de type "campagne malicieuse", intention malveillante", "il ne s'agit que d'un seul étudiant".

    Peggy Sastre, journaliste à l'Obs : ...Il y a une dimension hallucinante de banalité dans la lettre rédigée par Butler en défense d'Avital Ronell. On a là tous les poncifs du "je ne connais rien à l'affaire, mais je suis persuadée que mon pote est un type bien et son accusatrice une mythomane diabolique", sauf que les "pôles genrés" sont inversés. S'il y avait un musée des pires réactions à une accusation de la sorte, cette lettre arriverait directement à côté du "troussage de domestique de J-F Kahn au moment du Sofitel de DSK.

    Source :Vincent Jolly, FigMag du 24 août. P. 18 de la version papier.

      • Samedi 25 Août à 09:56

        Tout cela devient disproportionné et ridicule et démontre le besoin infantile de protection des individus incapables de se défendre eux-mêmes mais avec une envie de notoriété (ou de vengeance) qui conduit à un étalage médiatique impudique. Cette débauche de cancans fini par mettre sur le même plan la drague lourde et le crime du viol.

      • Sémaphore
        Samedi 25 Août à 22:58
        Sémaphore

        Que ne feraient pas certains ou certaines (pas de raison selon la parité "obligatoire") pour avoir leur quart d'heure de célébrité, n'est-ce-pas?

      • Samedi 25 Août à 23:14

        Quelle manque d'élégance !

    7
    Samedi 25 Août à 15:24

    Tout est ridicule dans  cette affaire : l'arroseuse arrosée, le rockeur violé, les réactions gênées des organisations féministes et même... la loi californienne qui considère, si j'ai bien compris, comme un crime un rapport sexuel entre un jeune homme de 17 ans et 11 mois (même consentant, ) et une jeune femme qui serait son aînée de deux mois seulement !! smile

      • Samedi 25 Août à 15:45

        L'étalage touche-pipi va devenir aussi malsain que l'hypocrisie qui gardait secrètes les histoires de cul.

      • Souris donc
        Dimanche 26 Août à 12:01

        A tout prendre, je préfère encore les blagues bien grasses, bien salaces, à ces cris effarouchés d'oies blanches et à ces sempiternelles leçons de puritanisme mues par l'arrière-pensée de nous mettre toutes derrière la burka pour nous soustraire au regard concupiscent du mâle, même ado et débordant d'hormones.

        D'ailleurs la pittoresque Schiappa n'a-t-elle pas instauré le délit de sifflement admiratif ?

        Picasso, 1941, ça date pas d'hier, écrivait Le désir attrapé par la queue. Et toute la troupe des chaisières de gauche obsédées et moralisatrices (quel inconfort !) ne serait pas là si tel n'était pas le cas.

      • Dimanche 26 Août à 17:15

        Rien n'est plus malsain que le puritanisme qui sent trop souvent la soutane malpropre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :