• Identification

    Ce matin sur les ondes j’ai entendu quelqu’un (je crois qu’il s’occupe de rugby) dire que devant les résultats de l’équipe de France de handball il se sentait « fier d’être Français ». Est-ce à dire qu’en cas d’échecs de cette équipe il se serait senti honteux de l'être ? La fierté nationale repose-t-elle sur des jeux de ballon ? Et qu’est ce que c’est que la fierté nationale ?

    Comment peut-on être fier de ce que l’on n’a pas fait soi-même ? Je peux admirer les prouesses d’une équipe sportive mais je ne vois pas pour quelle raison je devrais me les attribuer (d’autant plus que je n’ai jamais joué au handball). J’admire les œuvres des artistes français, mais je ne suis pas fier – personnellement - de leur travail, ce n’est pas moi qui les ai faites, et croyez que je le regrette.

    Je ne pense pas que la phrase du sportif ait été chauvine, il n’y avait apparemment de sa part aucune partialité, aucun fanatisme, simplement une appropriation, une identification.

    Cette identification est-elle un élément de l’identité nationale ? Je pense aux Français d’origine algérienne, avec souvent la double nationalité, qui ont envahi le terrain de football car l’équipe d’Algérie était en passe d’être largement battue par l’équipe de France. Ils ont choisi leur camp en s’identifiant à l’équipe d’Algérie et en sifflant la Marseillaise à l’occasion.

    L’identification n’a pas de sens et c’est pourtant une signature d’appartenance. S’attribuer les lauriers d’autrui est une usurpation mais l’identification peut se faire dans l’autre sens. Pendant la guerre d’Algérie devant les exactions de certains militaires français, je n’étais pas fier d’être Français et pourtant je n’ai pas participé aux tortures infligées à des Algériens.

    Si on peut être honteux d’être Français,  il serait juste, si l’occasion se présente,  de pouvoir en être fier, mais je ne serai ni fier ni honteux d’un résultat sportif, motif futile de fierté ou de honte.

    Doit-on être fier de son pays ou simplement d’être heureux, malgré tout, d’y vivre et de vouloir vivre là plutôt qu’ailleurs, en ajoutant, quand on le peut, un petit quelque chose à l’ensemble et en espérant tirer un peu de fierté de ce que l’on a pu y ajouter. 

    pri-re-et-foot.jpg

    « INCENDIELe rêve du philosophe »

  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Février 2010 à 17:43

    Le sport est un spectacle. On peut l'apprécier en tant que tel. Il est même naturel d'avoir son favori et d'être plutôt content que son favori gagne, mais ça doit s'arrêter là.
    Dr WO

    2
    Samedi 6 Février 2010 à 18:26
    Je partage votre opinion, être fier de l'exploit accompli par un autre est une identification que je trouve quand même bien proche du chauvinisme.
    On peut être fier ou honteux de son pays lorsque c'est le pays lui-même, officiellement, par la voix de son gouvernement qui accomplit une action.
    3
    Samedi 6 Février 2010 à 18:47

    Je pense aussi que l'on peut être fier ou honteux des paroles ou des actes de ceux qui parlent ou agissent en notre nom.
    Dr WO

    4
    Samedi 6 Février 2010 à 18:48
    Voilà une objectivité qui vous honore.
    Dr WO
    5
    Samedi 6 Février 2010 à 19:23
    Tu as parfaitement raison, surtout quand on y a cru et que l'on fait le constat désastreux de 3 ans de mandat......!!!!
    Le sport reste un plaisir et se targuer d'une identité nationale par rapport à un résultat de grand "chlem" n'est pas très objectif.
    Bonne soirée Doc,
    Bizzzzz
    ZAZA
    6
    Samedi 6 Février 2010 à 19:33

    On est content pour les sportifs qui ont bien joué et pas trop content de ce que l'on fait pour nous.
    Dr WO

    7
    Dimanche 7 Février 2010 à 00:32
    En matière sportive, je comprends d'autant plus vos réticences, qu'il est courant aujourd'hui que les pays riches débauchent les talents qui naissent à l'étranger, leur offrent la nationalité et s'approprient ainsi artificiellement les médailles.

    Pour le reste (politique, culture, histoire) c'est un vaste débat.
    8
    Dimanche 7 Février 2010 à 02:21
    J'ai apprécié cette réflexion que je partage, et Carlus a dit ce que j'aurais ajouté...
    9
    Dimanche 7 Février 2010 à 10:04

    En effet pour le reste, c'est un vaste débat, d'autant plus qu'il faut, à mon avis, séparer histoire, politique et culture et la culture elle-même comporte beaucoup de choses.
    Dr WO

    10
    Dimanche 7 Février 2010 à 10:11
    Ce que j'ai appelé "identification" est un problème complexe que je n'ai fait que poser...
    Dr WO
    11
    Dimanche 7 Février 2010 à 21:21
    l'identification sportive n'est pas obligatoirement négative ..Ici notre équipe de rugby ( composée au trois quart de catalans )rassemble un public de toutes générations de toutes couches sociales autour du drapeau catalan d'un hymne chanté en catalan juste avant le coup d'envoi lorsque nous jouons " à la maison " ( l'estaca de luis llach ) et l'on ne casse pas tout si l'equipe perd .
    12
    Dimanche 7 Février 2010 à 22:33

    Je ne discute pas la convivialité procurée par le sport, mais l'identification conduit, je crois, au chauvinisme et dans certains sports à la violence (ce n'est pas le cas du rugby).
    Dr WO

    13
    Lundi 8 Février 2010 à 20:33
    Très classe Doc ! En rajouter serait te paraphraser, je ne ferai donc que m'associer...
    14
    Lundi 8 Février 2010 à 23:15
    Merci Spartacus : s'associer sans s'identifier.
    Dr WO
    15
    Lundi 15 Février 2010 à 22:45
    N'est pas Français qui veut...
    Les médaillés d'or de ski ont eu le droit aux félicitations du petit Nicolas et de 2 de ses ministres (je ne me rapelle plus précisément de leurs noms, mais de toute façons je ne dois pas être un bon français). Le médaillé de bronze du jour : que nenni peau d'chien...
    16
    Lundi 15 Février 2010 à 23:00
    Et on peut sans doute devenir plus facilement Français si sa gloire peut rejaillir sur celle de la France.
    Dr WO
    17
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    C'est bien dit tout ça. je suis une handballeuse à la retraite, j'ai regardé le match évidemment, j'ai apprécié la prestation de la France et aussi celle des adversaires (ils ont bien joué en première mi-temps) mais n'ai aucun sentiment de fierté de cette victoire (je n'ai pas joué ;)). Je connais ce genre de réflexion parce que l'ai déjà entendu à bas niveau (appartenance à un club, donc à une ville). Ce que vous dites là vaut aussi pour le travail.
    18
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:20
    Ma préférence va toujours vers l'équipe qui produit la plus belle prestation côté jeu et comportement sur le terrain.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :