• Hypertension artérielle IV

    12. S’il existe des causes à l’hypertension artérielle, pourquoi ne pas les rechercher dans chaque  cas ?

    13. L’hypertension artérielle peut donc se compliquer même lorsqu’elle est bien traitée ?

    14. Mais si l’on commence un traitement, c’est à vie ?

    15. Le traitement lui-même ne peut-il pas en créer une autre maladie ?

     

    12. S’il existe des causes à l’hypertension artérielle, pourquoi ne pas les rechercher dans chaque cas ?

    Dans au moins neuf cas sur dix l’HTA est dite essentielle, c’est à dire sans cause décelable, le terme « essentielle » venant masquer notre ignorance. Elle peut être familiale, mais sans transmission héréditaire obligatoire. La recherche d’une cause est entreprise - en partie pour des raisons économiques - que dans des cas sélectionnés, soit lorsque des symptômes ou des signes évoquent une cause précise, surtout si celle-ci est curable,  soit parce que l’HTA paraît grave, source de complications rapides ou rebelle au traitement médical, la découverte éventuelle d’une cause permettant d’espérer un traitement plus efficace

    13. L’hypertension artérielle peut donc se compliquer même lorsqu’elle est bien traitée ?

    En théorie non. Imaginons un cas où l’HTA est découverte dès son apparition et que l’on obtienne une normalisation rapide permanente et définitive des chiffres tensionnels par le traitement, les atteintes cérébrales [accidents vasculaires cérébraux], cardiaques [angine de poitrine, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque] ou rénales [insuffisance rénale], ne seront pas plus fréquentes que chez une personne ayant une TA normale, notamment les complications cérébrales. Mais en pratique on ne peut que tenter de se rapprocher de ce cas idéal avec la collaboration du patient.

    14. Mais si l’on commence un traitement, c’est à vie.

    D'abord, les traitements « à vie » ne concernent le plus souvent que les maladies où un médicament permet de pallier un déficit définitif comme l’absence de sécrétion d’une hormone par une glande endocrine. Ensuite, ce n’est pas le traitement qui entretient la maladie, mais l’inverse. C’est vrai que lorsque l’on commence un traitement on admet la maladie, mais ne pas l’admettre et ne pas se traiter ou cesser de le faire parce que l’on en ressent aucun symptôme - ce qui est le plus souvent le cas pour l’HTA au début – ne fait pas disparaître la maladie, celle-ci continuera à évoluer et lorsque les complications apparaîtront il sera trop tard. Si l’on obtient une TA normale avec le traitement, on ne doit pas considérer ce succès comme une guérison et abandonner les médicaments, car l’HTA réapparaîtra. Par contre les organismes se modifient, il peut apparaître d’autres maladies et la TA s’abaisser au point de rendre nécessaire l’abandon parfois définitif du traitement hypotenseur.

    16. Le traitement lui-même ne peut-il pas créer une autre maladie ?

    Comme tous les médicaments efficaces, ceux traitant l’HTA peuvent avoir des effets secondaires, parfois gênants ou sérieux, ils régressent à l’arrêt du médicament responsable, et ne provoquent pas de maladie véritable. Les bénéfices qu’ils apportent doivent toujours rester  très supérieurs aux risques qu’ils entraînent, c’est un principe général en thérapeutique.

    « Coup de pokerJe hais les joints »

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Juin 2011 à 10:08
    Toujours intéressant Doc, ces articles..... mais pour l'HTA, tu n'évoques pas la source du stress. Je le sais par expérience, même avec les médicaments que je prends au quotidien, pour abaisser cette TA, il m'est arrivé de faire des pics et surtout d'avoir un PAM très anormal quand je stresse. Bonne journée Doc
    2
    Lundi 13 Juin 2011 à 10:18
    Quelques jours de vacances estivales nous feront du bien à tous, hypertendus ou pas ! Rire...
    3
    Lundi 13 Juin 2011 à 10:55

    J'ai parlé du rôle du système nerveux et des émotions dans l'HTA (HTA III). Quant aux causes des stress, un livre ne suffirait pas.

    Dr WO

    4
    Lundi 13 Juin 2011 à 10:57

    Qu"est-ce à dire ? Que je suis un peu fatigué ?

    Dr WO

    5
    Lundi 13 Juin 2011 à 13:25
    Mille excuses pour ce malentendu : c'est moi qui le suis avec une lombalgie qui me fait énormément souffrir. Aussi je rêve de quelques semaines de vacances bien méritées !
    6
    Lundi 13 Juin 2011 à 16:05

    Je comprends, vous en avez plein le dos.

    Dr WO

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Vendredi 17 Juin 2011 à 08:41
    Bonjour, Doc
    Vous ne parlez pas des principes actifs utilisés dans les médicaments, ni des effets secondaires les plus risqués, ce serait pourtant intéressant. Cet artilce sur l'HTA m'a encore fait penser au magnesium dans la mesure où une carrence de ce sel minéral peut en être la cause, mais des analyses de mg globulaire sont-elles proposées aux "malades". Je mets entre guillements car à mon humble avis, l'HTA n'est pas à proprement parler une maladie comme la rougeole ou la varicelle, qui peuvent se guérir définitivement. Je parlerai plus volontiers de dysfonctionnement métabolique. Mais j'ai peut-être tort, je ne suis pas médecin.
    Bonne journée.
    8
    Vendredi 17 Juin 2011 à 17:28

    Il est impossible de parler des multiples effets secondaires qui peuvent survenir après la prise d'un médicament, le plus souvent inconstants et bénins, même si les affaires récentes ont montré que certains pouvaint être des plus sérieux. A noter que même un placebo peut donner des effets secondaires. Je ne discuterai pas votre opinion sur le Mg, dont l'intérêt existe mais parait limité en thérapeutique.

    L'HTA est une vraie maladie chronique, non pas liée à un dysfonctionnement métabolique mais plutôt neuro-endocrinien. Paradoxalement, l'ennui avec cette maladie c'est qu'elle n'entraîne que tardivement des troubles et qu'elle se manifeste surtout par ses complications.

    Dr WO

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :