• Hypertension artérielle III

    9. Si la pression artérielle provient du cœur, être hypertendu c’est donc être cardiaque ?

    10. Pourquoi les résistances des artères augmentent-elles ? Est-ce une conséquence de l’athérosclérose ?

    11. Si le système nerveux contribue à régler la tension artérielle n’y a-t-il pas des hypertensions artérielles uniquement « nerveuses » ?

     

    9. Si la pression artérielle provient du cœur, être hypertendu c’est donc être cardiaque ?

    Non, mais la question est complexe. On peut en effet observer une élévation tensionnelle lorsque le cœur a des contractions particulièrement énergiques [hyperkinésie], mais en général le cœur est plutôt victime que responsable.

    La pression artérielle dépend de quatre variables :

    - le contenu, c’est à dire le volume sanguin circulant [volémie], c’est ainsi qu’une hémorragie fait chuter la TA,

    - le cœur qui assure la propulsion du contenu à partir du réservoir veineux, 

    - le contenant constitué par l’espace artériel,

    - et enfin l’évacuation du système artériel qui se fait par les artérioles, les petites artères périphériques où se situent les résistances à l’écoulement sanguin. Lorsque ces artérioles se contractent [vasoconstriction] ou lorsque leur lumière se rétrécie [hypertrophie] les résistances à l’écoulement augmentent, le cœur doit lutter contre elles et travaille à fortes pressions pour assurer la circulation sanguine. Le cœur s’adapte à cette situation, mais il peut aussi à la longue s’épuiser et c’est là que l’hypertendu devient cardiaque. Les maladies cardiaques, lorsqu’elles sont évoluées, entraînent plutôt une baisse de la TA.

    10. Pourquoi les résistances des artères augmentent-elles ? Est-ce une conséquence de l’athérosclérose ?

    Non, c’est l’inverse. L’hypertension artérielle (HTA) est un des principaux facteurs de risque de l’athérosclérose, car l’élévation constante de la pression constitue une agression pour les artères et favorise l’athérosclérose et ses complications.

    La régulation de la pression artérielle met à contribution de nombreux mécanismes qui jouent sur les quatre variables, toutes modulables  en fonction des besoins et des situations rencontrées par l’organisme. Il existe des récepteurs sensibles à la pression, au volume et à d’autres facteurs qui en cas de modifications déclenchent des mécanismes d’adaptation par l’intermédiaire du système nerveux ou de substances diverses pour modifier le travail cardiaque, le volume sanguin, le diamètre des vaisseaux et la résistance à l’écoulement. Dans l’hypertension artérielle cette régulation est perturbée en particulier au niveau des résistances périphériques qui peuvent s’élever sans raison apparente.

    11. Si le système nerveux contribue à régler la tension artérielle n’y a-t-il pas des hypertensions artérielles uniquement « nerveuses » ?

    Oui, si l’on entend par HTA « nerveuses » les poussées tensionnelles provoquées par les émotions ou les stress, mais quel que soit le mécanisme qui provoque l’hypertension artérielle, ce qui compte c’est sa permanence. « Nerveuse » ou pas, une HTA permanente, c’est à dire retrouvée régulièrement pendant trois mois environ, doit être traitée. Mais il existe également des HTA neurogènes, c’est à dire provoquées par des lésions des circuits nerveux impliqués dans la régulation de la pression artérielle. Ce sont des HTA très difficiles à traiter car le plus souvent elles existent en position couchée, la nuit, et s’accompagne au contraire d’une chute de la TA en position debout [hypotension orthostatique].

    « Egalité devant la justiceVoyance »

  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Mai 2011 à 12:26
    Merci Doc pour cette chronique franchement intéressante. Depuis mes dernières aventures hospitalières, ma tension se tient à carreaux.....!!!! Bises. ZAZA
    2
    Samedi 21 Mai 2011 à 12:33

    Tant mieux.

    Dr WO

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mardi 24 Mai 2011 à 15:05
    J'aime bien la formulation selon laquelle le coeur serait plutôt victime plutôt que responsable. Une image claire.
    4
    Mardi 24 Mai 2011 à 17:40

    Vous avez eu le courage de lire l'article. Bravo !

    Dr WO

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :