• Fléau

    Les vieux racontaient aux jeunes de leur voix flûtée,

    Qu’un horrible fléau, dans les temps anciens,

    Avait ravagé des pays, détruit des peuples entiers,

    Et installé chez tous la terreur du prochain.

     

    Les jeunes écoutaient par respect pour les aînés,

    Mais on sait que les vieux manquent parfois de raison,

    Pour les gens sensés un tel fléau ne pouvait exister,

    Et ils retournaient sans souci à leurs occupations.

     

    On parla du fléau dans des contrées lointaines.

    On ne crut pas les voyageurs malgré leur émotion,

    Leurs récits furent pris pour des calembredaines,

    Et chacun continua en paix ses occupations.

     

    Aux marges du pays apparut le fléau.

    Les sandéfauts pensèrent échapper à ses méfaits,

    Le mal ne toucherait sans doute que les anormaux,

    Et les sandéfauts s’écartèrent des contrefaits.

     

    Le mal envahit brutalement le pays,

    Durcissant les coeurs et brûlant les cerveaux,

    Il détruisit sans égard, les pauvres et les nantis,

    Et jusqu’à l’âme des gens normaux.

     

    Paul Obraska

    « La France, combien de divisions ?D'un guignol à l'autre »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 2 Mai 2012 à 01:05
    Nous ne sommes pas loin du fléau annoncé... la peur de l'autre.. source d'abus et d'incohérence dangereuse... votre moral est fort bas Dr WO.. le mien n'est pas mieux.. même si j'aime frapper fort au fond du tourbillon pour remonter et résister à la pensée commune. Bonne soirée
    2
    Mercredi 2 Mai 2012 à 09:08
    Attila fut celui de Dieu, du moins ainsi fut-il nommé !
    Comment donner un nom aux nôtres, ils sont de tout cotés ?
    Mon désenchantement rejoint le vôtre Paul
    Nettoue
    3
    Mercredi 2 Mai 2012 à 12:00
    Le présent n'est pas très clair et l'avenir est sombre! Que cela ne nous empêche pas d'être lucides et nous battre jusqu'au bout.
    4
    Mercredi 2 Mai 2012 à 15:40
    Un bonne prophétie se reconnait en ce que chacun y voit ses propres espoirs ou, en l'occurence, ses propres inquiétudes !
    Je dirais donc, moi aussi "au secours, ils arrivent" !
    5
    Mercredi 2 Mai 2012 à 18:05

    Un fléau que l'on avait écarté et qui semble se rapprocher et pire, admis.

    6
    Mercredi 2 Mai 2012 à 18:06

    Pour moi (mais chacun son avis), il est surtout d'un côté.

    7
    Mercredi 2 Mai 2012 à 18:08

    Refuser la "banalité du Mal"

    8
    Mercredi 2 Mai 2012 à 18:10

    A chacun son fléau. Je connais le mien et je pense que c'est également le vôtre.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :