• « Fake news » au carré

    « Fake news » au carré

    Il est certain qu’avec la meute en réseau, la vérité a de plus en plus du plomb dans l’aile. Certes, le mensonge en politique est de tous les temps notamment pour justifier une action douteuse, et ce mensonge a été officialisé sous le terme admis de propagande. Néanmoins la vérité existait en soi et constituait un étalon auquel des gens honnêtes et renseignés pouvaient se référer.

    Aujourd’hui cet étalon lui-même est remis en question. On parle de vérité relative, de vérité alternative, de vérité personnelle : « c’est ma vérité et elle vaut bien la vôtre ». Et puis nous avons les fausses nouvelles, les « fake news » et la vérité disparaît sous leur avalanche drainée par les réseaux. Cette désinformation vient alimenter la fabrication de complots qui permettent à leur tour la naissance d’autres fausses informations.

    Récemment j’ai été confronté à ce que l'on pourrait nommer une fake news au carré, c’est à dire à une information considérée comme montée de toutes pièces, accompagnée de ce fait d’un parfum de complot, mais qui se révèle en définitive exacte. Ce fut le cas de la remarque irrespectueuse d’un internaute brésilien qui comparait le physique et l’âge de Mme Macron avec ceux de Mme Bolsonaro, remarque relayée avec satisfaction par le Président brésilien. Rapidement, cette information fut considérée comme fausse,* provenant soi-disant de comptes bidons, sous-entendu que cette information n’étant pas à l’avantage de Mr Bolsonaro aurait été monté de toutes pièces peut-être à partir de l’Elysée pour déconsidérer le président brésilien. Il s’avère en définitive que la grossièreté bolsonarienne est authentique puisque le porte-parole du gouvernement brésilien a signalé par la suite le retrait du commentaire vulgaire de Jair Bolsonaro, ce qui prouve bien son existence préalable.

    Ce concept de fake news au carré consistera désormais à transformer une vérité en mensonge, ce qui permet de faire douter de la vérité elle-même, celle-ci ayant pris pour un temps les oripeaux du bobard.

    Illustration de Salvador Dali : « L’image disparaît ». Ce tableau recèle deux vérités : le portrait de profil de l’homme moustachu et celle de la femme lisant une lettre (référence au tableau de Vermeer). Ces deux vérités sont imbriquées, l’une n’existe pas sans l’autre ; elles sont relatives. L’image globale a deux significations alternatives et l’on peut opter pour l’une ou l’autre par choix personnel mais le choix d’une image fait disparaître l’autre. L'image, comme la vérité, dépend de celui qui la regarde.

    * Le blog "le Salon beige" qui a affirmé la fausseté de l'information, ulcéré par la passivité des médias, a laissé son texte en l'état en ajoutant au milieu cet addendum :

    "Addendum : Finalement, le compte utilisé serait bien un compte authentique de Jair Bolsonaro et c’est l’AFP qui aurait diffusé une fausse nouvelle, reprise par de nombreux médias comme BFM (cité ci-dessus) et donc également par le Salon beige. Nous vous prions de nous excuser d’avoir fait confiance à l’AFP (sic!). Nous aurions dû être plus prudent car le Salon beige dénonce suffisamment souvent cette tendance dans les médias à reproduire les dépêches AFP au mot près sans apporter de plus-value. Cette mésaventure n’en est qu’un exemple de plus et montre à quel point les médias institutionnels manquent de fiabilité. Voici les explications de Libération"

    « A quoi sert l'ONU ?La piscine à voile et à vapeur »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Août à 19:27
    Pangloss

    Bolsonaro est-il un "fake-président"? Certains le pensent. A ce compte, Macron en est-il un aussi? Ou Brigitte dont le premier a critiqué l'apparence? Ou l'apparence de Brigitte est-elle un fake?

      • Vendredi 30 Août à 19:49

        Cependant on peut affirmer la réalité d'une personne lorsqu'elle modifie les choses autour d'elle, en bien comme en mal. Quant à Brigitte, elle a peut-être été un peu modifiée.

    2
    Vendredi 30 Août à 21:16

    Il faut voir le bon côté des choses: on aurait pu prétendre, et tout le monde l'aurait cru, que des hackers russes avaient piraté le compte Facebook de Donald Trump pour le faire passer pour Rodrigo Andreaça (l'auteur du montage-photo) usurpant l'identité du Président brésilien afin d'impliquer (grâce au feu de forêt amazonienne, allumé par des gilets-jaunes à la solde des chinois de Hong-Kong) les experts climatiques de l'ONU et de ridiculiser, par-là même, la présence de Greta Thunberg à New-York.

                                     

    (je simplifie, bien sur)

      • Vendredi 30 Août à 21:31

        Un scenario parfaitement cohérent et vraisemblable. On voit l'homme d'expérience à qui on ne la fait pas.

    3
    Vendredi 30 Août à 23:33

    Une constante des fake-news depuis la nuit des temps est que ceux qui veulent y croire y croient, quelque soient les éléments de preuves contraires que vous pourriez leur porter .

    Et puis l'argument de la "manœuvre monté de toutes pièces pour discréditer" n'est pas nouvelle

    Souvenons-nous de Mélenchon affirmant  après l'assassinat d'un opposant de Poutine que c'est "un piège à naïf pour créer une ambiance de 'Sadamisation' contre Poutine".  Donc les opposants de Poutine assassineraient de nombreux opposants de Poutine pour discréditer Poutine.   

     

      • Samedi 31 Août à 10:09

        Les gens peuvent préférer les fausses informations qui vont dans leur sens plutôt que les vraies qui les dérangent

        NB Mettez votre excellente oraison funèbre dans un tiroir. Pas de précipitation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :