• Erection branlante

    Erection branlanteLe 8 mars dernier, la journée de la femme, le Gang du Clito a braqué un clitoris géant de 5 mètres de haut sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro. Une opération montée de main de maître visant à dénoncer l’invisibilité de l’organe féminin, et son inégalité de traitement par rapport au pénis. Certes, la visibilité du clitoris est moins évidente que celle du pénis, et il existe une inégalité de taille congénitale – si j’ose dire – entre les deux organes difficile à combler. Loin de moi l’idée iconoclaste de défendre le pénis et son traitement, mais j’attire l’attention des membres du Gang du Clito sur la différence de fonction entre le pénis et le clitoris. Le clitoris n’a qu’une fonction, celle du plaisir donné ou reçu, ce qui est loin d’être négligeable, alors que le pénis est un organe multifonctionnel : plaisir, insémination naturelle sous-clitoridienne, et guide directionnel pour le jet d’urine. Je remarque aussi que si l’on voit depuis quelques temps fleurir fièrement des clitoris sur la voie publique, le pénis, lui, en dehors de quelques « œuvres d’art » qui pourraient l’évoquer sans dire son nom, il ne se profile qu’honteusement, dessiné grossièrement et à la hâte, sur la paroi des ascenseurs et les murs des HLM plutôt que ceux des beaux quartiers. Ce qui montre, en y regardant de près, que le pénis est peut-être plus mal traité que le clitoris depuis que celui-ci a fait son « coming-out ». Il serait par ailleurs opportun, dans un souci d'égalité, d'introduire le néologisme de "clitoricrate" pour faire le pendant avec phallocrate. Et pendant ce temps la photo ci-dessous (Silvio Avila - AFP) montre un service Erection branlantehospitalier au Brésil (Porto Alegre) débordé par les patients atteints de la COVID-19, en contraste avec la préoccupation pour le moins frivole de ces femmes soucieuses de donner un statut officiel à leur clitoris dont elles peuvent pourtant user à volonté, cela ne regarde qu'elles, nous, on s'en branle. La cause des femmes mérite mieux que ces exhibitionnistes un peu perturbées.

     

    « Les nouveaux étudiants369. L’accélération au point mort »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Mars à 18:00

    Clitoricrate? Patience! Cela viendra. Mais ce ne sera pas, comme l'est phallocrate, péjoratif.

      • Jeudi 11 Mars à 18:26

        Un néologisme qui introduirait une notion de domination.

    2
    Jeudi 11 Mars à 20:32

    d'après Freud...

    D'après Freud, la fillette, au cours de jeux avec ses camarades, se rend compte qu'elle ne possède pas de pénis, cette découverte est parfois vécue comme une frustration, une privation et suppose que son propre sexe est tronqué. Cette découverte serait un des moments constitutifs de la personnalité féminine.

                        

                                   ORLAN - "L'origine de la guerre"

     

      • Vendredi 12 Mars à 00:04

        Le complexe de castration. La guerre clitoridienne a commencé

    3
    Jeudi 11 Mars à 21:01

    C'est complètement idiot la nudité de la femme est très belle si le clitoris justement reste caché!

      • Jeudi 11 Mars à 21:06

        Je crois que l'esthétique ne rentre pas ici en jeu. On pourrait dire la même chose du pénis, mais c'est plus délicat à réaliser.

    4
    Jeudi 11 Mars à 21:56

    Si je fais appel à mes souvenirs (certes, très lointains !) ce serait plutôt une maquette du Concorde qu'elles exhibent là et non pas ce qui fut l'objet de mes désirs ( ô, si lointains).   

    La tour Eiffel en perd l'équilibre

      • Jeudi 11 Mars à 23:02

        Il y a un rapport (si j'ose dire) entre les deux : le 7ème ciel.

    5
    Souris donc
    Vendredi 12 Mars à 08:38

    Précurseur : le plug anal de la Place Vendôme ?

     

      • Vendredi 12 Mars à 09:03

        C'est à ce type de forfait que je pensais en faisant allusion aux "oeuvres d'art" évoquant le pénis mais sans dire son nom.

    6
    Souris donc
    Samedi 13 Mars à 08:16

    Cette exhibition aurait-elle pour objectif implicite de militer contre l'excision ?

    Ca m'étonnerait, car ce serait s'en prendre à des pratiques de pays sacrés pour nos décolonialistes névrotiquement obsessionnelles.

      • Samedi 13 Mars à 09:12

        Ce qui serait une cause défendable, mais il serait alors souhaitable de ne pas la tourner en dérision grotesque.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :