• Clémenceau avait raison

     

    Clémenceau avait raisonQuand on parle de guerre, il parait sensé de s’adresser à un militaire malgré l’avertissement de Clémenceau : « la guerre est une chose trop sérieuse (ou trop grave) pour être confiée à des militaires ».

    Un article du Canard enchaîné du 14/09/16 fait état de l’opinion d’un spécialiste : le chef d’état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, lors de l’université d’été de la Défense qui s'est tenue début septembre.  Le premier de nos militaires, en suivant le conseil de Clémenceau, préfèrerait ne pas faire la guerre ou en tout cas de la façon dont nous la faisons (très modestement) contre l’Etat islamique, s’opposant ainsi à la stratégie du chef de l’Etat : « Gagner la guerre ne suffit pas à gagner la paix, et on ne détruit pas une idéologie uniquement avec des bombes ».

    C’est certain. L’idéologie étant dans les têtes, il faudrait pour bien faire détruire toutes les têtes porteuses pour avoir une chance de la faire disparaître. Et encore, l’idéologie est increvable car elle se réfugie, en quelque sorte, dans le Cloud, prête à envahir de nouvelles têtes. Le terrorisme islamique existait avant le « califat » et survivra à sa disparition.

    Reste tout de même qu’un encrage territorial est un élément attractif pour les décérébrés, à tel point que l’on peut se demander, de façon paradoxale, s’il ne serait pas souhaitable de maintenir ce califat pour y déverser notre trop-plein de têtes brulées, mais en les priant d’y rester.

    Notre chef d’état-major est un pacifiste car il a également déclaré : « Une stratégie basée sur les seuls effets militaires ne pourra jamais agir sur les racines de la violence quand celles-ci s’ancrent dans le manque d’espoir, d’éducation, de justice, de développement, de gouvernance, de considération. ».

    Fermez le ban !

    Ce qui implique, d’après ce militaire propre sur lui et politiquement correct, que nous sommes coupables du terrorisme islamique sur notre territoire et ailleurs, comme  dans un pays aussi sous-développé que les Etats-Unis. Par contre, il semble ne pas avoir mentionné (mais je n’ai pas connaissance de l’intégralité de ses déclarations) le rôle de la religion musulmane dans sa forme intégriste en tant que racine de la violence. A moins de considérer que nous sommes également responsables de l’intégrisme islamique pour ne pas avoir offert à ces misérables (comme Oussama Ben Laden, héritier richissime) de l’espoir, l’accès à l’éducation et la considération qu’ils méritent.

    Clémenceau avait raison.    

    « La dictature n'est plus ce qu'elle était223. Ma contribution au bonheur »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 18:06

    S'il est à ce poste si élevé, c'est qu'il est dans la mouvance de gauche avec des idées à la con...

    Et on reprend le Mea Culpa!

      • Vendredi 16 Septembre 2016 à 18:12

        Oui, et c'est agaçant...

    2
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 19:39

    Un militaire défaitiste avant même de livrer bataille!

    A un militaire, on ne demande pas de faire la paix mais la guerre.  Pour la justice, la considération et le reste, on a (ou on devrait avoir) des politiques.

    Politiques qui ont fait des erreurs tragiques et qui continuent avec leur politique d'immigration et leur façon de dialoguer avec l'Islam.

    La violence des banlieues ne serait que de la délinquance s'il ne s'y était pas ajouté l'idéologie islamiste.

      • Vendredi 16 Septembre 2016 à 21:34

        C'est une curieuse position pour un militaire. A moins qu'il ne s'agisse vis à vis des pays du Moyen Orient d'une attitude colonialiste : apporter les bienfaits de la civilisation. Les occidentaux ont surtout apporté le bordel en Irak comme en Libye.

    3
    Sémaphore
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 22:09
    Sémaphore

    Je vous trouve bien sévère avec ce militaire à qui le cador Normandie Nimègue demande de faire la guerre au "terrorisme" non identifié davantage et avec des moyens somme toute, plutôt ridicules par rapport à l' immensité du martial objectif. Il fait tout au plus la guéguerre avec de faibles moyens éparpillés entre le Mali, le Centrafrique, la Syrie et l' Afghanistan pour le reliquat...

    Sans compter que les troupes non utilisées à l'extérieur, sont aussi fixées en France dans des gardes statiques et ne seront guère fraîches et entraînées au cas où...

    Je le vois plutôt lucide de nous annoncer que ce ne sera donc pas demain le jour où nous vaincrons qui que ce soit.

    Par ailleurs, il nous indique en pointillé (pas fou et n' ayant pas envie d'être appelé prochainement à faire valoir ses droits à la retraite, qu'il serait judicieux de penser à agir beaucoup plus concrètement et hargneusement contre nos fichés S. A quoi bon mener des opérations à 5 ou 6.000 kms contre des terroristes "étrangers" si on laisse les pépinières françaises en produire sans grandes difficultés?

    Pour ma part, je l' entends plutôt dire au personnel politique que l' Armée n' a pas vocation à servir de fausse caution d' action et qu'il y a grand besoin qu'il y ait de l' action de leur côté...

    Évidemment, compter ensuite sur les votes musulmans sera nettement plus sport mais gouverner, c'est prévoir et devoir choisir entre des solutions foireuses et des solutions malencontreuses et des solutions poisseuses...

      • Vendredi 16 Septembre 2016 à 22:27

        Je prends soin de dire que je n'ai pas connaissance de sa déclaration complète, je n'ai que les citations rapportées par le Canard. Je n'ai rien à dire sur la première citation : les bombes ne vaincront pas le terrorisme (mais ont permis de rendre le califat moins conquérant et donc moins attractif). 

        Il me semble que la seconde citation est des plus discutables et fait très bisounours : ils ne sont pas responsables de leurs conneries, car nous avons failli à notre tâche civilisatrice. Quant à son opinion sur l'action sur notre propre territoire, je ne la connais pas, mais peut-être avez-vous pris connaissance de déclarations dans ce sens ?

      • Semaphore
        Vendredi 16 Septembre 2016 à 23:34
        Semaphore

        Dans mon appréciation de sévérité, j'englobais Pangloss et non seulement vous seul, Dr Wo! yes

        Normalement, l'armée française n'a pas vocation à mener des opérations de police sur le territoire national hors le cas d'attaques directes en provenance de l'extérieur (pour des raisons évidentes de complications de projets de coups d'état).

        Elle est donc dans un emploi à contretemps en exposant inutilement des troupes utilisées comme dissuasion des mouches cardiaques tout au plus...

        J'ai bien compris que vous n'aviez que cette source volatile comme base de votre article mais j'utilise ici la même.

        Sauf que je n'en ai pas la même lecture particulièrement à propos du crypto-pacifisme attribué à ce général.

        Ce dernier n'est malheureusement que trop réaliste de constater que d'une part, il lui est demandé de mener des guerres sans véritables moyens matériels et de troupes ni véritables objectifs ni véritables opérations militaires qualifiables de sérieuses (le faible nombre de militaires tués ou sérieusement blessés en opérations le démontre en creux) et que d'autre part, il sert en quelque sorte d'alibi pour faire croire au bon peuple que le Pouvoir agit alors que cela relève plutôt de l'esbrouffe guère utile en dehors de cet affichage, surtout en période pré-électorale...

        En quelque sort, des guerres-Potemkine comme les villages du même...

        Quant à sa seconde déclaration qui vous fait tiquer tous les deux, il me semble que vous devriez la reconsidérer en ne postulant pas a priori qu'il soit bisounours ou crypto-pacifiste, risquant ainsi de fausser la compréhension de la teneur de son propos.

        Je maintiens l'y voir rappeler "aux politiques" qu'ils doivent prendre part au "sale boulot" de combattre à leur niveau "le terrorisme", donc par des opérations de police intérieure réelles...

        Par exemple, fermer -réellement- les mosquées identifiées comme salafistes, virer les imams intégristes en raison de leurs prêches incompatibles avec le vivrensemble, pourrir la vie des fichés S et celles de leurs relations, etc...

        Ne sommes-nous pas en état d'urgence par le voeu de Normandie-Nimègue, donc avec des exceptions au droit courant, le tout restant sous le contrôle judiciaire???

        Or l'absence de réaction sérieuse du Pouvoir, en dehors des lamentos après chaque attentat, ne peut que faire s'enhardir toute une frange "d'hésitants" qui n'y iraient peut-être pas si la réaction (et les ennuis conséquents) était à la hauteur.

        Seulement c'est long, ingrat quoiqu'assimilable à du travail de chercheur d'or qui filtre des tonnes de minéraux pour des grammes d'or et évidemment pas populaire chez les cousins même éloignés, des terroristes...

        Or, vous n'ignorez probablement pas que le parti qui nous a légué le cador Normandie-Nimégue escompte faire le plein de voix chez les musulmans, justifiant toutes les caresses dans le sens du poil des barbus...

      • Samedi 17 Septembre 2016 à 08:13

        Mais le programme que vous souhaitez n'apparait pas dans les déclarations du général, vous supposez qu'il le pense. Par contre, la deuxième citation que j'ai mise en gras est très explicite. La façon dont il conçoit le "sale boulot" est plutôt très aimable.

      • Sémaphore
        Samedi 17 Septembre 2016 à 22:05
        Sémaphore
        A la relecture, je me suis (un peu trop) avancé en émettant une conclusion hypothétique bien que plausible, que je lui attribue. Il est cependant indéniable qu'il indique bien aux politiques que les opérations militaires resteront insuffisantes car si elles élimineront sûrement des djihadistes, cela ne servira pas à grand chose si on laisse la "création" de djihadistes maison continuer à domicile, comme si de rien n'était , que nous n'étions pas en guerre, en état d' urgence, etc... Contrairement à vous, je pense que les causes qu'il identifie sont exactes (même avec leurs relents bisounoursesques) mais qu' elles sont en revanche très insuffisantes dans la mesure où ne sont pas abordées les attitudes de ces populations face aux recettes françaises pour l' intégration de ces immigrés. Sauf erreur, le blog de Brighelli (celui de la Fabrique du Cretin) éditait récemment un article mettant en évidence que ces populations d' origine arabe/musulmane ignoraient superbement l' enseignement obligatoire aboutissant à des bataillons d' adolescents en fin de parcours scolaire à peine capables de lire, écrire et compter donc inadaptés, inemployables, déclassés que Brighelli opposait aux populations d' émigrants d' extrême Orient de la fin des années 70 dont les enfants faisaient des parcours scolaires normaux quand ils n' étaient pas exceptionnels et avec un niveau d' enseignement nettement plus relevé que l' actuel.
      • Samedi 17 Septembre 2016 à 22:51

        Là, je suis d'accord. Mais les outils d'intégration ou simplement d'ascension sociale existent, il suffit d'avoir la volonté et l'intelligence de les utiliser. On ne peut pas apprendre à la place de ceux qui rejettent l'éducation offerte par la société française et qui préfèrent pour certains la délinquance plus lucrative que l'étude qui nécessite un effort. Reste que le chômage est un facteur incompressible, mais il touche toute la jeunesse.

    4
    Semaphore
    Vendredi 16 Septembre 2016 à 22:54
    Semaphore

    "on peut se demander, de façon paradoxale, s’il ne serait pas souhaitable de maintenir ce califat pour y déverser notre trop-plein de têtes brulées, mais en les priant d’y rester."

    En voilà une idée qu'elle est bonne et même excellente.

    Les olibrius concernés seraient hors de notre territoire et pourraient se faire exploser tant qu'ils le souhaitent car par ailleurs et en valeur absolue, ce sont des médiocres combattants (se mettre à deux pour tuer un malheureux prêtre de 83 ans, quel courage, quel audace, quel fait d'armes) qui n'iraient probablement guère loin dans des opérations militaires réelles.

    Aucun besoin de pleurer des pertes pareilles...

      • Vendredi 16 Septembre 2016 à 23:10

        De la même façon, il serait souhaitable de ne pas s'opposer à leur départ, mais à leur retour. Quel était le sort réservé jadis à ceux qui passaient à l'ennemi ?

      • Semaphore
        Vendredi 16 Septembre 2016 à 23:43
        Semaphore

        Oui Docteur mais cela c'était avant...

        oops

      • Samedi 17 Septembre 2016 à 09:11

        Je crois que la législation actuelle permet d'agir dans ces cas de traîtrise. Mais le tollé provoqué par le projet de déchéance de la nationalité a de quoi freiner toutes les ardeurs.

    5
    Samedi 17 Septembre 2016 à 11:29

    En creux, il semble vouloir dire que le manque "d’espoir, d’éducation, de justice, de développement, de gouvernance, de considération" est comblé par l'idéologie islamiste.

    Il faudrait demander aux imbéciles (les islamistes et leurs idiots utiles) de présenter des tableaux binaires  "avantages et inconvénients" dans tous ces domaines cités par ce brave général qui croit être devenu un intellectuel en ânonnant des phrases creuses qu'il a lu dans la presse.

      • Samedi 17 Septembre 2016 à 12:16

        Cela fait longtemps que l'on sait que cette antienne misérabiliste ne correspond pratiquement jamais à la réalité, du moins sous nos climats. Ce brave général est en retard d'un train en montant dans celui des gauchistes toujours à la recherche de leur prolétariat. D'ailleurs il me semble que les fameuses entreprises de déradicalisation ne jouent pas sur les causes avancées par le général

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :