• « C’est avec les jeunes idiots que l’on fait les vieux cons »

    Je n’ai pas lu directement l’enquête qui vient de paraître sur les opinions de centaines de lycéens. Elle constate une tendance marquée à la radicalisation (ce terme dépassant le cadre de la radicalisation islamiste). Cette enquête a surtout porté sur des élèves d’établissements situés dans les quartiers dits « sensibles », euphémisme pour dire que leurs habitants sont surtout d’origine africaine, Afrique du nord ou Afrique noire, et souvent musulmans.

    Il faut noter que les titres de journaux parlent de la « radicalisation des jeunes », et quand on prend connaissance des résultats mentionnés dans les articles, ils concernent en particulier des jeunes qui se réclament de l’islam. Ce sont les jeunes de France d’obédience musulmane qui semblent le plus intéresser les sociologues et les journalistes. Certes, ils sont très remuants (notamment le jour de l’an) et pour certains dangereux ou comptant le devenir, mais ils restent encore minoritaires parmi la jeunesse de France et l'enquête n'a pas porté sur les lycées catholiques ou juifs.

    On note que nombre de ces jeunes musulmans font passer leurs lois religieuses avant celles de la République et certains ont un regard qui ne manque pas de sympathie sur les auteurs des attentats islamistes, ce qui est évidemment préoccupant. Mais il n'est pas illogique pour des musulmans fervents de faire passer la religion avant les lois de la République puisque l’islam ne sépare pas le temporel du spirituel. Par contre, le rejet de la science confrontée aux croyances (accompagné, bien sûr, du complotisme qui va avec) montre le degré d’obscurantisme qui les atteint au début de ce XXIe siècle (1). Mais ceci ne les empêche cependant pas de manipuler avec délice tous les objets inventés par cette science que sans doute ils ignorent, mais qu’ils considèrent comme moins fiable que la croyance.

    Croire est une chose, de nombreux scientifiques ont la foi, mais transformer la croyance en savoir, comme le font les créationnistes et les partisans de la platitude de la Terre, est une démarche particulièrement rétrograde qui conduit également à nier l’histoire si elle ne convient pas au croyant. C’est aussi l’indice d’une certaine imperméabilité au raisonnement. On ne peut convaincre un être qui place le savoir hors de la raison et hors de toute discussion, celle-ci lui paraissant inutile, voire sacrilège. Cause toujours, cause perdue.

    Les chiffres de la tentation radicale (Le Point)
    Enquête réalisée, entre septembre et octobre 2016, sur 7 000 lycéens de seconde dans 23 établissements de quartiers sensibles.
    32  % des musulmans ont une approche «  absolutiste  » de la religion, censée détenir une vérité absolue sur les questions religieuses et sur le monde séculier (6  % des chrétiens).
    51  % adhèrent totalement ou partiellement aux théories du complot dans le cas du 11 septembre 2001.
    24  % des lycéens ne condamnent pas totalement les auteurs des attentats de novembre 2015.
    34  % considèrent qu'il est acceptable dans certains cas de participer à une action violente pour défendre ses idées.
    45  % reconnaissent avoir vu sans partager des images et des vidéos de Daech (4  % avec partage).
    69  % se considèrent très ou assez concernés par la minute de silence organisée après les attentats de janvier 2015 (24  % pas tellement ou pas du tout concernés).
    52  % des garçons déclarent avoir déjà affronté les forces de l'ordre.

    (1) "Mais, sur le plan de la radicalité, les musulmans – ceux qui se définissent comme tels – se distinguent nettement : 81  % pensent que c'est la religion plus que la science qui explique la création du monde. Les absolutistes, considérant qu'il n'y a qu'une seule vraie religion et pensant que la religion a raison par rapport à la science, comptent pour 11  % de notre population étudiée, 5  % parmi les chrétiens, 32  % parmi les musulmans. Nombre de lycéens, principalement musulmans, estiment que la science est une sorte de croyance comme les autres, avec la conviction que la religion est en avance sur la science." (Olivier Galland)

    « Quand on prive le public de son serviceL’Iranien d'aujourd'hui est-il zoophile ? »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Jeudi 5 Avril à 11:34

    Malgré les longues explications des deux sociologues du CNRS, je trouve leur échantillonnage quand même très bricolé. On ignore le type de questions posées.

    Ceci dit, c'était du temps de Najat (Najat, Ministre de l'Education Nationale !) qui encourageait le tout qui est dans tout et réciproquement. Un enseignement très idéologisé où toutes les opinions sont respectables. Et quand la bonne opinion n'est pas professée, on attend le prof à la sortie et on le tabasse. Donc, les profs s'autocensurent ou évitent d'aborder les sujets "sensibles".

    Padamalgam ! Devant les minorités agressives, on s'incline. En les victimisant.

      • Jeudi 5 Avril à 11:45

        Les oppressés deviennent des oppresseurs. Vis à vis des jeunes musulmans la République est à l'évidence en déroute, reculant devant un islam qui ne cherche à résoudre ses problèmes que par la violence, c'est le paradoxe de cette religion d'amour ou du moins proclamée comme telle.

    2
    Jeudi 5 Avril à 13:22

    Ce qui m'a frappé dans cette enquête est surtout l'attitude des jeunes musulmans vis à vis de la science quand on voit la proportion (bien supérieure à celle des chrétiens) de ceux qui croient à la supériorité de la religion sur la science pour expliquer le monde. Une impasse qui ne date pas d'aujourd'hui, et qui explique le retard considérable pris par le monde musulman dans les progrès scientifiques et technologiques, un monde qui est resté quasiment immobile alors que tout bougeait autour de lui. On peut comprendre la tentation des islamistes à vouloir tout effacer pour recommencer la partie. 

    3
    Serge
    Jeudi 5 Avril à 13:32

    Nos politiques sont les premiers informés et inquiets. Mais ils ne maîtrisent plus le phénomène et ils vivent dans l’angoisse d’une guerre civile.

      • Jeudi 5 Avril à 13:59

        Vous avez sans doute raison. Je ne les pense pas inconscients mais impuissants. Cette guerre civile est justement recherchée par les islamistes. Il faut avouer que malgré la multiplication des assassinats, la population a conservé pour l'instant son sang-froid sans se retourner contre la minorité musulmane dans son ensemble, ce qui serait à la fois dangereux et injuste. Reste que les générations musulmanes montantes sont inquiétantes.

    4
    Jeudi 5 Avril à 17:00

    Politiques impuissants donc refusant la réalité en la transformant (enrichissement par l'immigration, acceptation du discours sur l'Islam religion de paix, accusation de racisme envers ceux qui sont ne serait-ce qu'inquiets, invention de l'islamophobie etc). Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Jusqu'à quand peut-on se cacher derrière son doigt?

      • Jeudi 5 Avril à 17:20

        L'islamophobie est le fait des musulmans, pas des autorités qui ne peuvent pas empêcher un "Conseil" d'intenter des procès. Quant au contrôle de l'immigration, ce n'est pas si simple entre compassion et réalisme et une meute de donneurs de leçons. En dehors de la fermeture des frontières par des barbelés comme en Hongrie, la plupart des pays européens sont dans la même situation et la misère africaine continuera à se déverser sur l'Europe. Bien sûr, on aimerait que certaines mesures soient prises et que la législation actuelle pourrait permettre même sans autoritarisme dans un pays qui comporte une très forte minorité musulmane à ménager, en commençant par supprimer les subventions à des organismes dont on peut douter du patriotisme.

      • Souris donc
        Vendredi 6 Avril à 09:51

        Il y a quelque chose qui s'appelle Espace Schengen. Libre circulation des biens et des personnes. Détourné de son objet par une frontière externe poreuse. Pourtant un corps de douaniers et garde-côtes spécifiques est censé en interdire l'accès illégal  : Frontex. Hélas, ils dorment tranquillement comme tout bon fonctionnaire européen surpayé et exonéré d'impôts.

        De temps en temps, on les voit, les bras ballants devant un bateau de migrants. Ils nous coûtent des milliards d'euros (2014 : 98 milliards) et ne font strictement rien. Gras et bedonnants.

        Douanier Frontex  = sinécure.

      • Vendredi 6 Avril à 11:13

        Ils remplissent probablement mal leur mission, mais elle n'est pas si simple : peut-on tirer sur les coquilles de noix bourrées de migrants ? Peut-on les raccompagner d'où ils viennent ? Et quand ils se noient, doit-on les laisser se noyer ?

      • Souris donc
        Vendredi 6 Avril à 11:38

        Oui, on aurait envoyé par le fond deux trois bateaux pour l'exemple, les suivants y auraient réfléchi à deux fois. Maintenant, on est obligé d'aller au Niger, dédommager les associations de passeurs (sic) de leur manque à gagner.

        Et, bien entendu, le très lucratif trafic se reconstitue un peu plus loin.

        Aucun doute : on est des cons facies à berner.

      • Vendredi 6 Avril à 11:42

        Sans aucun doute.

    5
    Jeudi 5 Avril à 20:29

    J'avais abordé ce problème il y a quelques temps :

    «La Terre est plate !»-islamisme et Université  et

    Coma hydraulique

    (c' était peu de temps après l'ouverture de mon blog et -presque- seul un certain Dr WO venait de temps en temps laisser un commentaire cry )

      • Jeudi 5 Avril à 20:52

        Oui, ça vaut le déplacement. Vous devriez remettre un jour en ligne "La terre est plate". Il n'y a pas que la terre qui est plate, certains cerveaux le sont aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :