• AINSI VA LA VIE XIX



    Gustav Klimt « Les trois âges de la femme »

     

    LE COMPAGNON INFIDELE

     

    Le corps n’en fait qu’à sa caboche

    Il suit son bonhomme de chemin

    Il fut un compagnon proche

    En bonne forme chaque matin

    Et plutôt agréable à fréquenter

     

    Mais il se met peu à peu à s’éloigner

    En faisant trop parler de lui

    On traîne un compagnon étranger

    Qui vient nous gâcher la vie

     

    On le voit chaque jour changer

    Il perd des petits bouts avec les ans

    Des cheveux gris et des dents cariés

    Son habit de peau devient trop grand

    Il fait des plis, tout fripé et taché

     

    Il s’incline un peu pour marcher

    Il craque comme un sarment desséché

    Et il s’en va un jour ou une nuit

    Au moment où on a besoin de lui

     

     


    Paul Obraska



    Gustav Klimt « Dame avec chapeau et fourrure »

     

     


    LA GARCE

     

    Plus je vieillis, plus j’aime la vie.

    Mais la vie est une amante

    Qui vous quitte quand on vieillit.

    Son départ fatal me hante.

     

    Je l’ai prise au berceau.

    Au début la différence d’âge

    Ne se voyait pas trop,

    Je la préservais des orages.

     

    Mais voilà, la vie ne change pas,

    Et moi j’ai peu à peu changé.

    La vie ne connait pas le trépas,

    Le mien est programmé.

     

    Alors la garce va me quitter.

    J’espère qu’elle le fera en douceur,

    Nous avons été ensemble tant d’années.

    Je ne sais pas, elle a tant de froideur.

     

    Volage, elle ira vers d’autres amants,

    Elle les prendra au berceau comme moi,

    Mais ses amants n’auront qu’un temps,

    J’espère que la garce me regrettera.


    Paul Obraska

    « Copeaux, seau n°5Le Sens de la Vie »

  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Janvier 2009 à 18:59
    Poème tout à fait à sa place dans "Ainsi va la vie"!
    2
    Samedi 31 Janvier 2009 à 19:05
    Parlons-nous d'expérience ?
    Dr WO
    3
    Dimanche 1er Février 2009 à 09:24
    En ce qui me concerne, oui! Je n'ai pas encore eu l'occasion d'expérimenter la fin du poème mais ça ne saurait tarder.
    4
    Dimanche 1er Février 2009 à 10:00
    Prenons notre temps, rien ne presse.
    Dr WO
    5
    Dimanche 1er Février 2009 à 11:01
    Je suis debout sur les freins!
    6
    Dimanche 1er Février 2009 à 11:22
    Comme disait Jacques Martin dans un de ses sketchs : "Je m'accroche et je freine des deux pieds !"
    Dr WO
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Dimanche 1er Février 2009 à 15:09
    Moi, j'entre peu à peu dans une phase d'interrogations (une décennie ornée d'un "6" s'approche à grands pas). C'est drôle, j'ai moins peur. De vieillir, et peut-être aussi d'avoir vu disparaître il y a vingt ans une petite étoile de douze ans, me fait regarder autrement le couple indissoluble vie-mort. Si vous avez l'occasion, lisez-donc "La porte des enfers", de Laurent Gaudé. Très fort. Quoi qu'il en soit, votre poème est fort émouvant.
    8
    Dimanche 1er Février 2009 à 16:24
    La peur n'est pas tant celle de mourir que celle de souffrir physiquement et moralement. Et le souci de laisser ceux qui restent se débrouiller comme ils pourront dans le monde qu'on leur laisse.
    9
    Dimanche 1er Février 2009 à 16:25
    Décennie ornée (je préfère affublée) d'un 6? Gamin!
    10
    Dimanche 1er Février 2009 à 16:45
    Vous avez l'âge d'un homme où sa propre disparition, sauf fragilité particulière, reste encore théorique.
    Dr WO
    11
    Dimanche 1er Février 2009 à 16:48
    La mort n'est pas vécue. Ce qui est à craindre est ce qui précède et la mort des autres.
    Dr WO
    12
    Dimanche 1er Février 2009 à 16:52
    C'est également ce que je pense.
    Dr WO
    13
    Dimanche 1er Février 2009 à 17:01
    Ok. Ce soir je sors en boîte grâce à vos encouragements (lol comme disent les "plus jeunes").
    14
    Dimanche 1er Février 2009 à 17:10
    La prochaine fois que je sortirai en boîte, elle aura des poignées sur le côté.
    15
    Dimanche 1er Février 2009 à 17:23
    Vous avez la permission de minuit. Mais ne rentrez pas plus tard !
    Dr WO
    16
    Dimanche 1er Février 2009 à 17:24
    Est-ce que l'on fait des boîtes à deux places ?
    Dr WO
    17
    Dimanche 1er Février 2009 à 18:47
    Je trouve ces échanges masculins assez savoureux ! Je croyais qu'il n'y avait que les femmes qui s'en préoccupaient, de leur âge. Je commenterai à ma façon dès que je ne serais plus pressée par mes temps de connexion à prix prohibitif ; ou j'écrirai quelque chose là-dessus. Bon plissement, les hommes !
    18
    Dimanche 1er Février 2009 à 19:09
    Je n'ai pas oublié les femmes. Le tableau le prouve et le texte est mixte.
    Dr WO
    19
    Dimanche 1er Février 2009 à 19:25
    Nous, c'est pas la beauté; c'est seulement la santé.
    20
    Dimanche 1er Février 2009 à 19:26
    A deux places? On risque d'être aussi serrés que dans les autres mais là, au moins, il n'y aura pas de "muzik".
    21
    Dimanche 1er Février 2009 à 19:32
    Et l'existence.
    Dr WO
    22
    Dimanche 1er Février 2009 à 19:40
    Un tandem pour pédaler dans le vide.
    Dr WO
    23
    Lundi 2 Février 2009 à 13:23
    Bel hommage...
    24
    Lundi 2 Février 2009 à 14:16
    A la décrépitude ?
    Dr WO
    25
    Lundi 2 Février 2009 à 16:18
    Alors vous avez encore beaucoup de temps pour l'aimer...A condition qu'il soit aimable.
    Dr WO
    PS Je vient souvent sur votre blog, mais je laisse rarement un commentaire, il y en a déjà tellement !
    26
    Lundi 2 Février 2009 à 22:49
    J'ai (re)lu votre billet quatre fois. Rien à faire : je préfère ceux qui sont plus vivants !
    27
    Lundi 2 Février 2009 à 23:36

    Je le comprends. Mais ce poème traduit une réalité que chacun d'entre nous doit ou devra vivre un jour s'il vit assez longtemps. La lucidité est aussi ue chose vivante, surtout lorsqu'elle se double d'autodérision.
    Dr WO

    28
    Samedi 7 Février 2009 à 09:17
    Autrement dit : l'âge adulte.
    Dr WO
    29
    Samedi 7 Février 2009 à 11:12
    Magnifique texte merci pour ces mots qui restent quand la vie passe......; krismalo
    30
    Samedi 7 Février 2009 à 11:21
    Merci de votre visite et de votre commentaire. Quant aux mots, resteront-ils ???
    Dr WO
    31
    seb le
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:33
    Je ne sais pas comment j'aimerai mon corps dans 30 ans...
    32
    Jeffanne
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:33
    Un texte si beau et si juste... et quand je lis les commentaires qui en résultent je me demande bien ce que je pourrais ajouter à cela... peut-être à Pierre je répondrais : moi j'ai deux six, lalalalère en riant bien sûr....n'empêche que... Bonne journée
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :