• 422. La mort de la Reine sera-t-elle un facteur de risque ?

    Le système de santé français a montré ses insuffisances pendant la pandémie, mais le système de santé anglais est pire (toutefois, ce n’est pas une consolation). Le National Health Service (NHS) bat de l’aile depuis des années : « 6,8 millions de britanniques (10 % de la population) sont actuellement inscrits sur une liste d’attente du NHS. 2,6 millions sont en attente de soins depuis plus de 18 semaines et 380 000 depuis plus d’un an. Parmi eux, 1,5 millions de personnes sont en attente d’un diagnostic (dont 400 000 depuis plus de 6 mois), 40 % des malades atteints de cancer doivent attendre plus de deux mois après leur diagnostic pour débuter leur traitement et 42 % des patients aux urgences attendent plus de 4 heures avant d’être pris en charge ». Notons tout de même que pour ce qui concerne l’attente aux urgences, les hôpitaux français peuvent aisément battre ce record. Le 19 septembre, le jour des funérailles de la Reine, espérons qu’elle n’entraînera pas avec elle quelques sujets de Sa Majesté, car le NHS, déjà handicapé, va furieusement ralentir. Des services vont être fermés, les rendez-vous annulés, seules les urgences seront assurées et le personnel risque de manquer, les écoles et les crèches étant fermées. De profundis.

    « La peau de l’oursRoyale absurdité »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Septembre à 15:10

    Oui, mais quand-même !

    Nos amis anglais sont incapables de maintenir en vie une brave vieille reine paisible de 96 automnes, mais chez nous, dans l'Hexagone, on a la doyenne de l'humanité (ex-doyenne de France...) avec ses 118 printemps !

    Bon, d'accord, on a aussi un patient de 81 ans qui est mort après avoir attendu plus de vingt heures dans un couloir d'hôpital. Mais il était malade, et il aurait dû savoir que chez nous les Urgences sont (déjà) régulées et le personnel (toujours) manquant.

     

     

     

     

     

     

     

     

      • Vendredi 16 Septembre à 15:44

        En effet, en matière des urgences sont sommes très bien placés pour jouer les prolongations, car après tout si 42% des Anglais attendent plus de 4 heures cela veut dire que 58% attendent moins. je ne suis plus sûr que ce soit le cas en France.

    2
    Samedi 17 Septembre à 10:04

    On ne peut pas s'empêcher de penser que si on avait appliqué les préconisations des antivax, l'accès aux urgences serait aujourd'hui beaucoup plus fluide en l'absence des personnes âgées et des patients atteints de "comorbidité". 

      • Samedi 17 Septembre à 10:14

        Il faut suivre une règle simple : plutôt que d'adapter les urgences aux malades, adaptons les malades aux urgences.

        NB Bonne définition du fanatique par Churchill.

    3
    Souris donc
    Samedi 17 Septembre à 17:15

    De profundis... morpionibus.

      • Samedi 17 Septembre à 17:40

        Vos connaissez vos classiques.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :