• 391. Je polémique, donc je suis

    390. Je polémique, donc je suis« Le vote d’un amendement de la loi sur la vigilance sanitaire qui permet aux chefs d’établissement du second degré de connaître le statut vaccinal des élèves a eu lieu à l’issue de débats souvent électriques dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21octobre à l’Assemblée nationale. ». Cet amendement montre que les autorités n’ont aucune confiance dans « l’attestation sur l’honneur » des parents assurant que l’enfant est vacciné. Autrement dit, les parents peuvent rompre le secret médical et révéler que leur enfant est vacciné mais en vérifiant qu’il l’est, le chef d’établissement se livrerait à une seconde rupture de ce secret médical. Il serait plus exact de dire que le contrôle révèlerait peut-être un mensonge familial et un risque pour la collectivité scolaire qui pourrait conduire à la fermeture de classes. Cet amendement a néanmoins provoqué de vives protestations sur les bancs de l’Assemblée, du type : “Une brèche impensable” dans le secret médical, une “violation du secret médical extrêmement grave”, ″Ça ne me paraît pas être le rôle d’un enseignant que de contrôler la situation sanitaire des enfants”. On voit que pour les opposants à l’amendement, la vaccination est une maladie dont la révélation serait scandaleuse, on pourrait croire à les entendre qu’il s’agirait d’une maladie « honteuse ». Mais enfin, la vaccination n’a pas lieu de relever du secret médical. Les gens se font vacciner contre la COVID-19 en public, et quant à dire qu’un chef d’établissement n’a pas à contrôler la situation vaccinale (et non sanitaire comme l’avance le député par un joli amalgame), allez donc mettre un enfant à la crèche ou en primaire sans un carnet vaccinal à jour ! Cependant on pourrait me rétorquer : mais le vaccin anti COVID-19 n’est pas obligatoire. Donc un vaccin fait partie du secret médical dès qu’il est facultatif ? Ce qui veut dire que le secret réside non pas dans le vaccin mais dans son acceptation. Autrement dit, il faut cacher le fait que l’on n’est pas « antivax » ou le fait qu’on l’est en ayant délivré une fausse « attestation sur l’honneur ». Quel enculage de mouche ! Polémique inutile, sans intérêt, le Parlement devrait peut-être se pencher sur des problèmes plus sérieux que celui du secret médical dont il ne reste en réalité qu’un vague souvenir. Il faut tout de même se rendre compte qu’un secret médical pouvait être respecté dans le cadre d’un cabinet médical où les seuls acteurs étaient le malade et le médecin, mais aujourd’hui les intervenants auprès d’un malade lorsque son cas exige des investigations sont multiples, et le « secret médical » partagé par au moins une dizaine de personnes : les autres soignants, les secrétaires, les manipulateurs et même des administratifs qui, certes, restent habituellement discrets, mais faire tout ce bruit autour du secret médical s'agissant de la vaccination frise le ridicule.

    AJOUT : Je dois avoir tort. Alors que le gouvernement souhaitait donner aux principaux et proviseurs la possibilité de connaître le statut vaccinal contre la covid-19 des élèves, le Conseil constitutionnel a censuré cette disposition dans un avis rendu le 9 novembre en considérant qu’elle portait « une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée ». La vaccination fait donc partie de la vie privée, il semble que son intérêt pour la collectivité n'ait pas été pris en considération par les "sages". Et présenter à la douane une attestation de vaccination contre certaines maladies pour se rendre dans certains pays est-elle une atteinte à la vie privée ?

    « Le paradoxe du Juif antisémite« Woke » malgré les psychotropes. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Octobre à 17:58

    Ce virus a mis sur le devant de la scène la connerie monumentale des soi-disant zélites qui siègent au palais Bourbon !!!

    Pauvre France, cependant elle a les dirigeants qu'elle mérite !

      • Jeudi 21 Octobre à 18:15

        Dans cette affaire, on avait vraiment l'impression devant la grandiloquence des opposants que le débat tournait autour d'une déclaration de guerre.

    2
    Vendredi 22 Octobre à 08:56

    Pour certains, depuis le début de cette pandémie, tous les grands principes qui régissent nos sociétés (démocratie, droit de l'homme, libertés individuelles, état de droit, secret professionnel...) semblent n'avoir qu'un seul et unique but: permettre aux non vaccinés de contaminer librement les autres. 

     

    PS : avec un avantage annexe non négligeable : une fois le nombre de morts en augmentation, en imputer la responsabilité au gouvernement, à Big Pharma, à Bill Gates, à Jacques Attali et aux "QUI?"

      • Vendredi 22 Octobre à 11:16

        Vous avez résumé l'absurdité et l'irresponsabilité de ces gens. Mais l'opposition à la vaccination, et plus généralement à la science, n'est plus seulement une opinion mais est devenue une religion avec ses fanatiques dangereux. Un article récent paru dans Nature montre que les médecins et scientifiques qui tentent d'éclairer le public dans les médias sont injuriés et reçoivent des menaces de mort et que le phénomène est mondial. Nous assistons à une régression de la civilisation.

    3
    Souris donc
    Vendredi 22 Octobre à 09:38

    Où est le secret médical ? Pour voyager, certains pays exigent tel vaccin, d'autres en exigent tel autre. A cause des maladies endémiques locales. Vous devez présenter votre carnet de vaccination, au même titre que les visas et le passeport. Air France a un centre de vaccination à l'aérogare des Invalides. Tous ces personnels, accueil, administratifs, douaniers, mais aussi les mutuelles, ont accès au statut vaccinal de la personne.

    Et les écoles vérifient que les vaccins qui ont permis d'éradiquer la polio, la rougeole, diphtérie, coqueluche, etc etc. ont bien été administrés. 

    Ils sodomisent les mouches pour se rendre intéressants, vax, antivax, panneaux, défilés. Et tirer au flanc en ce qui concerne les soignants qui se font porter pâles.

     

      • Souris donc
        Vendredi 22 Octobre à 10:23

        Jérôme Fourquet est venu présenter une étude de l'IFOP sur le lien entre le niveau d'études et l'acceptation de  la vaccination. Les CSP+ se vaccinent, et vaccinent les leurs, sans problèmes. Et ne doivent sans doute pas perdre leur temps avec le secret médical (à propos d'un vaccin !!!!).

      • Vendredi 22 Octobre à 11:24

        Curieusement, il ne me semble pas que ceux qui défendent l'amendement ont avancé l'argument que la vaccination ne peut pas faire partie du secret médical puisque les certificats correspondants sont destinés à l'administration et que seul l'état de santé ne peut être divulgué qu'avec l'autorisation du patient.

      • Vendredi 22 Octobre à 11:27

        On trouve néanmoins des médecins et des prix Nobel opposés à la vaccination. L'absurdité est la chose au monde la mieux partagée.

    4
    Vendredi 22 Octobre à 17:40

    Parfois, je regrette le temps des dogmes et de l'innocence. Et du confort.

    Ca ne dure jamais longtemps. Tant mieux pour moi.

     

      • Vendredi 22 Octobre à 17:53

        J'avoue avoir du mal à rapprocher ce commentaire de mon billet. Mais le rapprochement des dogmes et de l'innocence mérite réflexion. Suivre les dogmes évite la culpabilité de les enfreindre, la question est de déterminer la valeur des dogmes et sur quelles bases ils reposent.

      • Vendredi 22 Octobre à 19:57

        Avec votre billet... c'est peut être un peu moins évident.

        Par ailleurs, c'est une bonne question et il est bon de se la poser oops...

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :