• 252. Le prix de l’inquiétude

    252. Le prix de l’inquiétudeNous avons beaucoup de raisons d’être inquiets et même d’avoir peur. Rafales d’armes de guerre, corps explosifs, couteaux, marteaux, bonbonnes de gaz, voitures tamponneuses. Il se passe toujours quelque chose sur la voie publique.

    Si les corps des autres peuvent être inquiétants, c’est parfois notre propre corps qui est source d’angoisse, même sans raison.

    Une étude en 2014[1] a montré que 13% des Français craignent d'être atteints d’une maladie, alors qu’ils n’ont aucun symptôme. Pour se rassurer (ou s’inquiéter) la plupart se précipitent sur toutes les sources d’information dont ils disposent, et notamment sur les sites, blogs, et forums qui foisonnent sur internet. La santé est en outre un des sujets favoris des médias dont les articles et les interviews inquiètent plus qu’ils ne rassurent. Quant au gouvernement, il diffuse des messages d’avertissement et de prévention dont la répétition, comme des rappels vaccinaux, entretient la tension mais pas l’immunité contre l’inquiétude.

    Deux hypocondriaques sur trois environ vont finalement consulter un médecin et souvent plusieurs pour dissiper leurs doutes. Il n’est pas rare qu’ils arrivent au cabinet médical avec une liasse de documentation sur les maladies hypothétiques suggérées par leurs multiples recherches, demandant, en quelque sorte, au praticien de faire son choix diagnostique : épreuve redoutable.

    Une étude sur le coût de l’hypocondrie pour le système de santé britannique vient d'être publiée dans le National Institute for Health Research Journal : il s’élèverait chaque année à 60 millions d'euros.

    Peut-être qu’en France une source d’économie possible serait d’éviter d’alarmer inutilement les gens sur leur santé.

     

    [1] Ifop-capital Image

    « La conscientisation à la casseroleQuand les académiciens pissent dans un violon »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Octobre à 14:02

    Les hypocondriaques existent depuis fort longtemps, Molière en parlaient déjà, alors que la médecine étaitt quasi inexistante!

      • Mardi 3 Octobre à 14:18

        L'hypocondrie a précédé de longtemps  "Le malade imaginaire", mais le monde actuel a de quoi l'alimenter bien davantage. Du temps de Molière la médecine n'était pas inexistante, elle était le plus souvent inefficace et parfois dangereuse (nous sommes encore parfois aujourd'hui l'un et l'autre).

    2
    Mardi 3 Octobre à 15:09

    C'est très juste Doc ! J'ai appris à relativiser avec le temps et surtout à faire confiance en changeant radicalement de cardiologue et de généraliste.

    Bonne fin d'après-midi

      • Mardi 3 Octobre à 15:19

        Le changement est-il l'indice de la confiance ?

    3
    Mardi 3 Octobre à 17:03

    L'hypocondrie, ça se soigne?

      • Mardi 3 Octobre à 17:29

        L'étude anglaise propose des "thérapies cognitives pour gérer le stress lié à la peur de contracter une maladie". Autrement dit, il est proposé de traiter le stress lié à la peur, mais pas la peur elle-même.

    4
    Mardi 3 Octobre à 17:43

    Comme disais je ne plus qui : "avec tout ce qu'on lit sur le tabac, le gras, le sucré, les maladies, le cancer, le SIDA, etc...c'est décidé, j'arrête de lire" ! 

    Et c'est une hypocondriaque (relative) qui vous le dit ! happy

      • Mardi 3 Octobre à 18:07

        Pour vivre en paix, vivons incultes yes

    5
    Un Cœur qui bat
    Mercredi 4 Octobre à 04:50
    Bonjour Doc, la santé fait partie de la vie, et comme cette dernière elle est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre (Gandhi). Très belle journée
      • Mercredi 4 Octobre à 09:12

        La santé est souvent un problème à résoudre pour la maintenir à un niveau qui permet la vie. Reste que la maladie peut faire partie de la vie et parfois depuis la naissance.

        Bonne journée à vous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :