• 249. La découverte de Collomb

    Notre ministre de l'intérieur vient de découvrir le transfert de responsabilité. Il propose, en effet, que les psychiatres aident la police à dépister les individus susceptibles d'adopter les thèses de l'islam radical au point de vouloir passer aux actes terroristes, en avançant que le recours à la médecine est justifié par la fréquence (1/3) des troubles psychologiques constatés chez les individus qui font l'objet d'une surveillance dans le cadre d'une prévention des méfaits de l'islamisme.

    Ce sont probablement les personnes « bien connues des services de police » et qui deviennent bien connues de tout le monde au lendemain des assassinats qu'elles commettent ou qu’elles tentent de commettre.

    Cette notion de « troubles psychologiques » est d'ailleurs assez ambiguë. Peut-on considérer le fanatisme comme un « trouble psychologique » ? Croire posséder l'unique vérité et vouloir l'imposer à tout le monde, au besoin pas la force, me paraît plus tenir du délire que de l'équilibre mental. Mais, inversement, considérer que ceux qui adoptent une idéologie extrêmiste ressortent tous de la psychiatrie, c'est en quelque sorte nier la force de l'idéologie elle-même, et vouloir ainsi se rassurer : ce sont des « fous », il ne reste plus qu’à les dépister et à les soigner. Ce qui conduirait - le comble - à mettre en cause leur responsabilité !

    Quoi qu'il en soit, demander aux psychiatres de prévoir un passage possible à l'acte est illusoire, sauf s'il s'agit d'un débile profond avouant plus ou moins son désir de tuer. On sait qu'après un attentat les voisins et  l'entourage font souvent part avec étonnement de la douceur, de la gentillesse, de la réserve dont faisait preuve l'assassin de masse.

    Par contre, si l'on peut douter de l'efficacité de la démarche médico-policière, on ne doute pas de son intérêt politique puisque si une surveillance est relâchée avec l'aval du psychiatre, la responsabilité d'un passage à l'acte incomberait autant au psychiatre qu'à la police ou à la justice. Ce cas de figure est largement illustré par les récidives criminelles non prévues après examen psychiatrique (voir « Le mal mâle »).

    On ne s'étonne donc pas des réactions négatives des psychiatres qui se sont exprimés, outre le rappel du secret médical par le Conseil de l'Ordre (qui peut cependant être levé en cas de danger). Par ailleurs, on peut se demander comment la chose serait organisée : examen psychiatrique de tous les fichés S ? Assorti peut -être de soins dévoués mais néanmoins attentifs ? Et dans le cas où l'individu parait dangereux : surveillance accrue (dont on connait les aléas) ou internement ? Ce dernier dispositif sécuritaire étant très mal vu dans un Etat de droit pour un présumé innocent.

    Une réaction des psychiatres à laquelle il fallait s'attendre est la dénonciation de l'amalgame*. L’amalgame est de nos jours une valeur sûre. Comment ! Il est scandaleux de rapprocher maladie mentale et terrorisme ! C'est stigmatiser la maladie mentale, la stigmatisation étant le corollaire de l'amalgame. Donc, il ne faut pas dire que certains islamistes sont manifstement déséquilibrés. Curieux, si l'on trouve des troubles psychologiques chez un certain nombre de terroristes, cela ne veut pas dire que les malades mentaux sont  dangereux et prêts à organiser des actes terroristes. La crainte de l'amalgame encourage le déni. Lorsque deux groupes humains ont un point commun cela ne veut pas dire que si l'un des groupes est dangereux, l'autre l'est automatiquement. Cette crainte de l’amalgame conduit à vouloir interdire de signaler le point commun qui, en soi, n’est pas condamnable mais dont il faut tenir compte.

    * Aujourd'hui, "l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapés psychiques a vivement réagi en regrettant cet « amalgame » entre terroristes et personnes atteintes de troubles mentaux."

    « Quand l’air des montagnes monte à la têteEst-ce bien raisonnable ? »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Août à 17:56

    Les terroristes islamistes préparant un attentat font habituellement profil bas et le fait que leurs voisins disent que ce sont de "gentils garçons" ne prouve que leur talent pour la dissimulation.

    L'ex-URSS avait une tendance à interner ceux qui étaient critiques vis-à-vis de l'idéologie communiste. On peut se demander si les malades mentaux n'étaient pas plutôt les idéologues.

      • Vendredi 25 Août à 18:04

        C'est pour cette raison que le projet de Collomb est, à mon avis, voué à l'échec, mais il faut bien brasser un peu de vent.

        Les faux malades mentaux de l'URSS étaient plutôt des idéalistes.

    2
    Souris donc
    Vendredi 25 Août à 19:12

    Sans violer le secret médical, si t'arrives à te faire délivrer un certificat de disikilibri, l'ordonnance suffit, avec un séjour à l'asile, histoire de te faire oublier en cas d'antécédents, tu peux récidiver et faire le terroriste autant que tu veux.

    Les télés n'ont aucun respect des victimes, ces témoignages de le famille et des voisins sont indécents. 

      • Vendredi 25 Août à 19:21

        "L'asile" le bien nommé...Oui, le portrait mielleux post-assassinat du tueur, est assez révulsant et parfaitement inutile.

      • Souris donc
        Samedi 26 Août à 09:14

        Les voisins, la famille se foutent clairement de la gueule des journalistes. Ils savent. Mais pratiquent l'omerta.

      • Samedi 26 Août à 09:22

        C'est bien possible. Ils sous-entendraient ainsi  qu'il s'agit d'un coup de folie. Mais la simple dissimulation par prudence est aussi vraisemblable.

      • semaphore
        Lundi 28 Août à 19:37
        semaphore

        Le portrait mielleux est là pour disculper l'Etat (au sens large) de n'avoir rien pu faire contre le fiché "S".

      • semaphore
        Lundi 28 Août à 19:43
        semaphore

        Par ailleurs, on peut se demander comment la chose serait organisée : examen psychiatrique de tous les fichés S ? Assorti peut -être de soins dévoués mais néanmoins attentifs ? Et dans le cas où l'individu parait dangereux : surveillance accrue (dont on connait les aléas) ou internement ? Ce dernier dispositif sécuritaire étant très mal vu dans un Etat de droit pour un présumé innocent.

        Et Collomb ruinerait, ipso facto, les résultats de ses services en donnant au moins l'éveil aux classés "S" qui théoriquement ne s'en doutent pas.

        Rappelez-vous qu'il y a quelques mois, un de ces terroristes avait obtenu sans difficulté, le renouvellement de son permis de détention d'armes pour ne pas lui donner l'éveil de constater qu'il était repéré (avait plaidé le sinistre senestre en charge de l'Intérieur, au lieu d'avouer que stupidement, la procédure de renouvellement des permis ne comportait pas la liste des "S" dans les points à vérifier...)

      • Lundi 28 Août à 19:53

        Oui, l'argument était pour le moins curieux. 

    3
    Souris donc
    Vendredi 25 Août à 21:13

    Journal des malades mentaux.

      • Vendredi 25 Août à 21:48

        C'est un long rappel des actes terroristes et de leurs victimes. Des actes dont la multiplicité signent finalement l'échec de l'idéologie islamiste en Europe. 

    4
    Vendredi 25 Août à 23:00

    Un projet qui me fait douter de sa réussite Doc.

    Bonne nuit

      • Samedi 26 Août à 09:02

        Cela m'étonnerait que l'on puisse mettre sur pied une collaboration avec des psychiatres sur une grande échelle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :