• 245. Pâturage et vapotage

    Si certains territoires sont dépourvus de médecins, c’est tout simplement parce qu’ils ne veulent pas y vivre et rarement en raison de la difficulté d’y exercer leur métier. Ils ne veulent pas y vivre parce que les infrastructures peuvent manquer, parce qu’ils seraient isolés, parce que leur famille aux habitudes citadines ne veut pas se résoudre à devenir campagnarde, que le conjoint ne veut pas abandonner son activité professionnelle lorsqu’il ne peut pas l’exercer dans ces territoires désertés.

    J’ai toujours pensé qu’une des solutions possibles est de demander aux médecins d’assurer une consultation hebdomadaire dans ces « déserts médicaux ». Il suffit de leur donner quelques avantages pour rendre ces déplacements attractifs, la France étant finalement un petit pays, les distances à parcourir ne sont pas élevées et sortir du train-train ne devrait pas être désagréable et plutôt formateur. Pour ce qui me concerne, je n'aurais pas hésité à le faire.

    Aussi ai-je été agréablement surpris par les propositions dans ce domaine de la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn (Le Parisien) :

    « Dans les zones rurales, il faut être ingénieux ! Prenez le cas d'une ville avec un ou plusieurs hôpitaux. Une à deux fois par semaine, certains médecins pourraient être 'détachés' pour aller donner une consultation dans les endroits en désertification, sans avoir l'obligation d'y vivre. Idem pour les médecins libéraux. Dans un rayon de 30 km à 50 km, ils pourraient faire une consultation temporaire".

    Elle ajoute, à juste titre, que la télémédecine peut rendre des services et elle cite le cas de la dermatologie qui se prête effectivement bien à ce mode de consultation. Le diagnostic étant d’abord basé sur la vue des lésions, la transmission des images à un spécialiste est aujourd’hui aisée.

    245. Pâturage et vapotagePar contre en déclarant : « Le vapotage permet de réduire sa consommation mais pas l'arrêt complet du tabac. Or, c'est ce qui compte pour prévenir les cancers et les maladies cardiovasculairesOn ne reviendra donc pas sur l'interdiction de vapoter mise en place le 1er octobre prochain dans certains lieux publics », la nouvelle ministre tombe dans le même contresens que Mme Touraine : considérer que la e-cigarette est avant tout une méthode de sevrage du tabagisme. Elle l’est, bien sûr, mais elle n’a pas, comme les autres méthodes (patchs de nicotine), une efficacité absolue, tout en permettant tout de même de réduire la consommation, ce qui n’est déjà pas si mal.

    Ce qui compte est de ne pas inhaler la fumée toxique du tabac et de ne pas la faire inhaler aux autres, c’est elle qui favorise cancers et maladies cardiovasculaires, ce qui n’est pas le cas de la vapeur d’eau dégagée par le vapotage. Il faut favoriser, si on ne peut pas arrêter de fumer, le remplacement d’une fumée toxique par une qui ne l’est pas, même si le vapotage délivre de la nicotine (dont on peut diminuer progressivement la dose).

    Pour moi, la e-cigarette est avant un substitut au tabac et sous prétexte qu’elle ne permet pas toujours son arrêt total, on dresse des obstacles qui poussent les vapoteurs à sortir en plein air et à se mêler aux fumeurs de tabac, ce qui risque fort de les conduire à reprendre la cigarette qu’ils avaient abandonnée. C'est probablement la raison pour laquelle on constate la baisse actuelle de l’utilisation de la e-cigarette et c'est dommage.

    Dessin de Philippe Geluck

    « DécompositionUn remède à couper le souffle »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Juin à 19:51

    Coucou Doc,

    Pour nos campagnes et dans un rayon de 20 km, le secteur médical de la ville de Bain de Bretagne s'est organisé depuis deux petites années de cette façon. Ce qui permet à nos p'tits vieux de bénéficier de consultations sans avoir à se déplacer très loin. 

    Pour ce qui concerne le tabac, l'e-cigarette n'empêche pas les fumeurs "sans cervelle" de s'empoisonner et d'intoxiquer passivement les voisins. J'en connais un rayon, je vis avec une locomotive qui n'a aucune volonté pour arrêter. Ancienne fumeuse, mes deux paquets bien tassés par jour jusqu'en 1990, j'ai arrêté d'un seul coup, et je m'en félicite tous les jours. Par contre, je grogne quand les odeurs de tabac arrivent dans la maison, (en ce moment nous vivons les fenêtres ouvertes), alors que Monsieur fume hiver comme été sur la terrasse. Je suis franchement devenue intolérante à cette nuisance !

    Bonne soirée

      • Vendredi 16 Juin à 21:38

        Pour que l'e-cigarette soit efficace encore faut-il l'adopter totalement ou partiellement.

    2
    Vendredi 16 Juin à 20:46

    Tant mieux si Philippe a engager des gens compétents et qui veulent vraiment faire bouger les choses, les mesures du ministre de l'éducation me plaisent beaucoup aussi, il vire tous les délires du naja!

      • Vendredi 16 Juin à 21:39

        Nous verrons ce qu'il en sortira.

    3
    Samedi 17 Juin à 10:54

    J'ai un peu de mal à comprendre que certains médecins acceptent de "vivoter" dans certains lieux où ils sont en surnombre ! Les distances se sont tellement raccourcies qu'ils peuvent exercer en zone rurale et vivre en ville ! Ceci dit, je trouve que l'idée de la ministre est bonne.

    Quant à l'e-cigarette, moi, je suis convaincue ! Depuis que je l'ai adoptée, je suis passée d'un gros paquet de cigarettes à une par jour ; deux si je fais la fête. Et cela fait maintenant 2 ans. Limiter son utilisation est une aberration !

      • Samedi 17 Juin à 11:16

        Manque de pragmatisme avec la e-cigarette basé sur un contresens quant à l'intérêt de ce produit. Si les gens veulent fumer autant qu'ils inhalent une fumée non toxique.

    4
    Souris donc
    Samedi 17 Juin à 17:37

    Faut qu'ils arrêtent d'emmerder le fumeur. Avec toutes les taxes qu'il a payé, il a amorti le traitement de son cancer du poumon. Il meurt plus jeune, les caisses de retraite font des économies.

      • Samedi 17 Juin à 17:45

        Il ne faut surtout pas l'emmerder quand il fume un truc qui ne donne (jusqu'à preuve du contraire) ni cancer, ni maladie cardiovasculaire.

    5
    Dimanche 18 Juin à 11:34

    Je pourrais comprendre le raisonnement qui consiste à dire que le vapotage, un peu comme l'aspartam, ne règle pas au fond le problème de l'addiction. 

    Mais les anti-vapoteurs sont souvent si fanatiques, si intolérants, si imbus d'eux-même, si persuadés que les problèmes de santé se règlent à coup d'interdictions que je suis résolument un défenseur de la cigarette électronique. 

    PS : j'ai réussi à sortir de 30 ans de tabagisme intensif sans ce substitut, en utilisant une méthode qui a fait ses preuves : la trouille !

      • Dimanche 18 Juin à 14:23

        Si l'on opte que pour les solutions parfaites, l'échec est assuré. Les censeurs dogmatiques sont toujours dangereux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :