• 236. Quand dans le cochon sommeille un homme

    236. Quand dans le cochon sommeille un hommeDans la revue Cell des chercheurs américains ont publié les résultats de leurs travaux qui ont consisté à créer pendant 4 ans des embryons (1500) contenant à la fois des cellules souches humaines (en faible quantité tout de même) et porcines dans le but de former dans ces animaux des organes susceptibles d’être prélevés pour les greffer chez l’homme. La précocité de l’injection des cellules humaines dans les embryons porcins permettant d’éviter le rejet.

    "Le but ultime est de cultiver des tissus ou des organes humains (pancréas, foie, cœur...) chez des animaux comme des truies qui pourront être greffés sans rejet, mais nous en sommes encore loin" a regretté le principal auteur de ces travaux.

    Le développement des embryons a été interrompu réglementairement au bout de 4 semaines. Des porcs avec une touche humaine n’étant pas pour l’instant les bienvenus, il y a déjà trop d’humains avec une touche porcine.

    Mais ces chimères ne sont aucunement chimériques ; des chimères entre rat et souris ont déjà été réalisées avec succès en obtenant le développement d’un pancréas, d’un cœur et de yeux de rats dans des embryons de souris. Certes, rat et souris sont des animaux proches, mais il semble bien qu’il en est de même pour l’homme et le cochon.

    L’interdiction de consommer du porc chez les juifs et les musulmans est-elle liée à l’interdiction de l’anthropophagie ? Dieu seul le sait.

    « Courage, FillonNous voilà soulagés »

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Janvier à 20:02

    Ils vont finir par nous créer des créatures styles Frankeinstein!

    Un cochon à deux pattes avec un visage d'homme et un homme à quatre pattes avec un grouin!!!

      • Samedi 28 Janvier à 20:37

        Vous pensez à Trump ?? smile

    2
    Souris donc
    Samedi 28 Janvier à 20:14

    Vive le cochon, s'il permet des greffes chez l'humain. Le patrimoine génétique du porc est plus proche de celui de l'homme que celui du singe, malgré ce que pensent les spécistes qui imaginent une continuité. Fondée sur la morphologie.

      • Samedi 28 Janvier à 20:40

        Nous utilisons depuis longtemps des valves cardiaques porcines.

    3
    Samedi 28 Janvier à 21:05

    Certainement Doc !

    Mouillage au port
    Sue l’amour pore contre pore
    Orgasme cochon

    dans http://zazarambette.fr/les-haikus-du-vendredi-15/

    Bonne soirée

      • Samedi 28 Janvier à 22:46

        Ce cochon me donne sommeil.

    4
    Coach Berny
    Samedi 28 Janvier à 21:48

    "John de Vos, professeur du département d'ingénierie cellulaire et tissulaire au CHU de Montpellier, interrogé par France Info. "Certains organes ne doivent surtout pas être humanisés, comme le cerveau [...], les organes reproducteurs [...] et tout ce qui est représentation de l'humain dans l'animal: la peau, les membres, les cordes vocales". Selon le professeur qui qualifie cette recherche de "transgressive", il va falloir déterminer une ligne rouge à ne pas franchir."

    Ce serait en effet une bonne idée (la ligne rouge) et bonne chance aux futurs receveurs, un suivi psychologique ne sera pas du luxe en plus du suivi médical. Médecin ou vétérinaire.

      • Dimanche 29 Janvier à 11:38

        De nombreuses personnes se promènent avec des valves cardiaques de porc (modifiées). On pourra très bien rester en vie (ce qui aide bien à supporter la chose) grâce à des viscères produits par des cellules humaines développées sur un porc. 

    5
    Souris donc
    Samedi 28 Janvier à 22:08

    Le fanatiques de la cause animale ont été décrits par Jean-Christophe Rufin, médecin, dès 2008 dans Le parfum d’Adam. Où on les voit saccager le travail des chercheurs. Bons sentiments des ingénus manipulés par des gourous douteux, totalitaires.

    Par Rufin et par moi en 2012. Sans me vanter.

      • Samedi 28 Janvier à 23:04

        Article pamphlétaire plutôt drôle.

    6
    Dimanche 29 Janvier à 11:06

    Il est bon de dénoncer la stigmatisation, la discrimination et, pour tout dire,  la cochonophobie dont est victime ce sympathique animal qui confirme une fois de plus que, décidément, tout est bon en lui !

      • Dimanche 29 Janvier à 11:34

        "Il ne lui manque que de savoir faire lui-même son boudin" comme le disait Jules Renard

    7
    Dimanche 29 Janvier à 15:45

    On va bientôt pouvoir soigner les cochons avec des embryons humains.

      • Dimanche 29 Janvier à 17:09

        Il faut soutenir la cause animale.

    8
    Souris donc
    Dimanche 29 Janvier à 20:53

    Une chimère dans la nature : l’ornithorynque. Seul mammifère qui pond des œufs, venimeux, à bec de canard, queue de castor, pattes palmés avec des griffes, pelage de loutre, abajoues de hamster, démarche de reptile, terrier de ragondin.

    Autre chimère : Benoît Hamon et son revenu universel. Payé à rien foutre.

     

      • Dimanche 29 Janvier à 22:45

        L'ornithorynque est une illustration de la synthèse de la diversité.

        Hamon est une illustration de la bêtise rêvée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :