• 204. L’orgasme thérapeutique

     

    L'orgasme a été proposé comme traitement préventif et curatif des névroses par le psychiatre autrichien Wilhelm Reich. Il eut beaucoup de succès auprès de la jeunesse, plus qu'auprès de ses collègues qui l'exclurent de l'Association internationale de psychanalyse.

    Bien des gens, névrosés ou non, appliquent le traitement orgasmique à la manière de M. Jourdain, sans le savoir, et sous toutes les latitudes, en recourant parfois à des méthodes non estampillées par la Faculté. Ainsi à Naples, il est conseillé en cas de difficulté d'avaler un marsala à l'œuf au bon moment et de porter une médaille de San Rocco[1]. Nous avons à présent des solutions plus simples à mettre en œuvre pour appliquer ce traitement.

    La difficulté ou l'impossibilité pour une femme de parvenir à l'orgasme salvateur est interprétée par certains sexologues ou psychanalystes, comme une éjaculation précoce, une inhibition liée à l'angoisse de castration ou même une « impatience de la personnalité » (sic). Quoi qu'il en soit, c'est la maladie du monde la plus répandue, écrivait Gérard Zwang[2]en 1972. Cependant «  Bergher en 1944, estime que 90% des femmes sont frigides, Weiss quelques années plus tard avance le chiffre de 50% et Hélène Kaplan en 1979 seulement 10% »[3]. Les hommes font des progrès.

    Les femmes insatisfaites pourraient bénéficier aujourd’hui de cours de méditation orgasmique en se rendant à Londres, pratique créée en Californie en 2001 et suivie chaque semaine par des centaines de Londoniennes.

    Selon le site Dazed, la plupart des participants ne viennent pas en couple et, pendant les sessions, des femmes se font caresser le clitoris pendant quinze minutes par un inconnu. Selon la fondatrice de la méditation orgasmique il s’agit ainsi « d’accéder à l’expérience profondément humaine, sensuelle et connectée de l’orgasme ».

    Ces cours sont d’une simplicité biblique : « Tu vas en cours, tu enlèves le bas et tu te couches près d’un inconnu tout habillé qui te touche le clitoris ». C’est ce que font 2000 personnes en Angleterre et 10000 dans le monde selon le Daily Mail.

    Les témoignages révèlent le côté spirituel de la chose :

    « Caresse après caresse, cette pratique m’a permis de me débarrasser de mon écorce et d’incarner celle que j’étais vraiment » (femme).

    « Maintenant un lien plus fort avec ses amis et sa famille » (homme) et «Au travail, je m’entends mieux avec mes collègues. Comment est-ce que ça marche ? Pour moi, c’est une convergence entre réussir à être présent dans le moment et savoir quelle touche est nécessaire, comme dans la méditation orgasmique » (homme).

    Une spécialiste de la méditation orgasmique avance le concept d’orgasme permanent :

    « Le point culminant de l’orgasme représente quelques secondes d’expérience physique, alors que l’état d’orgasme est continu –plus comme un état optimal de conscience qu’on atteint grâce à l’activation des impulsions sexuelles. [...] Dans l’état d’orgasme, on se sent entièrement présent et connecté aux autres, comme si un sens et une intuition plus profonde s’étaient éveillés.»[4] 

    Wilhelm Reich est mort en 1957 en prison car ses « découvertes scientifiques » dans sa période américaine s’apparentaient plus au charlatanisme qu’à la science. Par ailleurs le maccarthisme de l’époque voyait d’un mauvais œil son appartenance dans le passé au parti communiste. Quoi qu’il en soit, je suppose qu’il aurait été enchanté de voir se populariser cette méditation orgasmique.

    204. L’orgasme thérapeutique

    Dessin de Geluck

    [1] Norman Lewis, Naples 44   

    [2] La fonction érotique, éd Robert Laffont

    [3] Ph.Brenot, Les mots du sexe, éd L'esprit du Temps.

    [4] Slate.fr

    « Bonne nouvelle pour les assassinsL’orientation de la fidélité »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Février 2016 à 10:42

    Je suppose que ces séances de méditation ne sont pas gratuites pour les "patientes". Il faut bien rémunérer les "inconnus" qui viennent d'inventer un nouveau métier.

    2
    Dimanche 28 Février 2016 à 10:51

    Pour les femmes, je suppose que ce n'est pas gratuit car elles sont censées obtenir en échange un orgasme. Par contre je ne sais pas si la main-d'oeuvre masculine est rémunérée ou si elle est bénévole ou payante.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Dimanche 28 Février 2016 à 11:10

    Damned alors ! Qui l'eut cru ! Intéressant mais comme le dit  Pangloss, mais certainement pas gratuit !

    Là je parle en femme NORMALE ayant quelques heures de vol ! Un blocage, une frigidité est de toute façon psychologique. Et là ce n'est pas tous ces charlatants qu'il faut consulter, c'est un psychologue. Tout ce passe dans le cerveau et non plus bas ! L'orgasme est un aboutissement de l'acte, mais également de préliminaires et de petites gestes d'amour au quotidien.

    Alors que pour vous messieurs, cela semble très différent.

    Bonne journée Doc, dans l'ouest sous un soleil rayonnant.

     

    4
    Dimanche 28 Février 2016 à 11:27

    Je ne parlerai surtout pas au nom des femmes. Je pense cependant que chaque cas est particulier et les généralisations sources d'erreurs. Par ailleurs, si cette pratique pour le moins bizarre (où se niche la méditation tout de même), a du succès, c'est que le physique n'est pas à négliger chez la femme.

    5
    Dimanche 28 Février 2016 à 12:43

    On devrait envoyer les migrants souffrants de manques, ils pourraient faire ce métier les doigts dans le...nez!

    Je fais pffft! comme la dame du dessin! c'est du n'importe quoi, on comprend mieux les névroses créées à base d'inepties!

    6
    Dimanche 28 Février 2016 à 13:41

    Voilà un nouveau petit métier qui peut faire baisser le chômage.

    7
    Mardi 1er Mars 2016 à 17:06

    Pour apporter un peu d'eau à votre moulin, je sais qu'il existe des séminaires qui se veulent apparentés au yoga et qui proposent à peu près le même genre de services ! Les deux sexes sont concernés... d'après les "maîtres" de la discipline, il ne faut pas confondre cette pratique hautement spirituelle (je cite) avec de vulgaire "partouzes" !

    C'est, disent-ils, pour transcender la sexualité. Ben voyons ! La personne qui m'en a parlé et qui avait testé en était encore toute émoustillée... yes

     

    8
    Mardi 1er Mars 2016 à 18:05

    Un alibi en forme de spiritualité. Une transcendance bien terrestre pour aller au septième ciel. happy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :