• 180. Enfants futurs à vendre

     

    180. Enfants futurs à vendreFaire rencontrer en dehors de la femme un spermatozoïde et un ovule afin que le premier pénètre le second pour créer un embryon est devenu chose banale (fécondation in vitro). Cet embryon, s’il est potentiellement un être humain, n’est qu’un amas cellulaire constitué par division de la cellule initiale formée par la rencontre des gamètes lorsqu’il sera implanté dans l’utérus de la femme afin qu’elle en fasse un enfant.

    Les gamètes à l’origine de l’amas cellulaire peuvent provenir des deux conjoints dont les rapports sexuels ont été stériles ou de donneurs.

    Lors de la fécondation in vitro il est créé plusieurs embryons (avec l’accord écrit du couple) dont seulement deux, parfois trois seront implantés dans l’utérus de la femme en choisissant les plus « sympathiques », aux cellules régulières, non fragmentées, pour avoir plus de chances de provoquer une grossesse.

    Que deviennent les embryons surnuméraires ? Ils sont conservés par congélation ou vitrification (congélation rapide). Mis en hibernation, que vont-ils devenir en France ?

    Avec l’accord du couple (sollicité par écrit chaque année) :

    - Ils peuvent être conservés pour une éventuelle implantation ultérieure sur la femme du couple.

    - Accueillis par un autre couple

    - Servir à la recherche

    - Détruits.

    On pourrait s’offusquer de cette destruction (on parle plus volontiers de la cessation de la conservation) puisqu’il s’agit d’êtres humains potentiels sous forme d’amas cellulaires informes. Certains pourraient considérer qu’il s’agit d’un avortement à un stade très précoce. Qu’ils se rassurent, l’embryon n’a que quelques jours lorsque que son développement est arrêté par la congélation, et d’après Saint Thomas d’Aquin, une référence en matière théologique, le fœtus acquiert son âme 40 jours après la fécondation chez l’homme et 80 jours après chez la femme. Même au stade fœtal la femme n’est pas l’égale de l’homme.

    J’ignore le nombre d’embryons conservés par congélation en France, mais aux USA le chiffre dépasserait largement les 500000.

    Il était donc tentant pour des gens avisés de faire commerce de ces amas cellulaires tristement abandonnés par les couples plutôt que de les détruire.

    C’est chose faite :

    Quelques institutions américaines proposent de les vendre aux couples souffrant de double infertilité. Le prix irait jusqu'à 20.000 dollars.

    Quant à chosifier l'humain, j’espère que dans un proche avenir des soldes seront envisagées pour abaisser les prix, et que les couples pourront choisir sur catalogue les caractéristiques de l’enfant futur qu’ils achètent et dont ils ignorent la provenance. A moins d’établir une traçabilité par étiquetage.

    « La nostalgie grecque de l’emprunt russeRompus du 9/07/15 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Juillet 2015 à 17:25

    Cette chosification est en marche! Taubira l'a décidé! Hollande s'est incliné!

    2
    Mardi 7 Juillet 2015 à 17:54

    Cette chosification de l'humain est en marche depuis longtemps et elle est moins avancée en France que dans d'autres pays.

    3
    Mardi 7 Juillet 2015 à 18:41

    Je pense également que cette "chosification" ne date pas d'hier....! Tout est bon pour faire du fric, même ces embryons qui deviennent des valeurs marchandes. Bonne soirée Doc. ZAZA

    4
    Mardi 7 Juillet 2015 à 18:55

    Au-delà des bornes, il n'y a plus de limites.

    5
    Mardi 7 Juillet 2015 à 19:31

    Il est grand temps, en effet, d'organiser le marché!

    Amitiés.

    6
    Mardi 7 Juillet 2015 à 19:41

    Sinon, Dieu seul sait on y ira...Encore qu'il est à craindre que Dieu soit dépassé par les évènements.

    7
    Mardi 7 Juillet 2015 à 19:48

    Votre commentaire/question sur mon blog... A votre avis ??????

    8
    Mardi 7 Juillet 2015 à 20:45

    Cela ne peut être que votre époux et/ou vous...A moins de se payer un jardinier.

    9
    Mardi 7 Juillet 2015 à 21:06

    Selon le proverbe, il ne faut pas acheter chat en poche. Il est donc normal de choisir des embryons de qualité, issus de reproducteurs bien identifiés: QI au dessus de la moyenne, en excellente santé, grands blonds aux yeux bleus (je parierais que les petits basanés pas très malins n'ont pas la cote) etc. On passera sur leur infertilité (s'ils sont issus de la FIV, c'est une probabilité). Et aussi qu'on risque d'avoir des enfants qui ne vous ressemblent pas du tout

    Mais cela suppose qu'on accepte le principe; de la vente d'une part, de la sélection d'autre part. Et là, je n'aime pas du tout.

     

    10
    Mardi 7 Juillet 2015 à 22:42

    Cela devient de plus en plus une procréation médicalement assistée et humainement détruite.

    11
    mamyours
    Mardi 7 Juillet 2015 à 23:40

    ce commerce pour l'enfant me donne la nausee ( non je ne suis pas enceinte !!sarcastic)

    je trouve cela effrayant ! 

    j'ai eu trois enfants , probablement que je ne peux pas comprendre les hommes et femmes qui ne peuvent pas avoir d'enfants !!

    bonne soiree encore bien chaude !!

     

    12
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 08:37

    Je comprends le désir d'enfant, mais je ne comprends pas que l'on puisse faire n'importe quoi pour en avoir un.

    13
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 08:45

     

    Traçabilité par étiquetage ? Trop rustique. Faut réglementer tout ça. Les zélés fonctionnaires de Bruxelles pondront une quantité considérable de directives. Ce sera ensuite à la Direction Générale de la Con-Con de surveiller la chaîne de production et de distribution, avec ce qu’il faut de marquages, puces, codes-barre, identifiants, bases de données, numéros de série. Si le consommateur a commandé un blond aux yeux bleus, pas question de lui livrer un rom brun, signe que la filière a dysfonctionné, qu’on encore a fourgué de la marchandise roumaine. Pas question de reproduire les lasagnes au cheval.

     

    14
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 11:15

    Il serait en effet regrettable de mettre des embryons humains dans les lasagnes. yes

    15
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 19:42

    Ce qui m'inquiète, c'est l'absence de débat sur ce sujet qui secoue et interpelle bien des consciences. On dirait que tout est fait pour nous empêcher de réfléchir ! Les médias déversent leur information en quelques secondes puis passent à autre chose. Stop ! Défense de s'arrêter, de réfléchir ! De s'interroger, de se demander s'il faut aller en ce sens ou plutôt s'y opposer. Cette société-Kleenex devient insupportable et dans quelques années, manquera singulièrement de repères.

    16
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 19:59

    Les possibilités bio- technologiques vont plus vite que les mentalités. Nous serons toujours en retard d'une réflexion, et celle-ci pour être efficace devrait se faire à l'échelle mondiale, car ce qui sera interdit dans un lieu pourra se faire dans un autre.

    17
    Jeudi 9 Juillet 2015 à 09:57

     

    Les fivettes existent depuis des années sans poser de problèmes d’éthique;

    La GPA concerne 3 people, donc insignifiant.

     

    Le bénéfice est ailleurs. Les journalistes sont tous dans la connivence socialiste (ils votent à 98% à gauche) et celui qui n’est pas conforme est immédiatement ostracisé par la confrérie et perd son travail. Cf les pétitions pour écarter Zemmour de iTélé et de RTL.

    Donc, les journalistes doivent perpétuellement se donner mutuellement des gages de bien-pensance.

    La GPA et le vente d'embryons est un de ces providentiels thèmes sociétaux permettant de compter le troupeau.

    Comme ici, dans Challenges, article invraisemblablement con sur la « ringardise franchouillarde ». Bien lire les noms cités.

    http://www.challenges.fr/politique/20150708.CHA7722/touche-pas-a-mon-eglise-cette-petition-que-sarkozy-n-aurait-pas-du-signer.html

     

    Où veut en venir le journaliste ? Se démarquer, lui, de la ringardise.

    Bruno Roger-Petit, un hasbeen qui n’est plus que chroniqueur chez Cyril Hanouna. Pas vraiment le haut de gamme du journalisme.

     

    18
    Jeudi 9 Juillet 2015 à 10:09

    Qui dénonce la ringardise est, évidemment, un progressiste de la race supérieure. Le progressiste est pour la GPA et la vente d'embryons. Pour le plug anal place Vendôme et pour les femen. Pour tous les marquages idéologiques de gauche. Le progressiste est pour tout ce qui effraie son bourgeois imaginaire.

    19
    Jeudi 9 Juillet 2015 à 13:56

    SOURIS DONC. En effet, je n'ai pas très bien compris où BRP voulait en venir, ni l'agressivité dont il fait preuve. La proposition du recteur de la mosquée de Paris a d'emblée été perçue comme une provocation idiote et a vite été retirée par son auteur (Lénine disait à peu près : enfonce le poignard dans le ventre de ton ennemi et voit jusqu'où tu peux l'enfoncer). Cette pétition m'a donc paru plutôt inutile. Mais par ailleurs respecter ce que fût la destinée d'un monument ne me parait aucunement ni franchouille, ni ringard, et nombre de signataires de cette pétition me paraissent respectables.

    Vous pensez que heurter une majorité considérée avec mépris comme rétrograde est la marque du progressisme et un marqueur de gauche. C'est fort possible, mais ce serait plutôt un marqueur bobo, et on assiste ainsi au divorce entre les masses populaires et ceux qui prétendent parler en leur nom.

    20
    Jeudi 9 Juillet 2015 à 15:18

     

    C’est ce qu’écrit sur son blog Justice au Singulier le très pondéré juge Bilger.

     

    En ces temps de Grexit, de chômage, d’invasion, de décapitation et de vol d’explosifs directement dans l’entrepôt, un petit coup d’enfumage sociétal qui classe dans le camp du Bien ne saurait nuire.

    Plan canicule : manger beaucoup de Nutella.

    Et, ça vient de sortir, plan de lutte finale contre…le harcèlement.

    On s’est toujours fait mettre la main au panier dans le métro, nous autres. C’est ainsi depuis Cromagnon. Soit on partait un peu plus loin, soit on rétorquait. Ce qui donnait un dialogue bien codifié, et tout le wagon comprenait.

    Voix si possible tonitruante de la dame :

    - Monsieur, vous voulez que je vous aide, peut-être ?

    - Madame, vous prenez vos désirs pour des réalité.

    Tout le monde s’esclaffait et le frôleur détalait.

    Maintenant, on en fait un problème de société pour faire diversion

    Et la solution :

    Des…. marches participatives d’usagères. Si si

    http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150709.OBS2351/harcelement-dans-les-transports-un-plan-de-lutte-enfin-lance.html

     

    21
    Jeudi 9 Juillet 2015 à 16:49

    Si je suis pour la tentative courtoise de séduction (que l'on finit par traiter d'harcèlement) je suis contre les incivilités grossières mentionnées. L'ambiance depuis quelques années est à l'assistanat, outre l'économie : pensée, gestes, mots et santé. C'est à dire une marche de la société vers l'infantilisation généralisée, alors que les barbares sont à nos portes que certains ont déjà franchies.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :